LES BOTTES DE SEPT MIEUX

Non classé

Les diamants sur canapé ne seraient plus les meilleurs amis des femmes ? Probablement, car ils ont été remplacés à la longue par les Jimmy Choo ou les Christian Louboutin. Une femme de Neuilly, dans un fait d’hiver rapporté, me confirme que s’étant fait dépouiller avenue de Neuilly, avait hurlé : « Prenez tous mes bijoux sauf mes Louboutin ». Mais, d’où viennent les origines de l’obsession de la gente féminine pour les escarpins ?

Les chausseurs savaient que le roi Louis XIV avait une passion : les souliers de luxe, et sans cela, la femme de Neuilly aurait choisi de garder ses bijoux. La transformation de l’industrie de la cordonnerie par le Roi Soleil a permis à la fois, encore actuellement, de fabriquer des chaussures de luxe en lieu et place. Sous le règne de ce roi visionnaire, une fois de plus, fanatique de souliers, il aimait montrer ses beaux mollets et le faisait souvent remarquer à ses hôtes, et ne manquait jamais une occasion de les exhiber.

Il avait la chance de vivre à une époque où la mode pour homme mettait leurs jambes en valeur. Les pourpoints jusqu’au corps ainsi que les vestes brodées et décorées avec magnificence s’arrêtaient très opportunément au-dessus du mollet. À l’époque de Louis XIII, les hommes de la noblesse aussi bien que les bourgeois chaussaient des bottes, en général des modèles qui montaient au-dessus du genou et qu’ils portaient en toute occasion.

Louis relégua les bottes à la place qu’elles occupent encore aujourd’hui c’est à dire pour l’équitation et la chasse. Cela lui permit d’exhiber toutes ces sortes de souliers sophistiqués. Quand il dansait en public, le roi montrait souvent ses jambes et ses beaux souliers en occupant le rôle principal des ballets à la Cour. D’ailleurs, sur le portrait réalisé par Hyacinthe Rigaud, sans doute le plus connu du Roi Soleil dans toute sa splendeur, il montre encore ses jambes parfaites de danseurs, même si pour l’époque, ses 63 ans faisait déjà de lui un vieillard. Depuis la mort de Massaro aujourd’hui cette industrie est moribonde et les métiers d’art de ce secteur appartiennent à une seule maison, Chanel.

FM