EGONLAB 2022

Non classé

C’est le début de la Fashion Week de Paris, avec encore un peu de parmesan saupoudré sur ma veste, je tombe du style aux Bitumeuses Bimbos de leur état, tellement appréciées par les marques de luxe Françaises, et des « dir connes » qui apprécient qu’elles n’écrivent pas. Tendance graphique où des signes cabalistiques du catholicisme sont imprimés pour nous transmettre le mot «la croix» mais ce fut la bannière en image subliminale, pour un Satan, en début de show. J’avais cru en la réincarnation « sous le soleil de satin ».

La mode devrait être une forme d’évasion et non une forme d’emprisonnement nous disaient les deux créateurs. Sa culture est la juxtaposition entre le masculin et le féminin, la modernité et le savoir-faire historique, la romance et la rébellion, la durabilité et la créativité. Tu parles de la religion et penser qu’elle n’emprisonne personne est le message que nous donnent les marketeurs pour stigmatiser et vraiment (« Con Fu Cius. Je ferais plus court sur son ADN  « passez votre chemin  » et remettez votre outrage sur le métier à pisser. EGONLAB aura probablement demain les honneurs de Vogue, avec cette maxime « amusante ou intéressante !! », comme disent les Anglais quand cela ne leur plaît pas du tout. Bienvenue dans la Fashion Week de Paris.

Anonymode