LA COLONISATION DU LUXE PAR LVMH

La réussite des entreprises de mode et du luxe repose d’abord sur la vie et la surveillance de leurs clients afin d’anticiper leurs désirs. Je ne vois donc pas comment il ne pourrait pas être tenté de devenir « Big Brother ». Les bases de données dans les hôtels du groupe sont déjà bien chargées d’informations. Pour moi, la vision des profits du luxe est basé sur la collecte d’informatisations personnelles des plus riches pour créer les modèles qui leur conviendront demain. Mais, il est vrai qu’idéalement,  je préfère donner mes informations personnelles au Seigneur des Arnault plutôt qu’à Donald Trump ! Cela me semble plus pertinent.

LOUIS CUISSON MOUETTE AND PSY

Vous avez salivé devant les vitrines d’Herpès, vous avez fait la queue pour acheter vos soutiens « gore » chez Chantal Bonnasse, alors vous baverez peut-être pour le nouveau « Louis Cuisson Mouette and Psy ». En effet, la marque de luxe Louis Vuitton a confirmé qu’elle ouvrira les portes de son tout premier café restaurant le mois prochain. Le Seigneur deviendrait-il un bougnat ? Entendez par là un Auvergnat  ? Alors que la maison mère du groupe LVMH se développe de plus en plus dans l’hôtellerie, voilà la food qui rentre au patrimoine de l’inhumanité, un must des quartiers chics.

Un café V comme un voile, qui se situera au dernier étage du nouvel immeuble de Vuitton à Osaka. Le design est une réminiscence des bateaux historiques Higaki Kaisen. Ainsi, vous pouvez voir sur la façade de l’immeuble une voile et une vapeur « de toute façon, c’est à la mode ».

L’AN VIN POUR LVMH

LVMH possède également Château Cheval Blanc et Château Yquem, et avec ses 21 marques du pôle vin du groupe, il renforce sa présence dans le secteur de l’hôtellerie en achetant le groupe hôtelier Belmond et investit tout azimut.  En avril prochain, pour le lancement de son nouveau fleuron, l’hôtel Cheval Blanc au centre de Paris, il nous réservera les restaurants où la vue sera la plus imprenable sur la Seine et sur Notre Dame de Paris. Peut-être que les sommes versées à la reconstruction de la cathédrale de Quasimodo, avaient une vraie raison. « Business is business ».

Voilà, en tout cas, le « circle business » qui continue. Le Seigneur aime que ses hôtels profitent de ses vins. Charité bien ordonnée commence toujours pas soi-même, surtout pour un vin de presse, les larmes du christ valent bien une messe. Voici le Prince qui prépare son immigration aux Etats-Unis, car là au moins le président actuel baisse les impôts, et après son rêve de Belgique, voici la tentation de « Venice USA » pour lui et sa famille. Au moins, là,  personne ne viendra cracher sur sa fortune.

ARNAULT AND VERSACE NO WAY

Pourquoi Bernard Arnault a racheté Jean Patou, et s’est-il abstenu de racheter Versace ? Comme habituellement, bien en avance sur les autres, le prince du luxe sait que la vie est comme un balancier bien réglé, et que les extrêmes engendrent toujours les opposés. En effet, le streetwear sera bientôt relégué au deuxième rang, le seigneur est déjà passé au deuxième stade la « muséeification » de ses produits, et ensuite, il passera au renouveau du luxe, et nous verrons enfin le retour de la femme élégante des années 50, celle qui, autrefois, vous faisait perdre la tête et défaisait les fortunes des notables. Le comble du chic absolu et de la féminité sera de retour, enfin !