UN RÉGIME POUR ZARA HOMME

Non classé

Quand vous commencez un régime, vous ne savez pas exactement pour quelle raison vous le faites. Moi, j’avais une raison toute trouvée : pouvoir faire un article sur les gens qui souhaitent porter des vêtements qui sont vendus dans les boutiques de prêt-à-porter. « Un régime me dit la Baronne Bibendum »! Elle qui n’a connu qu’un seul régime dans sa vie, celui de Juan Carlos Onganía, en Argentine.

Pour commencer, il a fallu d’abord me désintoxiquer de cette nourriture qui arrive en abondance sur la table, et de ce sucre qui vous rend fou et que le commerce de l’agro-alimentaire intègre à tous les aliments comme exhausteur de goût. Les règles, que je me suis fixée, étaient simples : plus de sucre, plus d’alcool, plus de pain, plus de fromage – une vraie vie en sommeil, en sorte – car supprimer tous les plaisirs de cette pauvre vie devrait à terme me faire chuter dans l’anorexie mentale.

Les premières semaines furent terribles. Une envie qui monte de mon estomac en permanence comme le Vésuve qui voudrait exploser, me tiraillant jour et nuit. Cela a continué pendant presque trois mois. Pour lutter contre cette force, j’ai bu de l’eau en abondance pour me remplir l’estomac, me transformant en « Chutes d’Iguazú ». L’objectif à atteindre, à partir de mon quintal, était d’atteindre mon indice de masse corporelle, soit 16 kilos à perdre.

Au bout de trois mois, je n’avais perdu que 5 kg mais l’été aidant, les salades se suivaient les unes derrière les autres, et le sucre commençait à moins me manquer. J’avais une énergie un peu plus grande, mais surtout une libido en berne. Il a fallu attendre six mois pour que je puisse commencer à tirer les bénéfices de ses efforts. Ma vie sociale s’est arrêtée, car j’ai refusé toutes les invitations à déjeuner ou à dîner qui auraient pu me détourner de mon objectif. Tous les deux jours, après 7 mois, je faisais du jogging, seulement quelques kilomètres, car mes genoux recommençaient à fonctionner correctement, et au bout de huit mois ce fut la chute vertigineuse 83 kilos. Me voilà rendu à 16 kg de moins, je suis au milieu de mon indice IMS, mais je sens comme un gouffre qui se rapproche et qui s’ouvre pour m’attirer vers le fond, je ne sais pas si je puis résister ?

Je participe à cette expérience pour comprendre la difficulté pour ces mannequins qui jour et nuit travaillent à avoir une taille de 32. Je les plains car l’exercice est insupportable surtout à long terme. Je développe des troubles du comportement, je suis devenu acariâtre, et il est temps d’arrêter cette expérience ici. Mais, trois mois après, je n’ai toujours pas retrouvé mon poids, car je continue à maigrir ! Je remange du chocolat et j’ai retrouvé ma libido, il était temps ! Je me force à manger car finalement le plus important c’est quand même la libido !

Mais, ne faites pas cette expérience sans qu’elle soit encadrée par un médecin, car rien ne vaut de vivre contre nature, même pour le prêt-à-porter des boutiques de Zara. Et pour finir, il parait, après ce régime, que je ressemble à Mickey Rourke ! Enfin, avant opération inesthétique ! A bon entendeur, salut.

Anonymode

Laisser un commentaire