LA DYNASTIE DES SONGES PAR DIOR

Non classé

En 2017, Dior et la Maria Gracias « Chou riz », vestale inversée d’un monde interlope, dont le talent ronronne en veilleuse, reprend des motifs traditionnels roumains, à son profit, d’un savoir-faire ancestral d’une région de Transylvanie, en passant sous silence, bien sûr, cet « emprunt ». Celle-ci a certainement confondu entre Roumain et Romaine. « Bihor, J’adiore ! » La créatrice, génie des Carpates, après avoir descendu plus que de raison la « țuică » qui avait dû couler à flot ce jour-là dans la demeure du maître des abîmes, le comte Dracula, dont elle est l’amie, proposa plusieurs nouvelles tenues inspirées de la région de Bihor, en Roumanie.

En 2022, la diablesse réitère avec sa coupe évasée et les plis latéraux, présentés sur le site officiel de la maison du maître de Granville comme une pièce originale, « emblématique de la silhouette Dior« .

Une collection imaginée par « l’artistocopiste », Maria Gravelax, qui sait remonter les rivières, mais de diamants, car cette jupe mi-longue est loin de faire l’unanimité auprès des internautes Chinois. Les Français de la mode, qui copie l’histoire de l’empire du milieu, véritablement le monde tourne à l’envers. Un design assimilé à celui de la jupe « māmiànqún » dite « tête de cheval », qui est un vêtement traditionnel né sous la dynastie Song, qui n’est pas resté un songe, et que l’homme de Tolède, jugeant en aveugle, avait trouvé très créatif.

Mais, c’est l’absence de transparence de la griffe qui pose problème pour l’inspiration dirons-nous de ce modèle. Coco Chanel disait les copieurs sont des voleurs alors que ceux qui s’inspirent ne font qu’une mise en valeur de l’œuvre. À l’heure où les engagements éthiques et durables des marques sont scrutés à la loupe par leurs consommateurs, la question de la transparence créative n’échappe pas non plus à la règle, mais à terme le seigneur mettra-t-il fin à cette femme prise la main dans le sac pour la deuxième fois. Les copistes devront-ils devenir de vrais créateurs ? Espérons que monsieur Pavlovsky mettra de l’ordre, par une réglementation salvatrice pour la profession, et avec une idée simple, pour un couturier savoir coudre une robe.

F