LA BANDE VELPEAU D’UN BERGÉ

L’art de la honte ou la honte de l’art! Voici le comble pour un égyptien, avoir un papy russe, et quand celui-ci s’appelle Bergé vous pouvez vous faire enchrister. Voilà un trafic d’antiquités évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros démantelé, qui va secouer le milieu de la mode, avec cinq interpellations, pour des centaines d’antiquités vendues notamment par la maison Pierre Bergé qui avait pillées en Égypte, en Lybie, au Yémen ou encore en Syrie.

Un dossier titanesque sur lequel les enquêteurs de l’Office Central de Lutte contre le Trafic des Biens Culturels travaillent depuis plusieurs années. Des centaines d’antiquités vendues notamment par la maison de l’ex-propriétaire de la maison St Laurent et compagnon d’Yves. Piller des œuvres au Proche-Orient, alors que Pierre Bergé attaquait quiconque osait ré-interpréter les modèles de la maison.  Œuvres ensuite revendues sur le marché de l’art en France via entre autre, la maison de ventes aux enchères de l’homme d’affaires Français avait créé. Un trafic qui a généré plusieurs dizaines de millions d’euros depuis des années. POUR LIRE PLUS CLIQUEZ SUR LE TITRE…