MAWALOLA OGUNLESI

Non classé

« Bienvenue chez les échappés de l’asile », me souffle ma voisine alors que le premier mannequin à moitié nu, le corps découpé par des bandes de tissu jaune qui ne laissaient aucune place à l’imagination. Ce sont les débuts parisiens de la créatrice Mowalola Ogunlesi, née au Nigeria et basée à Londres. Couleurs pop qui évoquent des bandes dessinées mais surtout l’Afrique, avec des tenues minimalistes, qui montrent beaucoup de peau, imaginées spécialement pour ces sexes vidéos pour l’air TikTok.

Tenues courtes qui mettaient les os des hanches à nu, des mini robes à capuche au décolleté vertigineux, des pantalons bouffants qui descendaient si bas qu’ils auraient pu être des cuissardes, et de longues robes avec des lacets sur le devant. En coulisses, Ogunlesi s’était cassée d’une histoire de voleur, complétement abracadabrantesque que personne n’a compris.

Peu importe, les mannequins qui défilent, les mains jointes dans le dos comme si elles étaient attachées, le visage masqué alors que des ouvertures mettent en évidence le bas-ventre de l’origine du monde, donnent à la collection un aspect dystopique. Bienvenue dans la fashion Week de Paris ! La seule où personne ne comprend plus rien !!!

F