ON ACHÈVE BIEN UN CÈDRE DANS LE CARTIER

Le cèdre de la fondation Cartier, planté par Chateaubriand, achevé par le groupe d’Afrique du Sud, sera-t-il remplacé par un baobab ? Voilà donc l’arbre bicentenaire de la Fondation victime de je ne sais quoi ! L’arbre, le plus robuste de la terre, aurait manqué de liquide, un comble !  La maison-mère aurait pu contacter Nestlé pour apporter à cet Auguste la nourriture de ses clientes « Le H deux O ». Au moment où l’on parle tellement de l’hydrogène, voici maintenant que l’androgène se fait loi. Ils sont là quarante qui ont de l’esprit comme quatre.

ANTOINE ET DIEU CRÉA LA FEMME

Le couple, non pas moins anonyme, et qui a deux fils hors mariage, s’est marié la semaine dernière. Antoine, fils du Seigneur et le mannequin russe Natalia « Vodia pas vraiment nova » ont organisé une cérémonie civile à Paris. Comme quoi les filles maigres comme des clous rendent marteau !

FRANCK SORBIER 2021

Beaucoup de beauté, un soupçon de réalisme pour nous montrer le monde tel qu’il est, et de culture assurément comme à chaque présentation. Le Maître de la Couture vient de révéler, sous son masque, la dague qu’il enfonce profondément dans les flans de ses détracteurs, mais celle-ci est entourée de velours et de dentelles, elle n’en fait pas moins mal.

MOLLY GODDARD RTW 2021

Goddard sortant de Central Saint Martins avait l’intention de travailler pour une maison de couture, sans penser qu’elle pourrait avoir sa propre marque. Sa marque éponyme est apparue « accidentellement » en 2015, lorsqu’elle a commencé à se battre à l’école et à organiser une fête de la mode pour ses amis avec des modèles qui ont vite été remarqués et ont reçu des commandes.

MOURET ÉGOÏSME, MOI DE 365 JOURS

Un miracle pour celui qui est né à Lourdes ! Roland Mouret est le deuxième partenaire du lancement de Luxury Stores et la première marque britannique indépendante à rejoindre Luxury Stores d’Amazon. Savent-ils qu’il n’avait fait que trois mois au studio Berçot pour un « apocalypto » général de son cursus.  Celui-ci est parti vivre à Londres et, depuis il cultive toujours la haine du Français, cette haine insondable et irrépressible d’un ancien mannequin devenu créateur grâce au Harper’s « Hazard ».

UNE TRUFFE DANS LE MARAIS

Pendant des siècles, la truffe a été bannie de toutes les tables, et interdite durant tout le Moyen-Age. Un champignon noir, sous-terrain naissant avec la foudre, cela suffira à la Sainte Inquisition pour l’interdire. La truffe était « aussi noire que l’âme d’un damné » ! C’est François 1er qui la réintroduit à la cour, elle sera présente à tous les repas, et retrouve ainsi ses titres de noblesse. Elle devient le diamant noir et un produit de luxe sous Louis XIV, la Montespan la considérant même comme un aphrodisiaque et en faisait consommer à Louis XIV lorsque celui-ci mollissait.

AMAS ZONE DE CONFORT

Je veux que l’on me considère comme un « mètre » ou rien. Pour moi, mon choix est fait : je m’arrête volontiers à la seconde considération. Il est lourd et obstinément enfoncé dans sa science, occupé à compter tous ses livres qu’il dissèque, avec un tel encombrement d’outils et de préparation que lorsqu’il sort de ses entrepôts et revient à la lumière, il garde l’odeur du cénacle où il s’était endormi entre deux millions ou rayons, c’est selon. La vraie noblesse lui manque pour les choses usuellement délicates, alors pour la couture, ses mains de distributeur sont maladroites et devant son triomphe, il croit pouvoir tout faire et même peindre l’évidence.

NO BREAKFAST AT TIFFANY’S

Dans une grande salle de convention, le magna du luxe Français, chemise blanche et costume bleu roi, « un signe », ouvre le séminaire annuel de « Louis Vison Mouette and Psy » qui réunit les cadratins du premier groupe de luxe mondial venus de toute la planète. Chronique d’une journée de l’homme, le plus puissant de la planète, qui formate nos rêves : enfin des autres. Même au sommet, le propriétaire voit tout, contrôle tout, surveille tout… Soudain, un homme arrive prestement des coulisses, monte sur la scène et glisse un petit mot au « Polie Techni Chien » que celui-ci regarde du coin de l’œil sans rompre le fil de son discours.

ENFANTS RICHES DÉPRIMÉS

La griffe de vêtements unisexes, « Enfants Riches Déprimés » est le projet bien-aimé du designer né à Atlanta, Henry Levy. Amalgamant l’attitude louche des musiciens Punks des années 70 et les sensibilités déconstructionnistes des designers avant-gardistes japonais, le mélange unique des détails d’inspiration DIY et des graphiques percutants incarnent ce que Levy qualifie de « couture élitiste et nihiliste »

.

FILTRE A INTELLIGENCE DE MODE

Quelle volonté avait ordonné l’invention de ces formes si sophistiquées de donzelles toujours plus ingénieuses et toujours plus distantes pour se faire remarquer, et à mesure que les minutes s’écoulaient sur ma Tag Heuer, cette marque que j’adorais bien avant que le Seigneur des Arnault rachète cette maîtresse de mon temps.

DIOR CRUISE 2021

C’est dans l’enceinte du Dôme de Lecce, le joyau de l’architecture baroque italienne au cœur des Pouilles, que Dior va dévoiler sa collection Croisière 2021. Tiens, tiens les Pouilles, cela résonne pour nous les pouilleux, les cerfs, les lads du Seigneur, les scribouillards de l’enfer, qui viennent pour le savoir-faire artisanal et qui repartent avec l’idée industrielle que la gazelle italienne nous impose, elle, qui est de l’île grecque de Lesbos…

MAISON LAVOINE ET A LA VAPEUR

C’est le décor d’un cabinet de curiosités postmoderne qui vous fait les « Yeux Revolver » pour Bobos Parisiens friqués et qui ne manquera pas d’éveiller la vôtre. Table intime et confidentielle que nous vous recommandons pendant la Covid-19. Vous déjeunez dans la boutique dans un espace pensé, comme à la maison. Miraculeusement chaleureux, lumineux et signé Sarah Lavoine avec un nuancier de couleurs du vert au bleu en passant par le noir, c’est ultra parisien et non pas à « titi-pique » mais surtout pas de touriste de l’Empire du milieu à l’horizon, seuls passent par ici les connaisseurs. En effet, il faut connaître le restaurant car il a deux entrées, une place des Victoires pour les gens de mode, et l’autre 6, place des Petits Pères, qui eux ne sont pas du peuple.

BONDAGE CHIC OU LA FEMME A RÉGNER

Toutes les chutes sont mauvaises… sauf les chutes de reins ! Et donc après le porno chic, le bobo chic, le sado-maso chic, une nouvelle tendance apparaît : le bondage chic ou le concept de la femme à « Tâcher ». La mode se réinvente toujours par ses déviances ! La question est : pourquoi les grandes tendances sont-elles toujours liées au sexe, à l’alcool et à la drogue ?

UN NIGERIAN DE LAGOS POUR KARL

En hommage à son fondateur pour ses collaborations surprenantes, Kenneth Ize a concocté une collection capsule pour le prince de Hambourg. « L’étendue du travail de Karl m’a beaucoup inspiré, et c’est un honneur de travailler avec la maison qui porte son nom » a déclaré Ize, en communiquant d’abord les détails du projet JMZ. « Notre vision est de combiner l’esthétique chic parisienne de Karl avec des éléments de l’art africain traditionnel ».

SCHTROUMPFEMENT BON MARCHÉ

AHRRRR… L’humour j’aime beaucoup avec les « pieds paquets », et il semble que le Seigneur des Arnault, lui aussi, mais seulement les paquets de dollars. Pourtant, l’idée de dynamiser la scène commerciale du Bon Marché en remplissant le magasin de marchandises sur le thème de la culture Belge le 29 août c’est Schtroumpfement bien. Car si tu ne vas pas à la Belgique, c’est la Belgique qui viendra à toi, lui avait soufflé l’homme de Tolède dans sa grande mansuétude.

QUOTAS SEXUELS DE MODE

Je suis hétéro et je le revendique et j’aimerais faire une demande concernant la parité pour les hétéros qui souhaitent travailler dans le milieu de la mode et du luxe. J’en appelle au Seigneur afin que celui-ci institutionnalise des quotas dans ses entreprises pour les hétérosexuels.

Il y a quelque temps, un célèbre inconnu, sélectionneur de futurs talents des écoles de la Chambre Syndicale, qui pensait que « le mieux était le bien d’autrui », recrutait les meilleurs futurs créateurs non pas pour leur talent, mais pour leur aptitude à sa sexualité. Ainsi pour l’année à venir, ce « discriminateur » s’assurait une année « Anus Pas vraiment  Horribilis ».

EATALY L’ANTI MEZZOGIORNO

Le Mezzogiorno, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, cela ne s’invente pas ! Ouverture d’un nouveau temple de la « food » italienne ; 2 500 m2 en plein Marais – « Eataly », jeu de mot comme dirait Maître Capello – Samedi dernier, c’était la queue comme pour les boulangeries de l’ex-Allemagne de l’Est le jour de la livraison de la farine. Les Veaux-Veaux Parisiens, à la queue leu leu, comme chez Denise, rue Quincampoix, attendent de pouvoir entrer dans ce temple de la gastronomie italienne dont les chiffres donnent le vertige. Pas moins de 7 points de restauration (2 500 couverts par jour), une cave à vins abritant 800 références, mais, à vaincre sans baril, on triomphe sans boire ! Une épicerie fine, pour un lieu ouvert 7/7 jours, même le dimanche des ragots !

MON PÈRE AVAIT RAISON !

Mon père avait raison ! Non, ce n’est pas une pièce de Sacha Guitry, mais la raison du grand Jacques, président des Métiers d’Art entre autres, et qui avait compris, avant tout le monde, que ces métiers étaient essentiels et indispensables à la survie de la Haute Couture ! Seul, il l’était, contre les Pierre Saint Laurent, Yves Berger, et Didier Grumler & Cie qui se sont toujours farouchement opposés à cette vision.  Au final : « Mon père avait raison… »

LES BRAS M’EN TOMBENT…

Ils doivent souvent frémir ! les traîtres au frottement de la soie de Canovas, et se dresser altiers et tremblant sous la fibre protéique. Inexplicablement (pour ceux qui ne connait pas Newton) la gravité les entraînent souvent dans un chute vertigineuse. Au premiers jours, ils se lèvent, gonflés de sève et d’hormone due à leur jeunesse. Souvent je suis subjugué de ces fruits qui sont toujours en couple, je m’abreuve du désir ou de la Poésie de pourvoir les regarder, se balancer muée par leur lourdeur naturel qu’il s’impose.

VALENTINO DANS LA VALEUR DE LA NUIT

Une danse noueuse sous un masque de vie, une mine langoureuse fondue de mépris dans la froideur des âmes qui flottent encore autour de l’Italie. Le voile hagard de la lune déchire la nuit et couvre de sa blancheur la lumière qui imprime sur les robes. Une idée du Maître Sorbier, il y a 10 ans déjà ! Mais qu’importe ! La bise remue l’eau du lac et les tons blancs se fondent dans la lumière de l’objectif d’un océan de fortune.

VIRTUAL FASHION BORN TO BE ALIVE

Au cours des deux dernières semaines, nous avons assisté à une série de présentations virtuelles, d’événements en ligne différents et variés. On ne peut pas accuser les maisons de luxe de manquer d’inventivités, et on apprécie vraiment la rapidité avec laquelle tout a été mis en ligne, même pour la grande Muette, qui est habituée au virtuel, était, pour une fois, dans son élément. Toutefois, il semble que ce système soit plus adapté aux petites maisons, car leur flexibilité est meilleure et les moyens vidéos ou live broadcast sont toujours plus légers, alors que les grandes marques doivent toujours déplacer plusieurs camions pour réaliser un film et une kyrielle d’assistants sous-payés qui font de ce secteur les meilleurs « Thénardier » de la mode, ce qui ne les rend pas moins « Misérables ».

JOSSE DANS LA LUMIÈRE DE LA NUIT

« J’aime Paris et son silence », nous dit Josse. Sous les arcades, les oiseaux s’évadent, et les couleurs paradent au-dessus des colonnades. Les demeures haussmanniennes en enfilade, et le marbre noir et blanc de Burenne semblent plus alignées qu’usuellement. Et si je pousse un peu plus cette promenade nocturne, je suis sûr que l’ombre de Victor Hugo y règne encore, et dans le silence, sous les arcades, un havre imprégné d’histoire me saisit.

ICI ON TUE DES ENFANTS

Nora a juste 7 ans. Dans son territoire enclavé, elle n’aperçoit pas la mer, car, pour cela, il faut passer la guerre, mais aussi les snipers. Il faut risquer sa vie, et elle est minuscule sa vie, toute en retenue, elle est bien peu de chose. Nora a un rêve un peu dérisoire, voir l’eau bleue de l’océan, c’est sa manière de résister, et puis, dans la mer, il y a des dauphins, l’animal magique de liberté. Pourtant, la petite fille ne regarde pas du côté de l’Occident, car l’exil lui serait encore plus insupportable que la guerre.

FOURNIÉ OU LES ANNÉES 50

Julien Fournié n’est jamais aussi bon que quand il donne son travail sur la mode des années 1950. Il avait déjà fait une collection sur Hollywood à l’oratoire du Louvre qui était de toute beauté.

Mais il vrai que, dans ce contexte d’après-guerre, justement en 1950, il y a une floraison de Maisons de Couture, et que la femme n’a qu’une envie après les différents conflits en Europe, c’est de reconquérir sa féminité ! Alors, après la guerre de la Covid-19, que Macron nous a annoncés, voici l’après-guerre pour Julien Fournié et cela ne pouvait être qu’un rappel aux années 1950.

GIAMBATTISTA VALLI

Comme un bois couronnés d’un reste de verdure, feuillage jaunissant et gazon épars que maudissent les golfeurs. Derniers beaux jours qui annoncent le deuil de la nature, et qui convient à la douceur et plaît au regard de Valli, pour une farandole de saisons. C’est la balade de Valli qui joue sa symphonie de croches : noires et blanches.

MARIA GRAZIA ET LE SATYRE

Mi-homme mi-bête, voici le Satyre, le Silène, homme sous les traits rustres avec une queue ainsi que des cornes de bouc et un appendice humain en érection plus grand que la tour de Babel, pour exciter les bimbos de la Fashion Week, et pour Maria Grazia un souvenir lointain très lointain… une nébuleuse même !

SCHIAPARELLI WASHINGTON SCARE

Son nom, personne du grand public ne le connait ; un Guyon qui n’est ni général Français de la Révolution ni de l’Empire. Trouvé dans la Vallée de Diego pour une chaussure qui va comme un gant au pied de Tods. Représente-t-il le chic pris dans le ruisseau ? Personne ne finit pas savoir. Faiseur de bric-à-brac devant l’éternel, il dissimule ses paradoxes comme des axiomes dépopulateurs, des contre-pieds brutaux d’idées reçues et acceptées par les florentins qui tartinent cette profession.

VRAIS FAUX D’HERMÈS

Une peau de lion, style descente de lit, une gueule ouverte qui n’avale rien, des dents superbes qui ne mordent pas, du rouge au cœur, mais c’est seulement une bordure d’andrinople, une queue flasque, prétentieuse ramenée sur le flanc, il croit encore que pour casser les vitres il suffit d’y jeter des pierres, et son éloquence est à l’éloquence ce que Monsieur Marrant est à Marrant.

GENS DE CONTRAVARIANCE

Construire un réseau de gens bienveillants ! Un réseau de gens bien éduqués où les voyous seraient irrémédiablement rejetés aux oubliettes de l’histoire ou dans cette cavité naturelle du gouffre de Padirac, pourquoi pas ?

Les jeunes générations sont des pères conscrits, pour qui la bassesse est finalement leur nourriture. Professeurs de brevet de moralité, ils sont la finesse de la flagornerie et de la supercherie, à l’image de ces programmes sur internet, des robots qui vous demande si vous êtes Humain : « trop robot pour être vrai « . Ces jeunes donc veulent rentrer dans nos réseaux pour nous infecter et réaliser leur besogne de malignité et de perversion. Ils sont des bêtes féroces accro à l’argent et feraient n’importe quoi pour en avoir, des Marmontel ennemis de Jean-Jacques Rousseau, qui n’ont que pour but, pas de changer le monde, mais veulent seulement changer de voiture (vous parlez d’un but !)

LA SOLITUDE NID DES PENSÉES

Des amitiés qui ne sont que des zéros et des uns, et avec l’addition de ces deux chiffres se crée une solitude numérique, une invention purement humaine, mais pourtant diabolique. Une vie sur Instagram, totalement réinterprétée, pour montrer aux autres que l’on est pas désespérément seul dans ces grandes mégalopoles et que notre vie est un rêve que les autres n’atteindront jamais. J’imagine Emma Bovary qui aurait aimé sans limite le site « Tinder » ou tout autre site de rencontres pour une «Fast Love» à n’en plus finir et dénuée de toute humanité.

Mais, quand les gens essaient d’avoir toujours plus d’amis sur Facebook, ou de relations, je cherche toujours plus à m’enfoncer dans cette solitude qui me rend de plus en plus heureux. La fréquentation de moi-même est un petit plaisir égoïste coruscant. M’éloigner de ces humains de contrefaçon imbéciles, qui, chaque jour, foulent le pavé des rues de Paname, me donnent l’impression d’un paradis qui s’ouvre devant moi. Pour lire plus cliquez sur le titre…

LE CHAMP PERRET

Voilà une porte qui, comme son nom ne l’indique pas, débouche sur Levallois-Perret, la ville limitrophe à l’ouest, de l’autre côté du périphérique : la Porte de Champerret. Mais, pourquoi ce nom ? En réalité, en 1822, un certain Jean-Jacques Perret fait un investissement dans un vaste terrain qui sera nommé plus tard « le Champ Perret ». Cependant, l’opération immobilière est un fiasco, l’entrepreneur Perret est ruiné. Un peu plus de 20 ans après, les propriétaires de cette banlieue prennent l’initiative de créer une nouvelle commune et confient cette tâche à un personnage ubuesque, à la fois gargotier et menuisier de son état. Nicolas Levallois prie soin de dessiner les plans de la future ville de Levallois-Perret.

LA BANDE VELPEAU D’UN BERGÉ

L’art de la honte ou la honte de l’art! Voici le comble pour un égyptien, avoir un papy russe, et quand celui-ci s’appelle Bergé vous pouvez vous faire enchrister. Voilà un trafic d’antiquités évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros démantelé, qui va secouer le milieu de la mode, avec cinq interpellations, pour des centaines d’antiquités vendues notamment par la maison Pierre Bergé qui avait pillées en Égypte, en Lybie, au Yémen ou encore en Syrie.

CHAPEAUX LA COVID

Apostat sectaire et iconoclaste, c’est une série d’événements typiquement britanniques et de renommée mondiale tels que le championnat de tennis de Wimbledon, le Henley Royal Regatta et, bien sûr, le Royal Ascot qui seront la proie de la Covid-19. En effet, là où les couvre-chefs sont légion, chapeaux hauts de forme pour les hommes et, bien sûr, les extravagantes capelines de rigueur pour les femmes, ne pourront cette année n’être que virtuels.

GOUROUS ASOCIAUX

La fin du monde est remise à plus tard et les gourous sociaux et acteurs du digital, qui croyaient que la Covid-19 ne serait pas leur Graal, se rendent compte aujourd’hui que tous ne prêchent pas la même Vox populi. Voici donc leur seule certitude d’un progrès de société en devenir, celui de plaider la juste cause, les lanceurs d’alerte dessinent leur propre frontière. Ils ont une influence directe paraît-il lorsqu’ils font la promotion d’un produit, d’une marque ou d’une idée. Mais, convaincre suffisamment son audience, au point que celle-ci va relayer le discours initial auprès de son propre réseau, pour en décupler l’impact se voit aujourd’hui amoindri par la profusion de tout type de chiens savants qui ont un avis sur tout mais surtout un avis. Pour lire plus cliquez sur le titre…

Les meilleurs gourous des tendances créent des communautés, qui transmettent le message au-delà de l’action de leur pays. Ils cherchent le ralliement plutôt que l’assimilation. Ce n’est pas seulement le nombre, mais aussi la diversité des idées et des points de vue qui fait la force d’une communauté, ainsi que la façon de traiter l’information. L’écriture littéraire semble être un style qui plait et qui bénéficie non seulement d’une grande audience mais d’une grande crédibilité.

DES MOSCOUTAIRES FLEURDELISÉS !

Les Mousquetaires à ne pas confondre avec les Moscoutaires, ceux-là n’habitaient pas Moscou, mais au 26 rue de Charenton et ils avaient belle allure ces Mousquetaires Noirs. Aujourd’hui leur caserne est devenue l’hôpital du Quinze Vingts depuis le XVIIIe siècle. Ils fallaient les voir défiler avec leur veste rouge surpiquée d’argent sur laquelle ils revêtaient une sorte de cape bleu, frappée d’une croix fleurdelisée (ornée de fleurs de lys) en velours blanc, signe de leur appartenance à la maison du roi.

Cette cape, on l’appelait (une casaque), un terme qui fait illusion mais, qui fait surtout allusion à un peuple d’Asie centrale les Kazakhs, eux-mêmes cavaliers émérites. Aujourd’hui, le terme désigne la blouse du chirurgien, mais il s’entend aussi régulièrement dans les commentaires des courses hippiques.