GYPSY SPORT 2018 PARIS

Entre les armada de patineurs sur les trottoirs, un groupe de manifestants égyptiens brandissant des pancartes et la folie des banlieusards de Paris, un vendredi soir, qui cherchent à rentrer chez eux, la marque avait réuni un melting pot de personnages sur le podium improvisé de la République en marche pour un catwalk décidé.

«Ce sont mes vieux Levi, c’est mon maillot Kaepernick, et c’est le crochet de ma grand-mère !» dit Uribe, un mannequin tournoyant sur la place dans une robe en queue de poisson faite de napperons maison et d’un chemisier avec de la dentelle. Le niveau de débrouillardise et d’imagination ne s’arrêtent pas là, car avec une robe de fête fabriquée entièrement à partir de porte-clés de Paris et une autre de plaques d’immatriculation hachées, une réponse à la tendance actuelle de la cotte de mailles type Paco Rabanne. La mode est toujours un éternel recommencement. Une robe asymétrique taillée dans les affiches de papier arrachées aux murs de la station de métro, quelques heures plus tôt, avait un genre glamour irrévérencieux.

Le créateur a lancé sa marque avec un esprit renégat similaire à Washington Square Park à New York. Beaucoup de jeunes créateurs viennent à Paris avec des rêves de mode, mais pour Uribe, qui a commencé sa carrière en marge, il a une réalité plus large. Avant-gardistes et marginalisés présenter dans la rue a toujours fait partie de sa raison d’être et aujourd’hui, il a montré à quel point ce mouvement peut paraître audacieux, beau et novateur car copier aujourd’hui par les plus grandes marques.

Laisser un commentaire