LES DÉRIVES DE LA PARITÉ

Après que la mairie de Paris s’insurge d’une amande de 90 000 euros pour avoir à des postes de direction trop de femmes, la Reine Magot s’étonne que la parité soit aussi réservée aux hommes. Un comble ! Voilà le retour d’un boomerang ; d’avoir incité par la loi pour finir par imposer celle-ci de façon à changer les choses. Mais dévoyée par l’idéologie féministe, la cause féminine est ainsi imposée par une parité arithmétique, et après la féminisation des métiers et des titres comme doctoresse, pompière, maçonne, ainsi que la liquidation du “mademoiselle”, c’est au tour du terme “femme mariée” d’être supprimé des courriers administratifs, pour mettre fin à une civilité jugée « discriminatoire et sexiste » Pour lire plus cliquer ici