CHOCOLAT IN

Non classé

Alors que l’appellation « chocolatine » pourrait être inscrite dans la loi sur l’alimentation, actuellement en discussion à l’Assemblée Nationale, retour sur la véritable origine de cette viennoiserie, dont le nom déchaîne toujours les passions. Essayez de parler pain au chocolat avec un habitant du Sud-Ouest, il vous rétorquera immédiatement que l’on ne dit pas pain au chocolat, mais chocolatine. En quelques mots, celui-ci risque de raviver le clivage entre le Nord et le Sud que cette délicieuse viennoiserie a provoqué il y a longtemps déjà.

La région Aquitaine était alors sous le règne de l’Angleterre et ce sont les Anglais qui auraient donné au pain au chocolat le nom de chocolatine. Friands de la viennoiserie française, ils auraient commandé des «chocolate in bread» au comptoir des boulangeries, devenu «chocolate in», avec le temps. Une hypothèse probablement fausse car l’historien culinaire Jim Chevalier rappelle que l’arrivée en France du chocolat daterait de seulement 1492. Il y a donc un problème de concordance des temps.

Je situe l’arrivée du pain au chocolat en France, au XIXe siècle. « C’est une viennoiserie assez récente ». En effet ce serait le boulanger autrichien Auguste Zang, qui aurait importé les viennoiseries dans la capitale française, et notamment le «Schokoladencroissant». C’est la sonorité de ce dernier qui aurait donné le mot chocolatine.

Enfin, on raconte que le nom du pain au chocolat viendrait du goûter des enfants. Le traditionnel morceau de pain accompagné d’un carré de chocolat, que mangeaient les écoliers à la récréation, aurait tout simplement donné son nom à la célèbre viennoiserie… Alors, pain au chocolat ou chocolatine ? En attendant de voir la question discutée à l’Assemblée, chacun se fera son idée.

Anonymode