ELBAZ DIAMONDS ARE FOREVER

Alber Elbaz est décédé de la COVID-19, et cela a été confirmé par le groupe Richemont, son partenaire dans « AZ Factory », sa première et dernière propre entreprise de mode. Il avait la réputation bien méritée d’être l’une des figures, les plus brillantes et les plus aimées de l’industrie. J’ai toujours été impressionné par son intelligence, sa sensibilité, sa générosité et sa créativité débridée. C’était un homme d’une chaleur et d’un talent rare, et sa vision singulière alliée à son sens de la beauté laisseront une impression indélébile dans ce petit monde exsangue de nouveaux talents, mais regorgeant, par contre, de faux talents florentins mystificateurs. Pour lire plus cliquer ici

ELBAZ DU BUSINESS

De la sueur, du feu, du sang ! C’est elle ! C’est la Fashion Week de Paris. Debout, le bras levé, superbe en sa colère, animant le combat d’un geste souverain, Albert s’apprête à briller. Autour de lui, traçant des lignes enflammées, ouvertes aux entrailles du chaudron d’airain qui brûle en son cerveau ; un flux et un reflux, sur cette mer vivante, à son appel d’Aphrodite et sous sa main qui frémit, en ces dessins féroces, pour aider et fournir aux massacres des autres couturiers en les écrasant du bout de son promarker.

Pour lire plus cliquer ici

LA ELBAZ DU BUSINESS

Retour en grasse pour Alber Elbaz, avec l’idée pour Richemont de marquer son intention de renforcer sa position dans la mode,  et pour la circonstance une joint-venture dénommée AZfashion. Tout un programme, pour un projet inédit visant à trouver quelque chose qui véritablement m’a échappé ! Richemont a récemment acheté le bijoutier Italien Buccellati à ses propriétaires chinois, et il y a environ 12 mois, le groupe crée une joint-venture avec Alibaba pour pousser Net-a-porter. Où est la cohérence entre le supra-luxe et net-à-porter, qui rime avec prêt-à-porter, un écran de fumée peut-être.

Le groupe de « Vacheron consanguin » décrit AZfashion comme « une start-up innovante et dynamique destinée à transformer les rêves en réalité ».  Johann Rupert doit avoir commencé à fumer la moquette, et il paraît qu’en entendant Alber décrire sa vision de la mode et les projets qu’elle lui inspire, le viel homme à la Chrysler de plus de 20 ans d’âge et qui vit toujours chez ses parents, a été charmé.