LES PIEDS DU LOUBHUTAN

Voici une tradition chinoise vieille de onze siècles qui fort heureusement tend à disparaître complètement. Apparu en Chine, au Xème siècle, durant la dynastie des Tang, l’histoire raconte que l’Empereur a demandé à sa femme de bien vouloir se bander les pieds afin de pouvoir danser correctement la danse traditionnelle dite du lotus. Elle le fit ne pouvant pas dire non à l’Empereur, et ses pieds ainsi  bandés vont devenir la mode dans l’Empire.

Il arrive, d’ailleurs, régulièrement que les orteils soient cassés volontairement. L’idée est que le pied passe dans la chaussure et au fil des années, les chaussures lotus sont de plus en plus étroites pour des pieds bandés toujours plus petits. Malgré tout ce que ça implique, la douleur, les blessures, les infections, les possibles septicémies, au XIème siècle la pratique va s’étendre. Si d’abord ce sont seulement les femmes de la cour qui pratiquent le bandage des pieds, petit à petit le reste de la population va suivre. Eh oui, avoir une femme aux pieds bandés, c’est la classe ! C’est bien la même chose maintenant avec un femme « Bonnet E » factice pas plus ridicule !