SAINT LAURENT LATEX ÂNE

Voici le latex qui rentre dans la composition des vêtements de Saint-Laurent, après le Clubbing, voici la bourgeoise qui rentre au 41, rue Quincampoix pour s’accoquiner avec les échangistes politico-admiratifs gorgés de progestérone, et si la vie vous sourit, elle se moque peut-être !

Le sexe à « pile » pour les bimbos de la télé-réalité mélangés dans un cocktail ahurissant, du plastique pour riches bourgeoises en goguette cent pour cent non recyclage, un clin d’oeil aux nuits les plus sulfureuses de Paname des bas-fonds de la capitale. Venez au baron nous aurait dit T.Ardisson, et vous verrez que la créativité du designer n’a rien à voir avec sa façon de raisonner. Il a juste été faire un petit tour dans la fange qui mélange Yves Saint-Laurent autrefois et dont nous gardons sa nostalgie poétique , avec quelques croquis de l’enfer de l’académie du commun des mortels.

Voilà un second romantique, qui inspecte l’invisible, et écoute l’inouï afin de reprendre l’esprit des choses mortes, et des poètes de la nuit. Rompus au formes vieilles, couturier parmi les innocents. Les femmes l’ont vu comme s’il était Paul Verlaine, mais en réalité il travaille seulement à la haine du sublime.