ZADIG ET VOLTAIRE, STUPEUR ET TREMBLEMENT

C’est un « sein en hiver » que « Zadig et Voltaire » nous présente, une couture qui « n’était guère épais », comme dirait Lev Nikolaïevitch, une collection de tapineuses, de routiers, habituels barbares de la création qui surfe entre le zig et le zadig pour nous présenter au final un Orient de bas étage. Fin de série du royaume de Babylone, une couture pensée dans la rue et cousue sur la borne, mais la vermine éphémère démange un instant, puis périt ensuite.

La marque suit les préceptes de Zoroastre : « celui qui a de vieux chameaux » (traduction littérale).

UNE GROSSE POMME POUR PUMA

Rihanna est une source d’expiration pour nous mais surtout pour les jeunes. Elle est l’ambassadrice de Puma, normal pour une « couguar ». Directrice artistique des collections féminines de la griffe sportive depuis 2015, elle propose à la fashion week de New York une bien morne collection.  Elle, qui avait déclaré sur les médias sociaux que son premier baiser avait été «le pire moment» de sa vie : «Il avait déversé toutes ses glandes salivaires dans ma bouche», aujourd’hui, c’est le contraire, elle nous assène un baiser mais c’est le baiser de la mort. Bienvenue dans la ‘fashion wreck’ de New York.

NAMILIA POUR NABILLA

Les Fashion Weeks sont de véritables opportunités pour les nouveaux designers de se faire connaître. Malheureusement ou heureusement, nous assistons souvent à des collections qui ne seront jamais produites et reste seulement adaptées à un show conceptuel d’étudiants de mode plus que celui d’une marque essayant de vendre des produits. e

Les concepteurs designers Nan Li et Emilia Pfohl semblent loin de ces préoccupations et ont présenté une collection inspirée du XVIe / XVIIIe siècles. Par conséquent, non seulement ces vêtements ne peuvent être vendus et, techniquement, il existe un réel manque de savoir-faire dans la réalisation

UN PLEIN POUR UN RIEN

Un plein pour un vide plus sidérant que sidéral. Le plein de jarretières de cuir, c’est la couture sexe du XVe siècle mis à l’honneur dans sa réactualisation d’un quatrain pour une catin. A se demander, si le créateur n’était pas plein ?

Une crinoline sans jupe avec des lames d’acier flexibles remplacées par des lanières de cuir : « très jolie quand tu veux aller au lit pour une séance de bondage, me dit la Vicomtesse de Voixtout, mais malheureusement quand tu l’enfiles, ce n’est même pas confortable ».

Body de pute et socquette de petite fille, la vérité sur le prêt-à-porter n’est pas toujours au rendez-vous dans la ville où le quart d’heure de célébrité fait légion

LISI LIU LA PERLE JAUNE DU SICHUAN

Si vous lui parlez en français, il vous comprendra extrêmement bien, mais, à contrario, vous le comprendrez difficilement quand il vous parle ! Il mange les mots comme il savoure sa ville d’adoption. Toutefois, nous n’étions pas là pour voir si Lisi parlait correctement le français ou pas, mais pour voir si c’était un vrai couturier. Un point c’est tout.

Bienvenue dans un voyage, au cœur de l’Empire du Milieu de la mode. Même si son français est approximatif, sa couture ne l’est pas. Ce jeune de 26 ans formé à Esmod a cette ferme volonté de vouloir se hisser parmi les premiers designers chinois de la capitale française avec Guo Peï.