SORBIER A MI-LONGUEUR DU SURNATUREL

Non classé

Nous n’avions jamais douté qu’il fut un poète de talent, et quand je parle de lui, ma parole est morte de la satire et du ricanement. J’ai pris des avions, traversé des frontières et touché des corps auxquels manquaient le goût de l’encre, pour une image du monde qui me semblait à la fois familière et exotique, peuplée d’ombres blanches et de souvenirs qui riment avec le silence de mon père, mais jamais voyage, ce jour ne fut si transportant.

Et quand les esclaves de la mode, les autres que j’appelle les indigents, pardonnez-moi, car je ne puis les citer, car je n’ai jamais acheté d’esclaves et je ne veux pas commencer. Je déclame Franck Sorbier quand les autres « Instagramises ». Voici donc la collection de Franck Sorbier le point fort de la vraie Fashion Week où nous arrivâmes avec la faim de quelque chose de meilleur que les autres ne nous ont pas donnés, et que la lumière, engendrée par le maitre des créateurs, diffuse comme un vrombissement d’aile d’inséparables, pour nous donner envie de continuer.

Il y a des palais et des lieux où l’âme subitement exulte, où l’espace s’élève et déploie un champ magnétique qui vous bouleverse, car la mode c’est cela, l’admiration de la douceur du subtil mélangé au sublime.

Ma blessure est certainement plus prospère que ce vieux regard que je porte et qui me caractérise. Comme un ordre du ciel, transpercé sans s’étonner de la couleur des pavés de la cour qui teintaient sur la pente des mousselines, où les anges tapissaient le sol sec et claquant du long ciel bleu des acteurs intrépides. Le cheval noir avec le museau repu d’écumes occupé par un seul être, que l’absence s’efforce de placer à mi-longueur du sublime et du surnaturel qui nous fascinent.

Franck au bord des arts de l’affection miraculeuse qui éteint les plaies sur lesquelles le temps n’a pas d’action, comme un guérisseur pour toute la profession. Il conduit toute fenêtre ouverte le visage de la passion, accompagné du retour des vertes avenues libres de la Haute Couture. Merci, Monsieur, pour ce moment.

F