LA MODE INFANTICIDE MODERNE

Vlada Dzyuba était un mannequin professionnel de 14 ans. L’adolescente venait de Sibérie et travaillait depuis plusieurs mois dans le milieu de la mode. Mais, peu de temps avant sa mort à Shanghai, ce sont 13 heures de travail d’affilée qu’elle avait cumulées. Bienvenue dans l’industrie si politiquement exemplaire de la mode et du luxe ! Selon ‘The Siberian Times’, elle serait morte après deux jours de coma, et après avoir perdu connaissance dans un défilé dans la si saine mégalopole chinoise, Shanghaï. Une autopsie a conclu à une méningite, « aggravée par son état d’extrême fatigue ».

Cette histoire tragique attire l’attention sur les conditions de travail des mannequins, souvent très jeunes, qui accourent de la Russie vers la Chine dans l’espoir d’une vie meilleure. Bien souvent, elles y sont exploitées et selon la presse russe, le jeune mannequin gagnait seulement 8 euros par heure, sans assurance santé. Ses parents ne peuvent même pas payer le rapatriement de son pauvre petit corps. Sa mère raconte que l’adolescente pleurait au téléphone : « Elle me disait qu’elle était trop fatiguée. ‘Maman, je voudrais dormir’, répétait-elle, ‘je veux rentrer à la maison’.

Zheng Yi, directeur de l’agence de mannequins ESEE qui l’a employée, assure qu’elle avait des pauses régulières et ne travaillait pas plus de huit heures par jour. « Son travail était légal », explique-t-il, comme si la légalité pouvait l’absoudre de sa responsabilité. Après avoir été fréquent durant des siècles en Chine, l’infanticide des filles reste pratiqué aujourd’hui, mais de manière marginale, alors comment changer dans les esprits que les filles sont moins précieuses que les garçons ?

Je ne peux m’empêcher de penser à ma fille de 20 ans qui part pour faire carrière dans cette profession. L’angoisse m’étreint chaque semaine à ses sorties nocturnes avec des hommes inconnus de ses parents. L’idée que l’on pourrait un jour venir identifier un corps brûlé parce qu’elle aurait croisé une bête sauvage en liberté m’est insupportable. Repose en paix petite fille, toi qui avait un rêve non pas de star, mais seulement un rêve de pouvoir survivre toi et ta famille. Repose en paix loin de ce monde de fou. Il est bien difficile de croire un seul instant que l’on pourrait survivre à la mort d’un enfant. Je fais le vœux concret à l’aube de Noël que votre chagrin s’estompe l’espace d’un instant, et pouvoir souffler profondément pour expulser votre malheur. Le droit est un rempart contre la violence, contre les inégalités. Il régit nos sociétés, garantit nos libertés mais aussi nos devoirs, qu’on se le dise.

Anonymode

Laisser un commentaire