LAPSUS CALAMI-TEUX

Quel titre exceptionnel : « ça baise et ce n’est pas fini »! Le Seigneur des Arnault, au vu du titre du journal dont il est le propriétaire, est certainement tombé à la renverse. Karl aurait dit :  » Il va y avoir de la mutation dans l’airrrrre et de la déportation dans les recoins obscurs du groupe ».

Qui est ce fort en thème ? Comme ces gens de mode, beaux comme des cloportes, un cerveau de poisson rouge, qui va se retrouver comme balayeur du désert de Gobi, pour un lapsus calami, mais surtout « calamiteux », un décérébré, qui après deux mois de confinement et de jeûne a vu sa plume dépassé par sa panse et …

« Ça baise et c’est pas fini », on peut garder ce leitmotiv pour la couture et ses dirigeants. Voici le plus grandiose échantillon de crétinismes illuminés qu’il fut possible de rencontrer, interdit à l’imagination la plus ardente. Grands prêtres de la boulimique bassesse, prophètes des concupiscences fétides, dénués de tout talent et coupe-jarrets ignares. Des cervelles qui pompent comme une éponge toutes les fibres de papier et tous les purins de toutes les fanges du groupe qui les emploie, en bref un aspirateur à stupidité. Pour lire plus cliquez sur le titre …