Y PROJECT L’ARRIERE-TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS

Non classé

Cela se passe dans un hall de gare, sorte de dépôt logistique de la taille d’un défilé Chanel, le long du périphérique nord de Paris qui relie chaque jour les trains de marchandises et les camions qui déversent sur la capitale les tonnes de vêtements produits par Zara, H&M, et compagnie.

Comme des anges imprudents, voyageurs en trottinette hybride, et sortant de la bouche d’un cauchemar, luttant contre nos angoisses et contre ce gigantesque tourniquet qui dans les ténèbres de la banlieue ne s’arrête jamais. Comme un navire pris dans un piège de Mistral, je cherche par quel détroit fatal je pourrais m’échapper de ce dédale de fond de cale. Il est vrai qu’un espace aussi grand a pu permettre de ne pas attraper le COVID compte-tenu que chaque spectateur était séparé au moins de 4 M.

Difficile donc d’apercevoir Jean-Paul Gauthier, présent pour le show, mais celui-ci était probablement caché sous une cagoule en tricot et jouait avec le public pour disparaître ensuite dans la masse des bimbos de supermarché. La raison de sa présence est que la semaine prochaine Martens sera le directeur de la création de la maison Jean-Paul Gauthier. Le show commence aves des imprimés corporels en trompe-l’oeil et des pantalons dit « Yamamoto », chemisiers où les tétons des femmes apparaissaient sur des hommes qui seront certainement blacklistés sur Instagram par la police des bien-pensants.

Du Daim froncé comme du tulle pour une vision de la sexualité masculine et féminine ambigüe, et ainsi, de manière provocante, brouillée, par un tour de passe-passe intellectuel, les pistes de nos valeurs. Il y a aussi des accessoires surréalistes dont des chaussures à pinces de homard, « m’a tué ». Venir en banlieue parisienne pour un show mélange de Yamamoto et d’Issey, pourquoi grand Dieu ! Il est probable qu’ils ne m’y reprendront pas. A la sortie, une bitumeuse racontait sur la collection à sa voisine Vénus crapuleuse : « savais-tu qu’il fallait trois moutons pour faire un pull ! Non, lui répondit l’autre, je ne savais pas que les moutons savaient tricoter ». Mais, dans quel monde Vuitton !!!

Anonymode