LE CLASH DE CARTIER

Le nom d’un groupe punk britannique originaire de Londres pour un bijoux ! Pourquoi pas si celui-ci est de famille ? Voilà donc Cartier qui va nous « clasher » avec une série de bijoux à picos, pour les bourgeoises du 16e qui veulent s’encanailler quand elles se déplaceront dans les concerts des bas-fonds qui ne dépassent pas la porte d’Auteuil. Après le cloud, le studio de design de la maison en interne nous remet un picot pour bimbos, ce qui fait à l’addition du pipeau bimbo, sorte de petit osselet que la marque dans un « ossement » d’épaules nous présente. Nous avions déjà la « Cruche » de Chanel, à quand le « Prout » de Bulgarie ? Pour lire plus cliquer ici

TÊTUE COMME UNE MOULE

On peut décidément s’amuser d’une kyrielle d’expressions d’un autre temps qui disparaissent dans le forage de Kola et dans les profondeurs des usagés de la Télé-réalité. Par exemple :  une cartouche d’encre noire devient une cartouche de couleur nuit, politiquement plus correcte. Les lavandières qui ne faisaient que laver, aujourd’hui pratiquent « laver » Maria ! Et le petit rat de l’Opéra arrive seulement aux heures de pointe. Et nous sommes passés du cardigan à la Cardi B. Un crétin qui imprime un logo sur des T-shirts s’appelle dorénavant un couturier ! Et un bug humain ; un Trump… Pour lire plus cliquer ici

YANNICK MACHADO

Parfaitement construit, superbement brodé, il l’annonce lui-même, on n’est jamais mieux servi que pas soi-même. «Je voudrais donner aux femmes la possibilité de montrer leur force, pas leur pouvoir». Voilà donc un chapitre pour une griffe qui se veut Chinoise alors qu’elle devrait être Française et faire partie de la Chambre Syndicale. Mais Yannick Machado, moitié Italien et moitié Français avec un soupçon de Portugais est un célibataire endurci qui aime éperdument les robes de mariées. Allez savoir pourquoi ? Pour lire plus cliquer ici

PAR MON VIBRANT MA SOEUR

Règle numéro un pour un célibataire, l’autre a toujours raison, surtout si vous voulez arriver à vos fins. Les sociétés rejettent ainsi cruellement, depuis toujours, ce que la biologie commande de rejeter, la nature a toujours raison. C’est pour vous dire que le marché est ouvert, surtout pour la maison du Maître de Granville. Voilà donc les attachées de poste de la Maison « J’Adior » qui parient sur la journée des célibataires. L’hôpital qui se moque de la charité ! Pour lire plus cliquer ici

LE CARREAU DU TEMPLET

Si vous pensez que les friperies de la rue de La Verrerie à la rue du Temple sont là par hasard, vous vous trompiez ! En 1806, le jeune et fringant Général Pierre Dorcenne s’apprête à partir pour la campagne de Prusse, et la guerre, à cette époque, c’est aussi l’élégance car l’élégance est la seule beauté qui ne se fane jamais. Aussi Le Général commande à son tailleur un bel uniforme blanc tout neuf qui est emballé soigneusement car bien décidé à l’étrenner sur le champ de bataille… Pour lire plus cliquer ici

UN CHIEN VAUT MIEUX QUE DEUX TU L’AURAS

Saviez-vous qu’en 1840 s’ouvrent en France des «colonies agricoles» destinées à éloigner des jeunes urbains de leur contexte géographique pour les ramener dans le droit chemin ? Nous devons cela à Napoléon et c’est son Code pénal de 1810 qui a fixé à 16 ans l’âge de la majorité pénale. Vers 1830, la mise en place des «maisons de correction» pour ces jeunes n’étaient déjà pas à l’époque un luxe… Pour lire plus cliquer ici

TRIPES ADVISOR BRUCELLES A L’HEURE

« Vous aimez les abats ?  Eh bien, moi aussi et j’ai tous leurs disques ». C’est comme ça que la soirée a commencé, ça vous donne le ton de la beuverie qui s’en ait suivie avec la Bitumeuse que je trimballais comme un obscur objet de désir. « La Viva M’Boma » est un restaurant à noter d’urgence en 5 étoiles sur « Tripes » advisor. Dans le quartier de Sainte-Catherine, à Bruxelles, qui abrite une congrégation de vieux bobos « tripistes », un groupe d’amateurs de viscères, d’entrailles, de glandes et autres organes mettent un point d’honneur à cuisiner avec cérémonie. Le pire, c’est que vous aimerez ça et que vous en redemanderez. Depuis « Quand Harry rencontre Sally », on n’avait jamais autant pris son pied (de veau) dans un restaurant. « Very good « tripes » indeed… ? » Pour lire plus cliquer ici

LA MODE INFECTE L’HUMANITÉ

C’est la nouvelle façon d’être humain, et la France produit ce nouveau schéma commandé par nos nouveaux leaders, les grands capitaines d’industrie du luxe qui nous font croire que notre vie ne serait supportable qu’avec un Iphone ou un sac Chanel.

C’est la nouvelle façon d’être humain, et la France produit ce nouveau schéma commandé par nos nouveaux leaders, les grands capitaines d’industrie du luxe qui nous font croire que notre vie ne serait supportable qu’avec un Iphone ou un sac Chanel… Pour lire plus cliquer ici

ON AURAIT PU DIRE BIEN DES CHOSES

On aurait pu dire bien des choses en somme. A toutes ces phrases des égéries de la télé-réalité, « Il y a pas photo » ; terme de turfiste que l’on aurait pu transformer en bon français : « il n’y a aucun doute ». « Je vais te mettre la misère ! » dit-elle encore. De nouveau, utilisez la phrase de Balzac : « je vais faire rendre gorge à ces barbares contrefacteurs de style ». Voici donc des barbarismes que personne ne comprend. Ainsi les Grecs appelaient barbares toutes les nations qui ne parlaient pas leur langue ou, du moins, qui ne la parlaient pas aussi bien qu’eux ; sans excepter les Égyptiens, auxquels ils étaient redevables d’une partie de leurs sciences et de leurs arts…. Pour lire plus cliquer sur le titre

VUITTON EN VERT ET CONTRE TOUS

Fan du choc des temps, Nicolas est souvent difficile à comprendre avec son doigt effleurant les références historiques, qu’il est le seul à connaitre, à l’image des chaises sur lesquelles nous étions assis. Il  brouille le message Louis Vuitton mais comme la marque n’a pas de culture de mode, il peut se le permettre. « Si le passé pouvait nous regarder » veut-il nous dire. Une ambiance verte allait servir plus aux internautes, qu’à ceux présents sous la coupole de verre de la Samaritaine. Les bitumeuses venus voir le défilé dans le futur château cash machine du Seigneur des Arnault s’étaient mis au vert… Pour lire plus cliquer sur le titre

CHANEL LA FACE CACHÉE DE LA THUNE

Les lettres géantes de la colline d’Hollywood », réinterprétées pour la circonstance avec l’alphabet « Chanel ». Celui-là même qui constitue le vocabulaire de quelques lettres des invités bimbos de la marque, plus douées pour se prendre en photo leur arrière train que pour faire une phrase digne de ce nom. Mais, une vie sans couture c’est comme une vie sans amour… C’est terne et fade ! Et c’est probablement pour cela que je ne suis pas sensible à cette tentative de création…

ALEXANDRE VAUTHIER PARIS

L’amour est roi, et la femme en est la reine. Elle produit toujours la situation qu’elle impose, par l’illusion qu’elle sait produire. Les femmes, qui ont la beauté extérieure, servent de modèle, celles, qui n’ont que la beauté intérieure, servent souvent d’exemples. Et je suis enivré sans réserve des émanations de cette femme, parce que tout ce qui s’en échappe est la quintessence de ce monde. Depuis le début de la Fashion Week, nous avions amassé des centaines de chimères et de robes, et même si beaucoup sont belles, seules quelques-unes sont rares… Pour lire plus cliquer sur le titre

BALENCIAGA LUNETTES NOIRES POUR NUITS CLANCHES

Salut bande de nazes, voilà les lunettes noires pour nuits blanches d’Alessandro Michele, qui  résonne encore dans bien des têtes et, pourtant, cette émission n’aura duré que seulement deux ans. Un slogan imaginé par le créateur «underground» ex-publicitaire à qui l’on doit les célèbres «Ovomaltine, c’est de la dynamite !», «Vas-y Wasa !» qu’il devait dire à D. Grumler.

Ce qui était génial, c’est qu’il reprend une idée originale de notre adolescence de liberté quasi-totale : sexe, drogue and rock & roll. Séquence nostalgie du créateur d’une époque qu’il n’a pas connue en tant qu’adulte, mais comme …

BREAKING NEWS KENZO DIED IN PARIS

Pendant un instant, le temps se figea, puis, il reprit son envol. Quand les services de sécurité s’aperçurent qu’elle ne faisait pas partie du protocole, ils la stoppèrent à 2 mètres de Jacques Mouclier. Elle criait quelque chose en Japonais que celui-ci ne comprenait pas .

« Que dit-elle » demanda-t-il à sa traductrice : « Merci pour mon fils, Monsieur Mouclier ».

HERMÈS MINI MA LISTE !

Je me suis dit un jour que j’aurai un dressing minimaliste, mais quel couturier prendre pour ce cabinet de curiosités qui proviendrait d’un « Empire » que les bimbos confondent avec un Royaume où tout va encore plus mal qu’ailleurs. Et, bien oui « En Pire » ! Bref, si la terre est ronde, le monde est souvent plat, et personnellement, je n’aime pas trop ce terme de « minimaliste ». Je trouve qu’il a une connotation un peu austère. En fait, le principal est d’avoir les bons vêtements au bon moment et au bon endroit. Finalement, les choses se sont faites progressivement à l’occasion de rencontres, et le résultat est nettement au-delà de ce que j’aurais pu espérer : se sentir bien, en confiance dans ses vêtements et de s’habiller sans réfléchir pour un céphalo abstinent, c’est un vrai luxe ! Non ?

ISSEY MIS ACQUET DE COULEUR

Issey Miyake et la poésie de l’insaisissable ou le pli du cœur du Japon millénaire. Pays du Soleil Levant, si proche de notre culture,  les couleurs d’Issey sont vives. Un « plissé n’est pas toujours joué », un souffle aussi de beauté en ces temps de grisaille, une plongée dans la continuité pour ce Samouraï de la couture qui fait la guerre au laid et à l’alambiqué.

La poésie d’Issey interprète le cœur humain, elle est plus qu’un jeu de files, elle use des sonorités et des sens pour exprimer les sentiments les plus nuancés, et évoque des images qui résonnent puissamment dans notre imaginaire.

YAMAMOTO POÈTE DES TÉNÈBRES

Il connut pour son amour du noir, de l’épure et des coupes asymétriques. L’imprévisibilité est un élément substantiel de la création asymétrique. Elle crée un effet de surprise favorable au regard, et l’ignorance du public est un atout aux mains du créateur Nippon. À ce facteur, s’ajoute l’anxiété de créer par l’incertitude d’une réitération des actes. L’anxiété est encore accrue lorsque le couturier nous plonge dans ses structures.

LEO NANARE AINSI SOIE T-ELLE

C’est à Biarritz que la marque, qui ne pense qu’à « soie », vient de réaliser ce court métrage, et je ne peux m’empêcher d’imaginer un Trifoullard sur une planche de surf, et qui, plus est, avec un kimono « Made in China ». Les planches étaient bien là, et les mannequins aussi, loin très loin des Kardachiantes & Cie qui arborent leurs « Glandes Ma Mère « , les plus fausses de la Fashion Week. Le mot est lancé le faux, en effet, qui pourrait nous laisser croire que la maison de Léo Nanare pourrait être un couturier à part entière, alors qu’il n’est que l’abîme de  « soie » et qui file d’ailleurs un mauvais coton, quel euphémisme !

RICK OWENS SPRING 2021

Grandes étendues et poète moderne d’un monde en mutation, inspiré par René Barjavel et Issac Asimov sur le futurisme et le passé antérieur, l’année du rat commence par la grande fièvre qui décimera la population de demain. Dans des mégalopoles surpeuplées, le but est de sauvegarder sa vie en refondant un semblant d’humanité qui n’accueillera, bien entendu, que les survivants…

Entendez-vous ces voix multiples, et ce sentiment étouffant que la mort se niche à chaque tournant, à travers des tenues du futur proche si proche. Comme une épopée dantesque, une réflexion sur le monde et les périls qu’il encourt, voici le monde tel qu’il est, nous dit Owens.

CHLOÉ ANTI-POÉSIE 2021

Le ciel est si gris, en ce matin, dans le Palais de Tokyo, et les arbres si grêles semblent sourire aux robes qui flottent légères dans l’air de Paname. Nonchalance des mouvements des mannequins qui défilent dans les rues adjacentes comme perdus dans la foule, et un vent doux ride l’humble fleuve au pied du Palais que le soleil n’arrive pas à atténuer par l’ombre des chênes de l’avenue en contrebas…

DOLCE & GABBANA PASSIONNEMENT

Quand patchwork tu feras, cela sera minutieusement, et tous les tissus, tu décatiras si tu ne veux pas de désagréments. Les gabarits, tu découperas marquant les coins évidemment. Carré, rectangle, triangle, tu assembleras les couleurs harmonieusement.

Biais et droit fil, tu manieras pour une bonne tenue de l’ensemble, naturellement. De Gabbana, tu réfléchiras pour coudre plus harmonieusement. Jamais couture, tu n’ouvriras, ni tu fixeras évidemment. Des nœuds, tu ne feras, même sur l’envers, honnêtement. Petite aiguille, tu tireras pour la doublure si patiemment. Pour la finition, tu t’appliqueras artistiquement…

BALMAIN OUTRE-TOMBE

Convoquez un fantôme, c’est le but de la maison des  » Acariens  » et ainsi, vous vous rendez disponible pour celui qui veut raconter une histoire qui n’est pas la sienne. Voici l’homme couture, le plus démuni de la Fashion Week. Il est un lexicographe amateur à lui seule, un crachat glaireux effectuant lentement sa descente morbide vers le sol et qui vous répond : « je suis le trou noir de l’univers ». Comme  une tente de bédouin que l’on aurait laissée sur le « faux bourg »

KENZO UN VESPA CHIENNE

Le logo était une abeille et nous avions pensé que nous allions voir du Guerlain. Malheureusement, nous avons fini par avoir le bourdon. C’était la présentation de la collection du plus tranquille comme Baptiste des couturiers, au Luxembourg, entendez par là dans le parc et non pas le pays dans lequel la société a son siège social. Comme un message que le créateur nous enverrait : Stop, Livrez à moi-même – Stop, colis perdu – Stop…

DIOR HYPERACOUSIE

Des sons qui deviennent désagréables, voire insupportables et parfois même douloureux, car le seuil d’inconfort auditif étant atteint. La Maria veut nous rendre sourd à défaut de nous rendre aveugle, tellement inconfortable que la collection est passée inaperçue, dans un décor de la Sainte-Chapelle aux Tuileries. Rien à voir avec l’article sur la « Chapelle Sexe Teens  » d’hier. C’était une pure coïncidence pour protéger mes sources dans le groupe.

JE VÉGÈTE A RIEN

Paris est divisé en deux catégories : à l’Est, les bourgeois-bohèmes appelés plus communément les Bobos et à l’Ouest, les Bonobos. Ce Paname est un grand cercle avec des arrondissements en forme d’escargot, et c’est probablement pour cela que l’on en bave un max. Dans la mode, on en bave aussi, mais celle-ci est celle du crapaud, et les nombreux Vegans ne se rendent pas compte qu’ils vivent dans une profession remplie d’animaux : Il y a des blaireaux, des requins, des lapins (je ne vous fais pas un dessin), des maquereaux, des poules mouillées et des gros porcs, que je n’ai jamais balancé car moi j’ai le respect « d’eau truie ».

MAISON LAVOINE ET A LA VAPEUR

C’est le décor d’un cabinet de curiosités postmoderne qui vous fait les « Yeux Revolver » pour Bobos Parisiens friqués et qui ne manquera pas d’éveiller la vôtre. Table intime et confidentielle que nous vous recommandons pendant la Covid-19. Vous déjeunez dans la boutique dans un espace pensé, comme à la maison. Miraculeusement chaleureux, lumineux et signé Sarah Lavoine avec un nuancier de couleurs du vert au bleu en passant par le noir, c’est ultra parisien et non pas à « titi-pique » mais surtout pas de touriste de l’Empire du milieu à l’horizon, seuls passent par ici les connaisseurs. En effet, il faut connaître le restaurant car il a deux entrées, une place des Victoires pour les gens de mode, et l’autre 6, place des Petits Pères, qui eux ne sont pas du peuple.

UNE MARÉE CHAUSSÉE DE SOUTIEN

AH… Quelle histoire ! Pour deux mamelons et un bout de sein dans l’air, que nous pouvons voir régulièrement dans les collections de couture et dans les backstages – Il y a bien plus important que cela – des gendarmes interdisent des obus, que Maître Pitanguy gonflé de tout son orgueil transforme, pour des Vénus crapuleuses qui armées de ces deux attributs métamorphosent les douces plages en canon de la beauté. La femme abandonne le haut, et la police intervient suite à une dénonciation ! Nous voilà revenus en 1940 où les concierges dénonçaient les anti-germains.

CÉLINE PAS TIK COMPLÈTEMENT TOK

C’est sur la plateforme TIkTok que, chez Céline, Hedi Slimane, le « Clubinard », nous raconte son histoire des années 80 après nous avoir raconté la saison dernière celle des années 1970. Plateforme qui ne compte seulement qu’environ 5 000 spectateurs, et sur laquelle nous avons pu suivre en direct son défilé printemps-été masculin, avec des mannequins qui se promènent sur une ancienne piste de course automobile près de Marseille, probablement cause : proximité des vacances oblige.

Le défilé de Hedi Slimane semblait viser directement la Génération Z, même si certains utilisateurs de l’application ne semblent pas avoir la moindre idée que Céline est une marque de mode française de luxe et que Slimane est un couturier connu. « Changez de chanson »! hurlaient d’innombrables TikTokers (toujours la même rengaine qui tournait en boucle) fatigués par cette litanie.

LES BRAS M’EN TOMBENT…

Ils doivent souvent frémir ! les traîtres au frottement de la soie de Canovas, et se dresser altiers et tremblant sous la fibre protéique. Inexplicablement (pour ceux qui ne connait pas Newton) la gravité les entraînent souvent dans un chute vertigineuse. Au premiers jours, ils se lèvent, gonflés de sève et d’hormone due à leur jeunesse. Souvent je suis subjugué de ces fruits qui sont toujours en couple, je m’abreuve du désir ou de la Poésie de pourvoir les regarder, se balancer muée par leur lourdeur naturel qu’il s’impose.

LES CORBEILLARDS ATTACHÉS DE PESTE

Ce sont de grands chalands qui habituellement relient Paris à Corbeil. Ils sont appelés des « Corbeillards » . Ils livraient jusqu’alors diverses marchandises pour nourrir la capitale. Ils deviennent exclusivement dédiés au transport des dépouilles des pestiférés de cette peste bubonique. Le corbillard n’est que le souvenir lexical de cette sombre période. C’est pour cela que les mots en Français ont toujours un sens.

VALENTINO DANS LA VALEUR DE LA NUIT

Une danse noueuse sous un masque de vie, une mine langoureuse fondue de mépris dans la froideur des âmes qui flottent encore autour de l’Italie. Le voile hagard de la lune déchire la nuit et couvre de sa blancheur la lumière qui imprime sur les robes. Une idée du Maître Sorbier, il y a 10 ans déjà ! Mais qu’importe ! La bise remue l’eau du lac et les tons blancs se fondent dans la lumière de l’objectif d’un océan de fortune.

BLACK MATTER ET CHAMPS DE COTON

Voilà le paysans provençal couturier de son étoient, qui dans sa collection nous donne pour le « Balck Matter » et sa propre définition. Des filles des Maître dans les champs de coton qui son aujourd’hui de blé. Sorte de Mississippi Burning  dans le songe de Django pour la défonce des Afro Européen; Et par un marseillais qui pour la plupart du temps sur les stades de France éructe des bruits incongrue de singe à l’arrivé de Pogba et consord. Et pourtant s’il savait que depuis Toumaï l’Homo erectus était noir, pourtant dans la couture ont si connait.

FOURNIÉ OU LES ANNÉES 50

Julien Fournié n’est jamais aussi bon que quand il donne son travail sur la mode des années 1950. Il avait déjà fait une collection sur Hollywood à l’oratoire du Louvre qui était de toute beauté.

Mais il vrai que, dans ce contexte d’après-guerre, justement en 1950, il y a une floraison de Maisons de Couture, et que la femme n’a qu’une envie après les différents conflits en Europe, c’est de reconquérir sa féminité ! Alors, après la guerre de la Covid-19, que Macron nous a annoncés, voici l’après-guerre pour Julien Fournié et cela ne pouvait être qu’un rappel aux années 1950.

JULIE DU BILAN RYKIEL

Elle fait partie de l’académie de la couture, celle du commun des immortels. Hélas, Julie du Liban n’habite pas Beyrouth ! Elle avait déjà réussi à faire de Sonia Rykiel ce que la maison est aujourd’hui, et malheureusement pour nous, la leçon ne lui a pas suffit, elle continue à sévir, mais cette fois, dans la haute mouture, pensant peut-être qu’elle aura plus de succès ! Dans sa vidéo, elle explique un métier qu’elle ne connaît visiblement pas, et à son âge, déjà très avancé, il est probable qu’elle ne soit plus en mesure de l’apprendre.