UN POÈME DE VIE

J’ai retrouvé des lettres enrubannées d’un petit bolduc de soie rose dans un placard tombé dans l’oubli de la vie. C’était les nombreuses lettres d’amour d’une époque qui, je le sais, ne reviendra jamais. Je prends la première lettre au-dessus de ce petit colis comme pour me remémorer ce monde d’antan. La lettre commençait par ces mots: « Hier, j’étais, comme dans un rêve, incapable d’entendre les foules qui rodent autour de moi, et c’est une montagne de mots qui se bousculent sur ma feuille, et qui reflètent la sensualité que tu dégages , et me fait entrevoir la splendeur aveuglante de ce moment irréel. J’ai pensé, à cet instant, comment un moment peut-il être si chimérique et si réel à la fois. Pour lire plus cliquer ici