LE SILENCE DES ARNAULT

Non classé

Pour moi, la maxime de Machiavel dans « Le Prince » : « Il est plus sûr d’être craint que d’être aimé» est une tirade que je mets en pratique. Mais, la force et le modèle stratégique des groupes de luxe deviennent insupportables par leur ingérence électorale sur les administrateurs des instances dirigeantes, la manipulation des réseaux sociaux, la désinformation, et enfin le rapprochement avec les extrêmes de l’écologie pour imposer un modèle qu’ils ne suivront jamais, mais qu’ils imposeront aux autres.

Anonymode met en lumière les moyens gargantuesques déployés par FHCM pour entraver toute action contraire aux intérêts de ses riches adhérents, et imposer sa vision de la mode en changeant les règles établies, pour une fois pour toute, en finir avec l’exception culturelle française qui faisait sa caractéristique face au monde Anglo-Saxon. D’ailleurs, la crise sanitaire permet de roder et d’étendre la nouvelle politique de la “Chambre Stomacale”, en supprimant les petits pour ne garder que les gros qui les font vivre, et venir ajouter à ce vivier leurs Neveux qui constituent les nouveaux créateurs grâce à leur vie de plaisirs à force de reculer. Mais, le mot érection ne se dit qu’en parlant des monuments dans ce monde-là.

Des loups ou louves…, c’est selon, sorte de « gayriers » rompus à l’offensive et à l’attaque car tout est bon pour essayer de changer le récit de l’ancien monde où la mode Française triomphait sur l’ensemble de la planète. Les puissants groupes de Luxe sont considérés comme les « porte-avions » d’une propagande et d’une mécanique bien huilée qui soumet ses opposants en les blacklistant des collections et en les marginalisant, faisant pression sur les entreprises qui les emploient, en s’occupant aussi au passage de leur famille. Un monde de rupture mais surtout de florentins d’élites, où l’échine courbée est légion, par peur de perdre son emploi de pouvoir – « enfin le pensent-ils » – fort bien rémunéré, il est vrai.

Nous voilà donc à la fin d’un monde qui faisait notre spécificité, et nous ne le comprendrons, une fois de plus, quand cela sera trop tard, et nous rebâtirons sur les ruines de l’ancien temps, comme d’habitude pour reconstruire de nouveau. C’est là où on peut entrevoir la politique de Jacques Mouclier qui maintenait cet ancien monde dans une modernité contrôlée, mais là encore le visionnaire est toujours seul face à la cécité ambiante de l’époque, et des intérêts privés.

FM