PFW, JE N’AI PAS ENVIE !

BREAKING NEWS

Voilà la rentrée, et pourtant, je n’ai pas envie de retourner plonger dans ce cloaque qui a un point commun avec Louis XVI, il perd complètement la tête ! Mais, qui a envie de rentrer ? A part, bien sûr, le célèbre Hardeur Rocco Siffredi. Revoir ses Fashionistas qui, même en portant deux pantalons superposés, ne sont pas futes-futes, me fatigue. Je n’ai pas envie de me lever le matin de « bonheur » pour écrire, car ensuite je ne pourrai pas aller prendre un café avec ma copine Alex qui me fait rire à en mourir avec son style de la Parisienne à la Bréteché. J’ai écumé toutes les séries de Netflix et me voilà enfin à jour, mais je ne suis pas plus intelligent ni plus cultivé pour cela, et je comprends maintenant le niveau de notre société. La Fashion Week va commencer et j’ai seulement envie d’être à la place de Pascal Marrant, car c’est finalement le seul endroit où je ne le verrai pas.

La Fashion Week qui est aussi bien maquillée que les comptes de campagne des Républicains, me fait entrevoir que la perspective de poser ma plume et de faire l’amour sur une peau de bête, me fera  comprendre que finalement cela sera sur une peau de vache. Pas très envie de rencontrer ces pique-assiettes qui gravitent autour, tellement pauvres que tu peux leur parler en Roumain, ils comprennent. Non décidément, je n’ai pas envie d’écrire, j’ai seulement envie de me promener sur une plage pour passer le plus clair de mon temps, à obscurcir mon présent parce que la lumière me gêne.

Et, soudain, en repensant à « l’Origine du Monde » de Courbet blacklisté par Facebook ; scandale majeur d’une séduction picturale en cadrage serré, nu sans apprêt jusqu’à la crudité, mais là où toute l’humanité provient, d’une toison humide, n’en déplaise aux culs-bénits de « Zouk ker Verge ». Alors, même si je n’ai pas envie, il y a bien pire comme situation, certainement la mort. Mais, dormez en paix fidèles lecteurs, je repars à la manœuvre comme un chien, symbole de fidélité, et que les femmes tiennent toujours en laisse, et dans mon cas, celle-ci est d’or.

Anonymode