DE VILMORIN HAUTE COUTURE

pfw

Alors que la pandémie fait rage, le milieu de la mode, dans une période d’incertitudes, souhaite surnager à la vague qui va peut-être l’engloutir. L’avenir de celle-ci, viendra-t-il d’un jeune styliste, Charles de Vilmorin, qui fait souffler un vent de créativité et de fraîcheur sur le secteur. À 23 ans, il a l’audace de lancer sa première collection (une vraie performance !) : exubérante, poétique, lumineuse et colorée. Il a immédiatement été remarqué par les instances de la Hautes Mouture, eux qui sont aveugles et daltoniens, plongeant dans l’univers de ce créateur très promoteur de son succès comme l’aurait dit Grumler.

Comme dans un trip en technicolor façon LSD, il nous plonge dans un océan de couleurs en mouvement, et en quelques photos conquis la planète mode qui ne tarie pas d’éloge sur ce jeune prodige sortie de ses propres écoles (on est jamais mieux servi que par soi-même !). Des fleurs et des cœurs multicolores cousus sur des vestes unisexes au format XXL pour cette période sombre comme le FOG Londonien d’avant-guerre qui redonne un peu de couleur à cette période si poivre et sel ; sans sel car je suis au régime.

Leggings imprimés dans un univers entre Alice au Pays des Vermeilles de la Chambre Syndicale et la notoriété d’un nom qui me fait penser à un acteur majeur sur le marché de la carotte, de la laitue et de la tomate, espérons que cela ne soit pas un navet. Jeune homme aux faux airs d’Yves Saint Laurent, entretenu pour la circonstance, après un stage auprès d’Alber Elbaz chez Lanvin et quatre années passées à l’École de la couture, il expose ses croquis et conçoit des prototypes exposés sur Instagram. Et voilà l’esthétique singulière des médias sociaux qui font sa popularité poussée par un copain bien positionné dans la fermeture éclair. Ceci explique peut-être cela.

Mais, au moins lui, a cette capacité de pouvoir coudre un vêtement à contrario d’Olivier Rousteing. Ce minutieux travail de surpiqûres donne du relief aux motifs comme un jet se voulant plus visuel que couture, mais espérons que fin janvier, il y aura du changement et que le jet se transformera en « Top pine Hambourg ».

Anonymode