ROLLAND QUATRE SAISONS

BREAKING NEWS

Debout, face à la mer, elle observe un horizon sans fin où l’eau, le vent, le ciel et la lumière se mêlent et se confondent pour composer une divine symphonie couture. Pensive, elle observe glisser la vague qui caresse le rivage et le sable d’or couleur organza. Le roulis des galets d’argent sont comme des baisers de douceur. Le sable se fait perle et le rouge flamboyant se confond avec le signe noir, puissance de l’imprévisible, et comme Zeus sut profiter en se serrant tendrement contre Némésis pour jouir des fruits de sa Belle, il s’envola vers la mer Egée.

Stéphane Rolland face à la mer, heureux comme auprès d’une belle qui l’écoute et lui fait la promesse de l’aimer dans sa soie si douce et si mélodieuse. Je suis bercé par ces quatre saisons émulant mon envie de voyage, d’îlots perdus au bout du monde. Mais, c’est le couturier finalement qui m’emporte dans un lieu où le soleil inonde de l’intérieur une immensité de l’émotion dans l’espace infini de mon âme, et par son regard veut embrasser l’éternité du monde de la Haute Couture.

Anonymode