CINQUANTE NUANCES DE GRÈS

Madame Grès était toujours coiffée d’un turban, et la couture se posait la question de savoir si elle avait des cheveux ou au contraire, sous son turban, une longue chevelure… Je préfère garder ce mystère qui reste aujourd’hui entier. Elle s’est montrée très généreuse avec sa fille et surtout, son gendre. Elle était une femme très distinguée et d’une gentillesse peu commune. Ses robes étaient exceptionnelles car on pouvait les reconnaître entre toutes. La technique qu’elle utilisait pour les draper ressemblait à des sculptures du Louvres, car son rêve caché était de devenir Sculptrice, mais, à son époque, c’était un métier d’homme. Demandez à Camille Claudel. Pour lire plus cliquer ici