LA MARE A DONA

Marx disait : « La religion est l’opium du peuple ». Aujourd’hui, ils dirait plutôt « le football est l’opium de la plèbe » ! Voilà donc que « Dieu est mort » comme l’a écrit en titre, jeudi dernier, le journal l’Equipe. Ainsi, les grands écumeurs des bourbiers d’Hélicon rendent hommage à ce vermisseau né d’un cul de basse-fosse et d’un vil brigandage. Entre trafiquant de drogue et voyou de banlieue flétrissant les pelouses qu’il foule de ses pieds pour finalement marquer un but de la main qui le rendra célèbre et qu’il renommera lui-même « La Mano de Dios » – traduisez « la main de Dieu ». Petit misérable et laboureur du sport mondial et en particulier du football, stupide barbouze, qui pense que ses pieds sont d’or et son cerveau de poudre, fait injure à l’humanité en dépassant les lignes, mais celles-ci étaient de poussière d’ange… Pour lire plus cliquer ici