HERMÈS L’OPIUM DU BUG

Non classé

Le cheval du Faubourg-Saint-Honoré donne un message positif à ses clients insatisfaits de devoir attendre leurs sacs à main tellement convoités. La maison du « Faux Bourge » a donc inauguré vendredi sa 19ème usine appelée « Atelier de maroquinerie » pour la circonstance. Ainsi, la capacité de production de la maison devient apparemment illimitée maintenant sur les modèles allant du classique Birkin aux nouveautés comme le 24/24 ; un nom prédestiné pour les trois-huit.

Deux cent quatre vingt personnes qui viennent grossir la possibilité de voir des vrais faux se multiplier sur la planète, mais « Guillaume de Sieste » reste très concerné sur le sujet. La maroquinerie représente aujourd’hui la moitié du chiffre d’affaires, et la part de la Chine aujourd’hui représente une part non communiquée, mais à mon avis beaucoup trop importante, « plus dur sera la Chine ». A si Jean-Louis était encore là, il serait probablement horrifié lui qui contraignait les carrés à rester à seulement 1 million de pièces par an créant ainsi une pénurie positive, et faisant des foulards des pièces qui restent encore aujourd’hui uniques.

Mais, malgré cela, Hermès ne parvient toujours pas à répondre à la demande, ce qui se traduit par de longues listes d’attente et récemment plusieurs clients mécontents de l’Empire du Milieu sont venus manifester devant les magasins de la marque afin d’obtenir leur sac à main. Les riches se rebiffent ; Hermès ou l’opium du bug. Mais, aussi haut que l’on monte, on finit toujours par « des cendres ».

Anonymode