REAL DRESS FOR FAKE JEANE

Non classé

Le Met Gala voit la Kim « Karda-Chiante » se distinguer en portant un petit bout de l’Histoire des États-Unis : une robe portée par Marilyn Monroe en 1962 pour souhaiter « Happy Birthday » au président Kennedy. Mais, cette démarche ne pose-t-elle pas des questions de préservation patrimoniale et d’éthique de conservation des pièces de musée ?

Le 19 mai 1962, au Madison Square Garden de New-York, John F. Kennedy fête son 45e anniversaire, et en plein milieu de la soirée, Marilyn Monroe arrive sur scène, avec une robe moulante de soie couleur peau, sertie de 2500 strass étincelants. La tenue donne une impression de quasi-nudité, comme si on avait simplement posé des diamants à même le corps. La star entonne un très sensuel « Happy Birthday Mister President », moment qui restera gravé dans la mémoire collective de l’Amérique.

Signée du styliste français Jean-Louis Berthault, cette robe est conçue spécialement pour l’occasion. D’après le couturier, Marilyn aurait posé entièrement nue pour qu’il puisse ajuster le tissu au plus près de son corps. Achetée pour un prix record en 2016 (devenant ainsi la robe la plus chère du monde), elle est aujourd’hui exposée au musée d’Orlando. On peut donc s’étonner qu’elle ait été sortie de sa vitrine pour le MET et pour Kardashiante avec son séant, qui lui n’était pas « à la Raie ». Faux seins, fausses fesses, faux ongles, faux cheveux, tu as des nanas à qui il ne manque que le « made in China » sur le front.

Enfin, il faut comprendre que des déformations physiques pourraient engendrer des dégâts dans le futur sur ce moment d’histoire, « je parle de la robe ! « . Pour enfiler la robe faite sur mesure, Kardashian a dû perdre 7 kg en moins d’un mois. Sans compter que les produits de beauté qu’elle a probablement appliqués sur son corps peuvent causer des dommages irréversibles à la pièce. Et que dire de la sueur de la vedette, dont le PH acide par la nourriture Américaine, a probablement endommagé la soie.

Mais le plus ridicule, c’est de confondre l’image de Maryline et de cette Karda ! Rien à voir avec Jean Baker, petite fille de rien, alors que l’autre est issue d’une famille riche, qui pille les couturiers français et les créateurs pour vivre à leur crochet « Hook », Tiens tiens… » Finalement, le plus gros scandale de cette soirée, c’est d’avoir sortie une pièce de musée pour la porter. Mais au-delà des aspects physiques, ce sont aussi des aspects symboliques, la valeur patrimoniale et immatérielle de l’objet qui a été entachée car un moment historique et iconique est dévalorisé, qu’en pensez-vous ?

F