GENERATION K COMME KERMA

Après la génération Y et Z, place à la génération K. Pourquoi la lettre K ? L’inspiration du « Beau Llywood » et du personnage de Katniss Everdeen, l’héroïne de la saga « Hunger Games » immortalisée par Jennifer Lawrence.

Un K pour une génération désenchantée, et profondément anxieuse. Ils ont grandi avec la montée de l’extrémisme islamique, l’austérité… Ils ont vu leurs parents perdre leur travail et leurs angoisses ne sont pas celles que l’on connaît habituellement à l’adolescence : 75% des filles se disent préoccupées par le terrorisme, et 66% sont inquiètes par le changement climatique.

Filles et garçons confondus, ils sont 79% à chercher un job et à craindre de ne pas pouvoir en décrocher un le temps venu. La méritocratie, ils n’y croient pas, ils sont persuadés que  leur couleur de peau, leur sexe, la situation économique et le statut social de leurs parents vont déterminer leur avenir.