FARHAD RE GALATÉ

BREAKING NEWS

La blanche Galatée, plus délicate que l’agneau, et marié à ce barbu hirsute, ce géant amoureux un peu ridicule mais encore trop touchant qui meurt de sa beauté. Elle, d’un coup d’aile d’Organza, donne la puissance du ronronnement du futur de la mode. Vibrance d’un vin doux et d’une coulée des délices de l’aube, voilà la Perse millénaire en reine des roses émouvantes et qui mêlent le délice des orées claires au couche nocturne pudiquement réfléchie dans les eaux tumultueuses de la Paris Fashion Week.

Farhad Re, en transformant la femme en la plus majestueuse des mythologies, sublime de sa blancheur irisée de l’organza qui émerge du confinement comme pour purifier le redémarrage de la chrysalide ou seulement l’envie du beau dans la liberté. Voilà dans la Virtual Fashion Week de Paris, un couturier que les fonctionnaires de la Chambre ne trouveront jamais, car trop concentrés sur la « raie » de leur coiffeur, et heureusement il y a autre chose à voir qu’un vieux kuki de la Saint-Sylvestre, et c’est tant mieux.

Farhad Re, né à Rome, a grandi entre l’Italie et la France, où il a passé le plus clair de son temps à s’investir dans son travail de styliste. Aimé des stars, des princesses et de ces dames de la jet-set, Catherine Deneuve, Ivana Trump, Joan Collins, Brigitte Nielsen, Ursula Andress et la princesse Soraya sont ses fans absolues, et cela est bien normal.

Anonymode

Crédits Photos Greg Alexander et Iris Brosch © Méphistophélès Productions