GUCCI L’AILE OU LA CUISSE

Non classé

Dans sa ville natale de Florence, Gucci ouvrira prochainement un café situé sur la Piazza della Signoria centrale, une création d’Alessandro Michele, et prochainement dirigé par Martina Bonci, originaire d’Ombrie, dont la passion pour la mixologie a débuté dans la cuisine de sa grand-mère. « Les bimbos penseront que ce terme saugrenu veut dire qu’elle aime les partenaires diverses bien mixés »  Et quand vous voyez les vêtements de Michele : chasubles et vieilles dentelles pertinentes au Vatican, la grand-mère de la douce l’aura inspirée.

La nourriture de grand-maman sera servie tout au long de la journée ; du petit-déjeuner au dîner et jusqu’à 1 heure du matin, sur réservation des gens de mode uniquement. L’ancien locataire du lieu, fleuriste de son état, a permis de rendre les codes par des parfums et des couleurs, très « chatte voyante ». Atmosphère d’une Bottega toscane traditionnelle et d’un bistrot français sophistiqué, avec des poutres en bois apparentes au plafond et des sièges en boiserie sur mesure, rappelant la fin du XVIIIe siècle, celui des « Lumières » : je ne vois pas dans la mode où ils vont les trouver !

Des espaces accueillent jusqu’à 14 invités dans des canapés pour Partouzeurs en goguette qui cherchent à se sustenter avant l’action et des chaises précieuses tapissées de cuir bleu paon pour les coincés du culte. Des étoiles à huit branches sont incrustées dans le parquet en chêne, représentant la déesse Ishtar, déesse de la « Mésopotamie », considérée comme une déesse astrale associée à la planète Vénus, ainsi qu’une déesse de l’amour, la sexualité et la guerre. Tout un programme, mais cela personne, à cet énoncé, n’a semblé au courant, un combe !

Anonymode