COPERNI ZEBRE MONOCHROME

Non classé

Pour Coperni, Bella Hadid crée l’événement car Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant ont repoussé les limites de la mode, et réalisent une robe sans tissu ! Deux tartuffes achevés pour dix minutes chrono et Bella Hadid qui passe de quasi nu à vêtue d’une robe peinte directement sur son corps. Un comble dans la salle des Textiles du Musée des Arts et Métiers à Paris, voilà bien le buzz assuré pour la marque. Et je regarde la béatitude heureuse de ma voisine bimbo qui louche, et montre évidement qu’elle voit les nouveaux Dieux de la mode deux fois. Déjà le béotien pense qu’une robe se crée en Chine après quelque secondes, maintenant ils vont penser que tout le monde peut être couturier avec une bombe, des futurs terroristes de la mode en chef.

Pour le reste de la collection, des imprimés floraux et blousons en cuir de voyous font légion pour BCBG qui viendraient dîner au Châtelet, ainsi que des petites robes noires moulantes en soie singeant le supermarché Zara qui singe lui-même l’ensemble de la mode Française. Mais, l’ultime blouson de cette saison, un Bomber « futurisque » raccourci qui fait rentrer cette collection dans la terre des débris en un bâillement et qui avalerait le monde pour un ennui planétaire, ils ont inventé les « futurisibles ». Cette collection restera-t-elle un souvenir bon ou mauvais, peu importe, les uns nourrissent nos rêves, les autres forment nos cauchemars, à vous de choisir.

F