FENDI LE CIEL POUVAIT ATTENDRE

C’est un témoignage post mortem de sa personnalité. Il voulait, dans un dernier clin d’œil, seulement nous manquer, et nous faisant un pied de nez au passage en nous lâchant : j’étais connu comme le houblon et, pourtant, sans jamais boire, je meurs d’un cancer du pancréas, quelle ironie ! » La suite du poème, comme le brusque envol d’un oiseau qui signale sa présence, les lumières à la fin du show se sont mises à clignoter comme un signe, comme si le maître des lieux avait suivi la collection tout en continuant à dessiner la nouvelle robe de Dieu. Il parlait déjà au Seigneur des Arnault, il poursuit maintenant sa conversation avec son père… Alléluia.