LE PÈRE NOËL EST UNE ORDIOR

Non classé

Harrods se transforme en un monde de pain d’épice pour le maître de Granville. Ainsi, Dior envahit le magasin phare de la capitale Britannique avec un spectacle de Noël plus grand que « mature ». En l’absence de la grotte du Père Noël, Harrods, cette année, a pensé, en parlant avec la créatrice Italienne, au Pôle Nord ! En effet, le côté froid de la « Souris » de l’avenue Montaigne transformera les magasins de Brompton road en « Iceberg » qui, lui, n’est pas mizrahi.

Il n’y a jamais eu de collaboration de cette ampleur entre Dior et un grand magasin Londonien, car la perfide Albion reste toujours post-Brexit d’une grande méfiance. « Nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur, et vous les Français, vous vous battez pour l’argent ! » aurait déclaré le DG de Harrods. A cette objection, le seigneur des Arnault aurait répondu : « Chacun se bat pour ce qui lui manque ».

De couleur brune comme un cookie chaud au caramel, de la cannelle et du sucre en poudre blanche rappelant John Galiano, remplacent les teintes rouges et vertes habituelles de la saison à l’intérieur et à l’extérieur du magasin ; Dior, le pouvoir du luxe Français de changer les couleurs de Noël.

La vie de Christian Dior et l’évolution de la maison de couture sont retracées à travers une expérience immersive. Au-dessus d’un nid de coco et sur l’entrée se trouvent une méga étoile de 17 mètres de haut. Certains disent que c’est l’étoile du seigneur de la toile « cliché ».

En addition, un mot de bon aloi pour le groupe : une exposition en 3D inspirée des croquis de l’artiste Romain Pietro Ruffo pour la collection Dior Cruise 2023. Moi, je n’aime pas cet artiste car il n’y a pas pas d’émotion à la vision de son œuvre qui fait tapisserie, mais qui sait ! Mélangée à la magie du père Noël, son œuvre  pourrait plaire aux « Roastbeefs ». Mais dans quel monde Vuitton !

FM