CELINEMANE PARIS 2023

Non classé

L’atmosphère était à l’orage ce dimanche soir qui devait clôturer en apothéose une semaine de la mode parisienne plutôt morne. Alors que Lily Collins, la star d' »Emily à Paris » « pour les non initiés » et le créateur Jeremy Scott s’agitaient en sirotant des petites bouteilles de mauvais champagne, le titan du luxe BA, pour les intimes, discutait avec l’artiste américain Alex Israël pour certainement de nouveaux achats pour sa fondation.

Après quelques annonces au micro que le spectacle était sur le point de commencer, des milliers d’adulescents ont tout à coup poussé des cris quand les stars sud-coréennes, inconnues de ma personne, sont arrivées. Ainsi des dizaines d’invités se sont précipités vers les portes et les fenêtres, y compris les plus de 70 ans.

Le trio de pop star a salué la foule comme des rois sur un balcon du jubilé, suscitant des vagues de  » HA HI HO HU » et leur entrée dans le bâtiment. Une fois à l’intérieur, les invités ont laissé tomber leur téléphone portable un instant et sont retournés sur les bancs jusqu’à ce que les stars entrent dans la salle, et tout a recommencé.

Finalement, des centaines de spots année 70 ont éclairé l’espace tandis que des mobiles géants, dignes de Calder, suspendus au-dessus de la piste, s’abaissaient et tournaient au-dessus de nos têtes, projetant des reflets étranges autour de nous. Calder, dit ma voisine, m’ayant entendu prononcer le nom, « Ah oui la « Smala d’Abdel-kalder » j’ai pensé une bimbo type bug humaine cultivée ou une de l’Empire Ottoman.

Puis, enfin les vêtements arrivent, jeans délavés, pantalons en cuir en forme de tuyau de poêle à « ma zoute », bottes pointues à talons et comme dabe! blousons fantaisie ornés de clous type club année 80, avec franges et paillettes (Slimane le faux prophète du clubbing.). Smoking noir avec des cravates aussi fines que les méninges de Grumler et apologie de la maigreur extrême, dégageant les Karl d’avant le Cola Zéro.

Cela n’a pas beaucoup changé depuis son premier show chez Kering et maintenant chez LVMH c’est toujours la même litanie, le même show comme si Slimane ne savait pas faire autre chose. Peut-être que ce qui donne à Slimane une telle longévité est son élan à l’immobilité. Immobilité dans le mouvement car le public n’arrêtait pas de bouger !!! pour voir « Emilie in Paris » partir dans la limo fournie par le seigneur.

F