VENDEE GLOBE

Voilà l’excellence sous nos yeux ; quand tu navigues devant le Cam, tu peux naviguer les yeux fermés quoi qu’il arrive. C’est le meilleur Sherpa de l’Everest des océans. Oui, la force de la persévérance, du courage et de la détermination arrive toujours à ses  buts… Il n’y a que nous qui nous mettons des barrières pour les atteindre. Bravo Jean, c’est toi le vrai gagnant du Vendée Globe. « Montrez moi un héros, et je vous écrirai une tragédie.” disait  F. Scott Fitzgerald. Pour lire plus cliquer ici

UN SAC FLEUR DE CACTUS

Sauvez un milliard d’animaux tués par l’industrie de la mode ! Voilà donc un challenge qui, aujourd’hui, pourrait devenir possible, et que, vous aimiez ou non le cuir, vous devez admettre que vos sacs, Mesdames, ne sont pas bons pour l’environnement. Voilà donc deux Mexicains qui, à partir de cactus, créent de toute pièce un cuir véritable, une peau, qui n’est pas de vache n’en déplaise aux attachées de peste, très bluffante et l’on peut dire merci à Adrián López Velarde et Marte Cázarez pour cette découverte. Parfait pour les fashionistas qui ont la bouche tellement tordue par les opérations de chirurgie esthétique, qu’elles parlent en italique de ce produit qui va vous piquer au vif. Pour lire plus cliquer ici

JOSSE LA TEMPÊTE DE SOIE

Le romantisme avait la liquidité des tempêtes et des passions. Il affluait comme le fleuve des passions déchainées et s’épandait sur ma solitude qui pleurait le mal de mon siècle. Mais avec un grand champ de taffetas, lorsque vers moi le vent l’incline frémissant Christophe Josse et sa magie apparaissent, comme une brume des songes où sont concentrés tous les parfums du monde, le charme du baiser, et le pouvoir de l’artiste.

C’est la fille aux cheveux de taffetas de soie qui avance sur la chanson « The Strange Little Girl  » qui n’est pas si étrangère pour nous. Harmonies des songes d’une nuit d’hiver où le confinement exacerbe nos sens à ne plus en finir, fluidité de la matière qui rappelle l’enfance et sa chemise qui l’été apportait fraîcheur et bonheur…Pour lire plus cliquer ici

LE VIL MORIN PRÊTE SON TAG

Voilà donc le nouveau petit génie de la Fashion Week, un « aérographeur » ou tagueur qui s’est probablement fait la main sur vos immeubles. Sa technique, une fois que le tissu peint est sec, ou à sec, c’est selon, il le froisse complètement, le détruit et s’assied dessus, pas seulement sur le tissu dit-on, mais cela est une autre histoire. Il l’emballe et le laisse traîner pendant quelques jours dans un coin de son appartement, et voilà la Haute Couture trainée sur un parquet poussiéreux, mélange d’acariens et de Covid pour seulement 1 200 euros. Les bobos parisiens vont adorer ! Mais il est vrai, que le Seigneur des Arnault vend bien des bouteilles de Château Yquem poussiéreuse à 10 000 euros pièce… Pour lire plus cliquer ici

SORBIER COMPRENDRE LE MONDE

Franck Sorbier ne pouvait pas commencer son film sans faire un hommage à Robert Hossein, qui fut leur indéfectible amis, lui tonitruant, qui les voyait vrombir comme les ailes d’un colibri pour au final ne faire aucun bruit, car leur magie rappelle souvent le chaos calme de ces gens qui se battent pour se tenir en équilibre, comme des funambules tout en plumes de légèreté, l’un contre l’être, l’autre contre vents et marées, dans le silence assourdissant de l’argent de la Fashion Week qui promeut des jeunes hommes de 23 ans avec un talent juste présumé. Pour lire plus cliquer ici

AZ FACTORY PSYCHOTHERA PRISME

Installé dans un bureau circulaire, Alber Elbaz assis dans un studio de cinéma en banlieue parisienne espère que sa présentation l’histoire de l’usine AZ sera aussi fluide et convaincant que celle du vénéré présentateur Jean-Pierre « Pernod », espérons qu’à la fin nous ne serons pas complètement saoul.

Il explique sa ligne de conduite pour sa start-up, une joint-venture en Compagnie de la Financière Richemont (Groupe Cartier). Le patron de ce groupe de luxe Suisse, Johann Rupert aurait dit à notre créateur enfant « Makes it happy ». Pour lire plus cliquer ici

ROLLAND L’ANDALOUSE

Quand Stéphane Rolland caresse l’organza, il se fait précieux comme un bijou, et c’est alors que la soie métallisée or et brodée de cristaux et de perles apparaît. Je vois passer les robes qu’un baiser accompagne avec le flot des rêves qui allume les regards, et qui fait passer de la tristesse à l’enchantement. Un moment de l’Espagne et de Cordoue à la fois, une pensée pour le couturier des couturiers celui de Getaria qu’il magnifie à merveille. Mais, Cordoue ne tremble pas sous le mystère que lui impose le créateur, et même si l’ombre redresse l’architecture de la soie, il divine aisément, et c’est tant mieux. Pour lire plus cliquer ici

DIOR NI FANGE NI RAYMOND

Des traits d’or et d’azur dans une brume que la nymphe divine, hors de son repos, tente de briller pour éclairer l’univers du luxe, et remplir de feu la rive Orientale de la belle Samaritaine. Le soleil se hâtant pour la gloire des cieux vint poser sa flamme sur l’éclat de ses yeux sur les rayons des Vuitton de l’Olympe. Une question, somme toute, reste sans réponse, de sexe il s’agit assurément, mais duquel ? J’ai frotté ma lampe et j’ai fait un vœu, cela n’a pas fonctionné, la Chiuri est toujours dans la maison du Maître de Granville.

Chut…  La vidéo commence, et une ingénue interroge une cartomancienne, qui lui donne la carte de la prêtresse, et la clef des songes du château du Seigneur des Arnault. Un prince apparaît au fond d’un couloir, et disparaît dans la bâtisse. La justice et sa balance lui donnent, comme pour continuer le jeu, le droit de trouver le poids des mots et le choc des images. Pour lire plus cliquer ici

SORBIER POUR SCHIAPARELLI

Dix heures du matin le 25 janvier, je regardais « pédébus » la collection de Schiaparelli sur mon Iphone X. Au corps enveloppé de vent et de lumière, ma première impression fut assez bonne, mais avec un arrière goût dans la bouche qui persistait. J’ai, en effet, trouvé cette collection de Franck Sorbier « Della Valle  » superbe ! J’avais déjà trouvé, que la robe de Lady Gaga, pour l’intronisation de Biden, était très inspirée des robes du Maître des oiseaux inséparables du génie.

AAAAAAAh… Franck Sorbier quand tu nous tiens ! Tu nous emmènes dans ton monde et attires avec toi l’ensemble des créateurs de la Fashion Week de Paris, et surtout ceux qui sont en manque d’inspiration, et qui viennent comme des chacals de la couture posthume, sucer l’origine du monde du point de feston. Pour lire plus cliquer ici

SHUTING QUI ?

Voilà, sans aucun doute, un semblant d’essai de création pour attirer l’attention sur une couture qui n’en vaut pas la peine. Une copie de Laura Ashley qui se serait accouplée avec Loulou de la Falaise en 1970 qui a fait les archives de vieux mag d’Elle, une confrontation entre la force d’un désir et la fragilité d’une technique non adossée à la sécurité d’un savoir. Le torse bombé comme le bréchet de certains oiseaux, on imagine le clapotement sournois d’un égout qui sert de déversoir au vêtement toujours plus moche dans une Chine millénaire où le Manneken-Pis aurait donné quelques conseils de La Cambre. Pour lire plus cliquer ici

KIM JONES MILITAIREMENT VÔTRE

Pour vivre heureux, recherchez plutôt l’élégance que le luxe, et le raffinement plutôt que la mode. Pour être épanoui, recherchez plutôt une richesse intérieure qu’une richesse pécuniaire ; parlez gentiment, agissez franchement, en d’autres termes, laissez le spirituel grandir au travers du commun. Pour Jones, l’élégance est un parfum qui imprègne la tête des hommes. C’est une conjugaison du corps, qui se mesure au port de tête, à la démarche et à la tenue militaire de Kim pour rehausser le tout dans une allure martiale.Pour lire plus cliquer ici

VUITTON BLACK IS BLACK

Saul Stacey Williams, manteau noir errant dans un paysage de montagnes enneigées, contraste entre noir et blanc avant de muter dans un décor de marbre à l’intérieur du Tennis Club de Paris, pour probablement prendre la balle au « Bon ». Bande sonore du poète britannique Kai-Isaiah Jamal qui nous déclamait la leçon : « En tant que Noir, en tant que trans, et en tant que marginalisé, le monde est là pour nous prendre, car il nous prend beaucoup ! » Véritablement dans ces premières secondes, je me sens perdu comme un neurone dans le cerveau de D.Grumler. Pour lire plus cliquer ici

YOHJI YAMAMOTO ENKA

L’espace est noir. L’onde est sombre comme le gouffre obscur du masque. Il n’y a pas d’étoile dans l’azur de Yohji, la fascination de la nuit l’emporte par les vents de janvier, dans l’espoir d’une lueur dans le crépuscule. Voilà l’alchimiste chromatique plus proche chaque jour de Soulage et qui joue avec le métal, car le coeur n’est jamais si bien en équilibre que sur le tranchant de l’acier. Complainte japonaise de Tsukakoshi, comme ce vieux marchand fortuné qui n’a d’yeux que pour Fumiko, une geisha d’une beauté exceptionnelle, et l’homme, avec son obsession pour une partie spécifique de son anatomie, atteindra une intensité dans sa passion si forte que cela le conduira au bord de la folie. Pour lire plus cliquer ici

ANGUS UN BLUFF SUR LE MOI

C’est un label masculin, dit contemporain « Angus Chiang », créé en 2015 qui présente des modèles inspirés de la culture taïwanaise du créateur. Fusion culturelle asiatique avec un design collant aux différentes cultures qu’il a connues. Certains disent qu’il a un extraordinaire sens de l’esthétique, de l’humour et de la jovialité, je dirais aussi triste qu’un Suisse sous antidépresseur.

En 2017, nommé pour le prix LVMH, il est invité à la Semaine de la Mode Masculine de Paris. Pour faire plaisir au Seigneur, sa collection s’appelle « She and Their Red Lips » – traduisez « Elle et leurs lèvres rouges » – en parlant des bimbos qui achètent leurs maquillages chez Castorama.Pour lire plus cliquer ici

SANKUANZC PARIS 2021

Artiste contemporain chinois connu pour ses performances vidéos et ses installations extravagantes, voilà la marque qui monte  Sankuanzc ou le Pic de Branque, qui pour atteindre des sommets ont grimpé sur la Tour Eiffel. On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Une marque qui nous fait des chinoiseries sado-maso ayant attiré les gens de la chambre enchainée à leur bureau, il est vrai que là où il y a de la chaîne, il n’y a pas de plaisir. Pour lire plus cliquer ici

ZEGNA MONOCHROME

Malgré la stagnation des présentations, la collection était ancrée dans la routine quotidienne qui a remodelé nos vies ces dernières années. Mais pleine de vêtements d’une simplicité séduisante, l’invitation à la collection Hiver 2021 d’Ermenegildo Zegna est arrivée sous la forme d’un film intitulé « The Re(Set) ». Alessandro Sartori a effectué le montage dans la nuit du jeudi au vendredi après-midi. Nous avons maintenant un peu plus de recul sur ce cauchemar viral qui a enveloppé l’humanité dit-il. La dernière fois que Sartori a mis en scène un spectacle, nous étions encore pris dans la nouveauté de ce verrouillage mondial de nos vies. Les rues étaient vides, la nature exultait, et le créateur dans sa présentation virtuelle fait honneur à la nature, tout comme nous tous. Pour lire plus cliquer ici

KOMA PRE 2021

La collection a trouvé un juste équilibre entre le glamour caractéristique de Koma et la douceur et le confort actuellement demandés. Koma n’a pas choisi la voie conventionnelle du confort en apposant son nom sur un survêtement ou en créant une paire de pantoufles. Le confort et l’intimité à la maison ont pris la forme d’un manteau de laine léger comme des plumes, de tricots de cachemire avec juste assez d’élasticité pour encadrer le corps, et d’une chemise glamour et confortable en soie extra-douce et en subtiles broderies de cristal…Pour lire plus cliquer ici

QUAND ORWELL PARLAIT DE MODE

Que se passera-t-il lorsque les premiers rangs de bimbos et de journaleux disparaîtront un vendredi dans les limbes du pacifique. C’était la question que tout le monde de la mode se posait pendant les attentats, mais voici la Covid qui vient définitivement supprimer ces grandes messes qui ne servent finalement qu’à brosser dans le sens du poil les égos de chaque créateur après Dieu, « un je d’enfant ». Pour certains,  et pour la sexualité des autres, oubliant que l’amour est un besoin et que le sexe est juste une envie. J’ai besoin d’avoir l’avis de quelqu’un d’intelligent, connaissez-vous quelqu’un ? 

Les designers et les marques se sont mis à l’action, en diffusant des émissions en direct, en créant des films, en entrant dans l’arène de la réalité virtuelle ce qui arrange grandement certains qui construisent les robes avec des gants de boxe, faisant ainsi disparaître définitivement les petites mains derrière le couturier et l’image de celui-ci glorifié pour devenir une icône. Pour lire plus cliquer ici

BURTON LA CHAUSSETTE McQUEEN

La collection de la créatrice Sarah Burton pour Alexander McQueen est dépouillée et avec ses manches ballons, finalement c’est une collection peu gonflante. Peu de haute couture mais surtout une « haute platitude d’anglaise » sur le bord de se jeter dans la Tamise car prendre la place de McQueeen est une chose peu aisée. Des « vêtements » comme dirait notre Pascal Marrant Hexagonal. Voici les temps immémoriaux du post-Covid, difficiles, mais il est vrai que la nostalgie du petit génie de la mode ultra-créatif nous laisse à penser que peut-être demain… Pour lire plus cliquer ici

LE DIABLE S’HABILLE EN NADA

Partir, c’est crever un pneu ! et malgré une année difficile pour Anna Wintour, qui a été marquée par de nombreuses rumeurs selon lesquelles elle quitterait Condé Nast cet été, elle a été promue responsable du contenu mondial, mardi dernier. Le diable ne s’habille toujours pas en Nada. Wintour, la terreur des faubourgs de l’industrie de la mode, le Bescherelle de la Fashion Week, l’une des cadres les mieux payées de la société, occupera le.. Pour lire plus cliquer ici

KEANE RIEN QUE POUR VOS YEUX

Les nuits, parfois, sont plus douces que les jours, et Margaret peint des yeux sans ombre exprimant le reflet de sa douleur. Pourtant, les étoiles brillent toujours, et les yeux se sont remplis d’ombre, pour se tourner quelque part vers ce qu’on nomme l’invisible. Alors, au cours des années 1960, les toiles de Margaret Keane, par faiblesse et soumission, sont vendues par son époux Walter Keane à la galerie Hungry i. club de San Francisco… Pour lire plus cliquer ici

L’ACT COUTURE NOTARIAL

Voilà, sans aucun doute, un essai de création pour attirer l’attention sur une couture qui n’en vaut pas la peine. Une copie de « Jacques-manuche nuche » accouplée à Guo Peï, pour une confrontation entre la force du désir et la fragilité technique, adossée à l’horreur physique, mais il est vrai que l’horreur est humaine. On imagine le clapotement d’un égout servant de déversoir, qui s’éparpille dans une gerbe de gouttelettes et qui s’accroche au Covid-19 qu’un morpion sur le pubis de Minerve ne pourrait pas porter.

Label fondé par Luca Lin et Galib Gassanoff en 2016 en Italie, et on peut se demander si cette collection est le résultat de l’inspiration d’un labeur qui travaille comme un muscle à la place du cerveau « Croate comme dirait le corbeau » ou d’un effort continuellement renouvelé et entraîné à produire des neurones au chômage technique…Pour lire plus cliquer ici

PARFUM HERRERA UN PUTSCH

Avec une bonne paire de chaussures, une femme peut conquérir le monde, paraît-il ? Voici la nouvelle arme de séduction massive signée Carolina Herrera par le truchement des Puig ; un putsch, et c’est bien naturel pour un flacon qui imite une chaussure et qui présage d’une collection cousue avec les pieds. Espérons que cela ne sente pas en plus la savate. Mais dans quel esprit ! « fin de série » peut germer cette idée saugrenue ? Même Louboutin ne l’a pas envisagé.  Allez-y ! Révélez en vous la fraîcheur lumineuse de la tubéreuse et le sillage sensuel du Jasmin Sambac, pour faire ressortir votre côté bimbo de bitumeuse… Pour lire plus cliquer ici

OSSIFIER ROUSTEING POUR BALTRINGUE

Camus disait : « Si tu habites avec un boiteux, tu boiteras bientôt toi-même ». Voilà quelques croquis de l’enfer sur un trône splendide du Qatar, un défilé médiocre que notre décadent a spontanément enfanté pour l’inexorable déconfiture du sens esthétique et moral de la couture. Une collection proche de la Côte mais « d’Azor le chien », ou de côte de « Bhopal » pour nous asphyxier.

Dans cet univers frelaté fourmillant de petits « créateurs » qui, au nom de la modernité, réingurgitent le travail de leurs prédécesseurs sans en avoir le talent. Cet Olivier fabriquant d’huile pense porter une aiguille comme une épée, mais celle-ci racle le ruisseau, et infatigablement, il copie ses prédécesseurs sans en avoir le génie…Pour lire plus cliquer ici

PLACE2SWAPE DU LUXE

Pouvoir, avec un peu d’aide, et ainsi mettre en contact les acheteuses compulsives avec des vendeuses qui voudraient céder leurs parures de désir préférées pour en acquérir de nouvelles et ainsi se laisser envahir par cette fièvre acheteuse en vous dédouanant de la culpabilité de détruire votre propre planète. Economie circulaire pour finalement ne pas tourner en rond, mais surtout, pour ne pas détruire inutilement ce que nous aimons profondément, car la terre c’est la mère disait Roland Barthes.

Alors deux femmes dont l’une d’elles se nomme « Estefania », qui veut dire en catalan « la couronnée », (un signe certainement) invente le Re-commerce. Connaissez-vous ?… Pour lire plus cliquer ici

ATTACHÉES DE PRESQUE

La Fashion Week de Paris regorge d’attachées de presque, vieillissantes qui s’accrochent désespérément à leur métier. Une multitude de douairières cosmopolites qui gravitent autour des maisons de couture et de joailleries. Ex-rédactrices en chef de grands magazines débarquées, depuis plus de 15 ans au moins, elles écrivent, avec une plume de marbre mais surtout de pierre, des textes pris dans le ruisseau, là où se tient usuellement la vulgarité dont elles jurent : « Oh Grand Dieu ! » ne pas en faire partie… Pour lire plus cliquer ici

LE CLASH DE CARTIER

Le nom d’un groupe punk britannique originaire de Londres pour un bijoux ! Pourquoi pas si celui-ci est de famille ? Voilà donc Cartier qui va nous « clasher » avec une série de bijoux à picos, pour les bourgeoises du 16e qui veulent s’encanailler quand elles se déplaceront dans les concerts des bas-fonds qui ne dépassent pas la porte d’Auteuil. Après le cloud, le studio de design de la maison en interne nous remet un picot pour bimbos, ce qui fait à l’addition du pipeau bimbo, sorte de petit osselet que la marque dans un « ossement » d’épaules nous présente. Nous avions déjà la « Cruche » de Chanel, à quand le « Prout » de Bulgarie ? Pour lire plus cliquer ici

TÊTUE COMME UNE MOULE

On peut décidément s’amuser d’une kyrielle d’expressions d’un autre temps qui disparaissent dans le forage de Kola et dans les profondeurs des usagés de la Télé-réalité. Par exemple :  une cartouche d’encre noire devient une cartouche de couleur nuit, politiquement plus correcte. Les lavandières qui ne faisaient que laver, aujourd’hui pratiquent « laver » Maria ! Et le petit rat de l’Opéra arrive seulement aux heures de pointe. Et nous sommes passés du cardigan à la Cardi B. Un crétin qui imprime un logo sur des T-shirts s’appelle dorénavant un couturier ! Et un bug humain ; un Trump… Pour lire plus cliquer ici

YANNICK MACHADO

Parfaitement construit, superbement brodé, il l’annonce lui-même, on n’est jamais mieux servi que pas soi-même. «Je voudrais donner aux femmes la possibilité de montrer leur force, pas leur pouvoir». Voilà donc un chapitre pour une griffe qui se veut Chinoise alors qu’elle devrait être Française et faire partie de la Chambre Syndicale. Mais Yannick Machado, moitié Italien et moitié Français avec un soupçon de Portugais est un célibataire endurci qui aime éperdument les robes de mariées. Allez savoir pourquoi ? Pour lire plus cliquer ici

PAR MON VIBRANT MA SOEUR

Règle numéro un pour un célibataire, l’autre a toujours raison, surtout si vous voulez arriver à vos fins. Les sociétés rejettent ainsi cruellement, depuis toujours, ce que la biologie commande de rejeter, la nature a toujours raison. C’est pour vous dire que le marché est ouvert, surtout pour la maison du Maître de Granville. Voilà donc les attachées de poste de la Maison « J’Adior » qui parient sur la journée des célibataires. L’hôpital qui se moque de la charité ! Pour lire plus cliquer ici

LE CARREAU DU TEMPLET

Si vous pensez que les friperies de la rue de La Verrerie à la rue du Temple sont là par hasard, vous vous trompiez ! En 1806, le jeune et fringant Général Pierre Dorcenne s’apprête à partir pour la campagne de Prusse, et la guerre, à cette époque, c’est aussi l’élégance car l’élégance est la seule beauté qui ne se fane jamais. Aussi Le Général commande à son tailleur un bel uniforme blanc tout neuf qui est emballé soigneusement car bien décidé à l’étrenner sur le champ de bataille… Pour lire plus cliquer ici

UN CHIEN VAUT MIEUX QUE DEUX TU L’AURAS

Saviez-vous qu’en 1840 s’ouvrent en France des «colonies agricoles» destinées à éloigner des jeunes urbains de leur contexte géographique pour les ramener dans le droit chemin ? Nous devons cela à Napoléon et c’est son Code pénal de 1810 qui a fixé à 16 ans l’âge de la majorité pénale. Vers 1830, la mise en place des «maisons de correction» pour ces jeunes n’étaient déjà pas à l’époque un luxe… Pour lire plus cliquer ici

TRIPES ADVISOR BRUCELLES A L’HEURE

« Vous aimez les abats ?  Eh bien, moi aussi et j’ai tous leurs disques ». C’est comme ça que la soirée a commencé, ça vous donne le ton de la beuverie qui s’en ait suivie avec la Bitumeuse que je trimballais comme un obscur objet de désir. « La Viva M’Boma » est un restaurant à noter d’urgence en 5 étoiles sur « Tripes » advisor. Dans le quartier de Sainte-Catherine, à Bruxelles, qui abrite une congrégation de vieux bobos « tripistes », un groupe d’amateurs de viscères, d’entrailles, de glandes et autres organes mettent un point d’honneur à cuisiner avec cérémonie. Le pire, c’est que vous aimerez ça et que vous en redemanderez. Depuis « Quand Harry rencontre Sally », on n’avait jamais autant pris son pied (de veau) dans un restaurant. « Very good « tripes » indeed… ? » Pour lire plus cliquer ici

LA MODE INFECTE L’HUMANITÉ

C’est la nouvelle façon d’être humain, et la France produit ce nouveau schéma commandé par nos nouveaux leaders, les grands capitaines d’industrie du luxe qui nous font croire que notre vie ne serait supportable qu’avec un Iphone ou un sac Chanel.

C’est la nouvelle façon d’être humain, et la France produit ce nouveau schéma commandé par nos nouveaux leaders, les grands capitaines d’industrie du luxe qui nous font croire que notre vie ne serait supportable qu’avec un Iphone ou un sac Chanel… Pour lire plus cliquer ici

ON AURAIT PU DIRE BIEN DES CHOSES

On aurait pu dire bien des choses en somme. A toutes ces phrases des égéries de la télé-réalité, « Il y a pas photo » ; terme de turfiste que l’on aurait pu transformer en bon français : « il n’y a aucun doute ». « Je vais te mettre la misère ! » dit-elle encore. De nouveau, utilisez la phrase de Balzac : « je vais faire rendre gorge à ces barbares contrefacteurs de style ». Voici donc des barbarismes que personne ne comprend. Ainsi les Grecs appelaient barbares toutes les nations qui ne parlaient pas leur langue ou, du moins, qui ne la parlaient pas aussi bien qu’eux ; sans excepter les Égyptiens, auxquels ils étaient redevables d’une partie de leurs sciences et de leurs arts…. Pour lire plus cliquer sur le titre