HERPÈS AU GRAND PALAIS

La maison du « faux bourg »  sous la coupole du Grand Palais, un caramel qui colle au palais et menace la couronne. J’avais appelé le patron et l’on m’a dit qu’il était « Tailleur ». Cela m’a beaucoup étonné car j’ai beaucoup de respect pour cette noble profession. Un tremblement de terre de magnitude 15 sur l’échelle de « Hechter », un weekend d’envieux que la vermine éphémère qui démange un instant, mais qui finit toujours par « pet rire ».

70 euros pour un saut dans l’inconnu, une paille, mais pour regarder des dégénérés, c’est un Must si l’on veut rire. C’est le regroupement de la plus belle brochette de « DE » consanguins issues de mariages entre cousins qui viennent se retrouver au Grand Palais en famille. Des dégénérés, qui ne montent pas tous à cheval, des dents, qui se chevauchent, ou mal soignés pour cause d’investissement sur la toiture de la bâtisse familiale à restaurer

GATSBYING LA MAGNIFIQUE

Difficile de trouver meilleure référence littéraire que « Gatsby le Magnifique » pour illustrer cet exercice périlleux qui consiste à présenter le meilleur de soi-même au prix de nombreux efforts. Voici la nouvelle pratique sortie tout droit de l’imagination de Millennials que rien n’arrête. Le « gatsbying » est en passe de devenir l’activité la plus courue de 2019.

C’est en tout cas ce que prédit Canal-Luxe en s’appuyant sur une jeune femme qui fait part de ses turpitudes amoureuses et se livre sans filtre sur sa pratique du moment, le « gatsbying ». Comme son nom l’indique, cette dernière s’inspire de « Gatsby le Magnifique », le héros de Francis Scott Fitzgerald prêt à toutes les dépenses et les excentricités pour séduire une femme qui n’est pas de son rang.

Pour celle qui fait battre son cœur, Daisy Jay Gatsby va jusqu’à se réinventer totalement, se créant une nouvelle vie (il proclame être issu d’une riche famille du Midwest), des études prestigieuses à Oxford et une réputation mystérieuse.

CHIC CHIC BANKE BANKE

L’odeur de l’argent y rode encore. Voici le cinq étoiles de Paname qui associe les mystères de l’histoire de Paris et l’art du bien-être de ses clients. On se plait à revivre ce passé en séjournant dans ce qui fût autrefois une des grandes banques haussmanniennes. Sa construction, qui remonte à 1772, devint la propriété de Louis Bonaparte, roi de Hollande et frère de Napoléon 1er, qui l’offrit à sa femme, Hortense de Beauharnais.

Le palais entra ainsi dans l’histoire sous le nom de« l’Hôtel de la Reine Hortense ».Après l’exil de la famille Bonaparte, l’hôtel compta plusieurs propriétaires, dont le célèbre banquier autrichien Salomon Mayer Rothschild qui l’acquit en 1832. La Banque Suisse et Française (BSF) fît l’acquisition d’une partie du site pour construire son nouveau siège, et les travaux prirent fin en 1905 et depuis lors, le bâtiment a gardé non seulement les richesses de la bourgeoisie française, mais aussi ses secrets les plus intimes.

VUITTON LA TIRADE DES TUYAUTÉS

Le bleu pour la circulation de l’air, le jaune pour l’électricité, le vert pour l’eau et le rouge pour la circulation des personnes, voilà l’inspiration qui a mené Nicolas à regarder le centre de Paris, pour finir chez Georges pour un buffet campagnard gratuit. Normal, car le BHV n’est pas très loin. Seules les personnes nées avant 58 comprendront.Que dire de cette collection ?

Si j’avais envie de faire plaisir au Seigneur, j’aurais intitulé cet article : « Bravo, mon Seigneur et touchez ma bosse ». Mais, voici ma tirade des « Nuées » de Cyrano de bric-à-brac, un « beau Bourg à la Joconde » dans un décor de tuyaux à « poils laineux » sur un air de Piano mais Renzo et, vraiment piano piano avec Richard Rogers, the rabbit, qui a mis son terrier dans des conduits et qui lui ne baise pas comme un lapin.

CANAL LUXE

FEMMES D’AUJOURD’HUI

Nous avions fini de dîner tôt dans un restaurant tellement romantique que j’avais cru que la belle m’aurait invité à boire un dernier verre chez elle, et c’est à ce moment-là, qu’elle m’avoua qu’il fallait qu’elle se rende à son deuxième rendez-vous Tinder !

Les femmes, d’aujourd’hui, sont ainsi faites ! Phobique de tout, et certaines, au moment suprême de l’acte sexuel, vous disent qu’elles préfèrent garder leur T-shirt car voir leurs seins légèrement tomber par la gravitation cela n’est pas assez esthétique ! Un culte de l’harmonieux sans borne ! Celle-ci vous explique aussi qu’elle est allergique au semence masculine et qu’elle préférerait que tu ne t’oublies pas dans son origine du monde, rajoutant que comme elle vient de prendre une douche, elle n’a pas envie de se salir. Bref, un acte sexuel tout à fait hygiénique et avec une esthétique toute maîtrisée, comme un selfie érotique face à un logo « Charmel » tatoué sur son sein gauche, une sorte d’hygiène de vie planifiée de l’extase anorexique, comme elle.

CANAL LUXE

REQUIEM POUR UN BIRKIN

Malheureusement, avec des prix compris entre 7 000 € et 280 000 €, le sac Hermès Birkin n’est pas dans la sphère financière de nombreuses femmes ayant la fièvre acheteuse bien que Victoria Beckham et Kardashian puissent profiter des plaisirs d’un authentique sac Birkin offert par la maison. Pour la plupart d’entre nous, le sac mythique ne vit que sur les pages pelliculées des magazines. Mais, si vous êtes malin, vous pouvez obtenir le même style pour moins de 390 €, et croyez-moi personne ni verra rien.

L’image de cette icône est à la hauteur de Monsieur Dumas, père, ce genre d’homme que l’on appelait, autrefois, un Monsieur (Race de seigneur en voie de disparition contre une bande d’humains de contrefaçon). Bref,  l’histoire raconte que Jean-Louis Dumas rencontre sur un vol Paris-Londres en 1981, président de la maison Hermès l’actrice Jane Birkin à côté de laquelle il était assis…

TROIS MONTRES CHIC

La relance l’an passé de ce modèle historique, sorti en 1904, est un succès. La Santos a vu ses ventes progresser de 100 %, l’an passé en France. Pour 2019, la gamme est complétée par une version Chronographe qui aurait certainement plu à Alberto Santos Dumont. Cet aviateur qui est à l’origine de ce garde-temps, aurait pu s’en servir pour calculer sa position en vol. Date à 6 heures et mono-poussoir basculé à gauche, font l’originalité de cette montre chic.

NOSTALGIA VINTAGE

Lorsqu’une BMW R7 de 1934 a été présentée à Pebble Beach en 2012, le concept bike, qui n’avait jamais pu être produit en 1930 et avait été oublié depuis plus de 70 ans, est restauré par BMW Group Classic pour faire revivre un mythe. Les têtes pensantes pensaient que cela ne marcherait jamais. Au cours de son tour du monde, la R7 a remporté tous les suffrages dans sa catégorie, nostalgie de l’ancien dans la modernité des motos d’époque qui fourmillent et c’est ahurissant que la R7, construite en 1934, ait été conçue avec une esthétique qui reste d’une modernité comme l’est le bâtiment Art Déco du Seigneur et du bon « samaritain » du luxe. 

Avec un prix de base de 39 500 dollars, la NMoto Nostalgia est une moto qui sera produite en série limitée et sera disponible en 11 différentes couleurs, la personnalisation, notamment d’une direction réglable et des modifications du coffre à bagages ainsi que de la selle du passager et de multiples finitions.

AU PIED DE LA DAME DU CHATELET

On vient en voisin, on ne frappe pas, mais, réservez quand même, car après avoir campé son container-guinguette sur le macadam « apaisé  des débordements et de la fureur d’un fleuve», « Maison Maison » a inauguré une petite grotte sous la culée du Pont Neuf, bien au sec dans les murs du quai, rempart aux aléas climatiques, ce refuge d’une quarantaine de places accueille désormais un décor de banquettes rousses, de tables en bois clair et de bouquets de fleurs, sous les pieds du futur hôtel du Seigneur des Arnault. Presque caché un petit escalier mène au quai du Pont Neuf, l’endroit avec ces trois fenêtres donne une vue sur la Seine et l’Ile de la Cité. La carte ne contient qu’une quinzaine de plats et entrées qu’il est possible de partager, et l’accent est clairement mis sur le « fooding ».

CHANEL LES SOMMETS DE LA MODE

Gravissant le chemin des Champs-Elysées, marchant silencieusement, stimulé par l’approche du vaste espace et des sommets du Grand Palais, dominé, tout là-haut dans les alpages, mon cœur comme mes pas sont un peu lourds, car, enfin le sommet, tout en haut de la pente, cette vallée de la mode qui nous offre cette profonde vue, grandiose et exaltante, voici un décor qui, après Karl,  doit nous élever au delà de la vision terre à terre du vêtement. Espérons que la montagne n’accouchera pas d’une souris ?

ISABEL MARANT ARLEQUINEMENT VÔTRE

Je cherche une goutte de pluie qui vient de tomber dans la mer de la couture et où, dans sa rapide course verticale, elle pourrait luire plus que les autres, ayant encore assez de force pour comprendre comment la plus bohémienne des créatrices puisse tomber dans le quartier des Bourgeois-Bohèmes, pour se perdre à jamais ou retrouver une nouvelle vie et renaître sans raison.

Alors, je cherche dans la mer les fils de la vague et de l’élégance, mais, surtout un cœur qui pourrait me laisser ce fragile souvenir dont je serai le seul dépositaire. La bohémienne chic passe au chic tout court, c’est la bohémienne rhapsodie, il paraît que c’est à la mode. L’homme de la Pampa, que je suis, voit de ses yeux un poème de Pablo Neruda dans les couleurs ocres et qui dans la lumière se lave et se  lustre jusqu’au beige clair. La subtile et indomptable créatrice écaillent en caressant les écorces de l’arbre du temps que les saisons ravinent d’un éclat de ses blessures que la vie a laissé.

JAQUEMUS PORTE DE LA NUIT

Une rue de Provence, un décor grandiose de Schtroumpfs pour singer le grand Karl, bienvenue au « Porte » de l’enfer. Je n’aime pas ces couturiers sans diplôme, car, la plupart du temps, ils volent ou détournent les œuvres des vrais créateurs. Souvent, leur couture est une prétérition, et leur culture se borne au gouffre de la nuit que l’on trouve dans la péninsule du Yucatan.On peut être autodidacte, mais les autres, dont les parents financent à grand coup d’heures supplémentaires les études de leurs enfants, sont confrontés à une injustice flagrante. Il est vrai qu’au temps des cadrans solaires il n’y avait pas l’ombre d’une exactitude sur le cadran de Plourin.

Mais, si vous regardez l’histoire des couturiers sans diplôme, les Montana et les Mugler montés de toutes pièces par la presse et les « black rooms » des années 80 où Monsieur Grumler y avait fait son deuxième bureau au-dessous du palace, ces créateurs se retrouvent donc aujourd’hui dans les limbes de la notoriété du fin fond du Sahara, sous le vent de sable de la Villa Majorelle, le seul lien qu’ils n’auront jamais avec Yves St Laurent. Mais, peut-on remplacer personne ?

MOSCHINO MILAN 2019

La femme de Ken, choucroute sur la tête, transformée par Moschino en objet publicitaire de salon de l’automobiles et du juste prix réunis, est placée sur un podium par le créateur Jeremy Scott. Des Jackie Kennedy dans une « Onassis » de billets verts, elle fut la première à arborer cette coiffure « bouffante » laissant le champs aux demoiselles des années 60, talons Louboutin et coiffures à la « Empire State Building », voulant ainsi être plus grandes pour mieux s’affirmer. Coupes de cheveux improbables qui n’ont pas pris une ride, et me font penser à Amy Winehouse et sa légendaire coupe qui d’un rêve tapageur a ébouriffé la toile de la sagesse pour transformer sa coiffure en symbole de sa peur, essayant ainsi de tisser un semblant de tendresse.

Souvent l’arrivée de l’automne annonce grisaille et couleurs en berne, et notre vestiaire doit sortir du gris bitumeux et de l’anthraciteux, il faut que les couleurs fassent de la résistance. Le « dress code » de la saison pour Moschino est en technicolor Flashy… Voilà, une collection que le « Crémateur », Olivier Incertain, sera content de claironner « Oh plagiat », alors que celui-ci est souvent la base de tous les couturiers, excepté l’original qui lui, d’ailleurs, est souvent méconnu.

VIVETTA LA FADE AUX CAMELIAS

Une marque italienne, créée en 2009 par Vivetta Ponti, sa couture dégage une frivolité légère, tout en incarnant un air de féminité, d’huissière de grimoires. Sa couture est vieille comme un jour sans point. Elle porte en sautoir le couteau de Fulbert , et la patère des Corybantes. Elle puise son inspiration dans de nombreuses sources non pas poétiques mais de Polésine, des poupées en mobilier de pureau auraient dit le Kaiser. Casque colonial pour apiculteur, probablement pour le rêve de se faire butiné à la recherche d’un brouteur gode Michel.

Le jardin de Laura Ashley, mais pour un petit coin pas enchanteur. Et si Mary Quant impose ce jour sa mini-jupe, Vivetta aurait renoué avec un romantisme de l’époque limonière, des vêtements de femmes tapissés qui font tapisserie pour la circonstance. C’est la haine de la beauté, cette haine sournoise et basse des âmes ridicules posées aux gestes les plus incongrus, avec des formes qui répugnent à être belle. Vous avez contre le beau de si envieuses fureurs que pour calmer votre animadversion contre tout ce qui vibre et s’épanouit, vous descendez au rôle de la destructrice de votre propre griffe.

KARL LAGERFELD MEURT A 85 ANS

Rien ne prédestinait Karl Otto Lagerfeld à devenir l’un des couturiers les plus talentueux de sa génération. Né en 1933 à Hambourg, ce fils d’un représentant de commerce d’une enseigne de lait concentré d’origine suédoise et d’une mère passionnée de lecture aura connu une jeunesse marquée par la guerre et de multiples déménagements, mais aussi par une éducation rigoureuse. Lui qui étonne par de grandes aptitudes en dessin tombera amoureux de  la couture le 13 décembre 1949, en assistant, grâce à sa mère, à son premier défilé, celui de Christian Dior.

Le jeune Karl Lagerfeld se mettra alors à dessiner ses premières créations. Un coup de pouce du destin quelques années plus tard le propulsera définitivement dans le monde de la mode, grâce à Jacques Mouclier qui voulait ouvrir le calendrier de la mode. Voici le couturier le plus emblématique de la mode qui disparait. Cette icône incontestée laissera un vide sans pareil et aujourd’hui, toute la mode lui rend hommage et, nous souhaitons toutes nos condoléances à Choupette.

LONDON FASHION POST BREXIT

Pourquoi pas ! Cela n’est pas une idée incongrue de penser que la Fashion Week de Londres, qui a commencé ce vendredi, sera l’ultime Fashion Week pour la Grande-Bretagne. C’est lentement mais sûrement que les premiers rangs des défilés se videront comme se vide un jéroboam de Roederer dans les mains de russes en manque de Vodka au Nikki Beach.

Les défilés de La « Perfide All Blonde » présentent une grande majorité de talents créatifs directement injectés par l’Europe continentale. Alors que les invités de la prochaine Fashion Week convergent vers Londres pour assister aux défilés du 15 au 20 février, pense-t-il que cela sera la dernière fois de leur vie ?

MONSE WINTER 2019 NEW YORK

Lorsqu’ils arrivent au studio pour l’interview, Fernando Garcia et Laura Kim raconte le repas coréen que cette dernière avait cuisiné la veille, et qu’ils ont partagé dans son appartement de Manhattan. Une chose que la créatrice adore, mais l’emploi du temps surchargé des associés ne laisse pas vraiment place aux loisirs. Deux ans à peine après son lancement, Monse (c’est le prénom de la mère de Fernando, à prononcer « mon-say »), rencontre un succès auquel ils ne s’attendaient pas, sans oublier, excusez du peu, le fait qu’ils aient aussi été choisis comme directeurs artistiques de la marque Oscar de la Renta…

LE LUXE DICTATEUR DE NOS VIES

Cette uniformisation de notre société et du consommateur – même les fascistes allemands n’avaient pas réussi à l’imposer – c’est le nouveau pouvoir de la société de consommation qui réussit à construire parfaitement autour de nous un mur (c’est à la mode ) en détruisant le réel pour nous faire plonger dans un monde immatériel, cela nous mettra peut-être, à l’échelon de Dieu, comme un esprit en devenant immatériel.

C’est la nouvelle façon d’être humain, et la France produit ce nouveau schéma commandé par nos nouveaux leaders les grands capitaines d’industrie du luxe qui nous font croire que notre vie ne serait pas supportable sans Iphone ou sans sac Chanel.

MORT D’UN GÉANT

Svelte, les bras étendus comme des ailes déployées, il marchait dans l’air qui virevoltait autour de lui, lui donnant une élégance sans égale. Sa chevelure blanche faisait de lui l’homme sage le plus jeune de l’industrie de la parfumerie. Il était l’homme aux 650 flacons parmi les plus connus de la planète. Un créateur du rêve, un libertaire convaincu. A la première lecture de sa personnalité, on pouvait deviner que ce poète des temps modernes, amoureux de sa femme, comme un enfant, était un provocateur qui cachait une grande timidité. Sa vie, en dépit de quelques embûches, ne viendra jamais ternir son élan, son enthousiasme et sa créativité.

Les senteurs et les parfums tournaient dans l’air du soir comme une valse mélancolique autour de lui et dans un langoureux vertige où l’imaginaire et la sensualité n’ont eu de cesse que de croître, car sa seule volonté était de créer pour les générations futures.

MARGUS LE SCEAU IMPÉRIAL DE BOGOTÁ

Si vous êtes avec Nicolas Le Floch, rue des Prouvaires, signifiant prêtre au moyen age, parce que les vicaires de Saint-Eustache l’habitaient au 12ème siècle et que vous rencontrez un chef qui parle japonais mais qui vient du Laos, vous êtes au restaurant le Margus. C’est un petit restaurant où la devanture n’est pas secrète mais discrète. Le décor intérieur soigné, type « Cuba libre », avait émoustillé les deux jeunes Bimbos qui m’accompagnaient. A la seule évocation de Cuba libre, les donzelles avaient imaginé le « cul libre » dans un after de Carthagène après ripaille…

JOSSE LE SEIGNEUR

C’est avec un peu d’appréhension que je me présente au portail. Chaque créateur a, en effet, le pouvoir fatal de vous jeter, par un sourire, face à l’ivresse ou le désespoir de votre propre inculture. Point la peine de connaître l’anthroponyme pour découvrir que le nom Josse est la forme populaire de l’origine bretonne Jodocus. Saint Josse, fils du roi breton Judicael, contemporain de Dagobert, est basé sur la racine celtique « jud » signifiant « combattant, chef et seigneur ». Sa forme anglaise est Joyce, un signe pour le Seigneur des Arnault et sa future marque du supra luxe, Jean Patou.

HERMES MANUFACTURE DES IGNOBLES

L’anagramme de « Gobelin » est ignoble ! Il est certain que les services marketing ne l’avaient pas vu. C’est un mauvais présage pour la collection d’Hermès qui se déroulait justement à la manufacture du même nom. Au milieu des meubles de style et du mobilier national, Hermès espère ne pas faire tapisserie durant cette Paris Fashion Week, une image subliminale afin de nous faire comprendre que la maison fait partie du patrimoine Français.

Loin, bien loin des créateurs du groupe LVMH et, surtout de Virgil Abloh, la nouvelle pépite de Vuitton, l’arménienne maison qui crée pour l’homme et qui devrait redessiner le marché de demain pousse une enclume avec un cure-dents, mais il est vrai que chez Hermès demain, c’était hier.

ROLLAND UN MYTHE INERME

De Balenciaga à Jean-Louis Scherrer, celui qui pense que le vêtement est un passeport, comme une sorte de laissez-passer dans l’intimité d’une personne et de sa culture, n’exprimait jusqu’alors que les boudoirs des palais du Moyen-Orient. Mais, cette saison, c’est une couture plus sage et plus en introspection que Stéphane Rolland nous propose. La femme du roman de Scott Fitzgerald, la féminité cachée sous une décontraction de circonstance. Source d’inspiration, cette nouvelle génération que le couturier regarde, le Gasbying fait son chemin. L’égoïsme romantique, avec une certaine élégance nonchalante, l’illusion des apparences et d’un certain snobisme qui n’est qu’un échappatoire au désenchantement.

Une couture fade comme ce parfum suave d’une génération perdue fascinée par l’extravagance oubliée, il sera le produit d’un esprit qui ne sait pas ce qu’il veut dans une génération inquiète. On s’étonne que ce garçon à la pensée tout aussi structurée que ses créations n’a pas capitalisé avant sur ce cheminement.

DIOR LA CROISIÈRE S’AMUSE

Après avoir présenté des collections croisières dans Santa Monica, puis dans les grandes écuries (d’Augias) de Chantilly, lieu imprégné d’histoire, un clin d’œil à la tradition de Monsieur Christian qui avait imaginé, en son temps, une robe inspirée par Chantilly pour l’hiver 1947-1948, cette fois, la maison du maître de Granville se rend à Marrakech pour sa prochaine collection croisière.

La marque prépare ses bagages, Vuitton bien-sûr, pour Marrakech. Pierre Berger doit se retourner dans sa tombe, car la présentation le 29 avril ne sera pas très éloignée de la Villa Majorelle, oasis dans la palmeraie l’Eden où reposent les cendres d’Yves Saint Laurent : la boucle est bouclée.

BALMAIN A PORTÉE DE NAIN

Un budget de Qataries pour une Haute Couture de « cata rien », Rousteing ou l’handicapé de l’aiguille, le tueur plagiaire de la mode reste sans inspiration quand il faut donner la quintessence de son métier. Il montre, enfin, son vrai visage, celui que nous avions décrit, il y a déjà quelques mois, le visage du zéro de la création. L’homme couture le plus démuni de la Fashion Week, c’est un lexicographe amateur comme un crachat laissé sur le « faux bourg », martelant de son marteau aiguille le bons sens et la solitude de sa page blanche. Après Sorbier on peut constaté que devant les moyens de celui-ci et de la maison du même nom, Rousteing avec ses moyens illimités n’arrivent même pas à décoller du sol de quelque millimètres, alors qu’un vrai créateur avec peu de moyen, peut réaliser une collection si merveilleuse et envoûtante.

FASHION TROTTINETTES

Certains ont opté pour un mode de transport particulier, oubliant toute notion de dignité et, même la Chambre Syndicale, ne pouvant contrôler Paris et sa circulation pendant les présentations de Haute Couture, préconise la trottinette. Ainsi, vous pouvez imaginer Céline Dion ou Anna Wintour sur cet engin de mort ou de mode, c’est selon ! Et pourtant, pour circuler en ville, moult moyens ont été conçus à travers les âges, et entre le métro et les bus,  les moyens dans Paname ne manquent pas, mais certains trouvent ça « sympa » de se déplacer en trottinette sur nos trottoirs. Pourquoi pas ? On peut se demander quel est le cheminement intellectuel de ce retour dans l’enfance ?

Cet objet, qui était destiné aux enfants, autrefois, trouve dans Paris l’apogée de sa popularité et se déplacer avec ce moyen donne immédiatement l’air d’un crapaud sur une boîte d’allumettes, et cela, personne ne peut le nier.

GIAMBATISTA VALLI PARIS 2019

Le fez ou tarbouche comme couvre-chef masculin sur femelle, et en forme de cône tronqué, orné d’un gland noir fixé sur le dessus, mais le gland n’était pas là où on le pensait hier soir au musée Georges Pompidou.  Là où les limousines tapissaient le parvis du centre de Paris, une vision de l’Empire Ottoman du XIXème siècle ou peut-être une couture de Giambattista Valli.

Prenez un soupçon de culture, quelques anciens modèles, raccourcissez les jupes, changez les couleurs de préférence, prenez un maquilleur et un coiffeur différents à chaque fois. Ensuite, louez un endroit charismatique dans Paris, comme un musée pour faire croire que vous êtes vous-même rentré dans ce lieu de culture. Invitez les blogueuses de moche et aficionados ainsi que des people ex-mannequins inconnus, ou ex-chanteuses pour un soupe de chiffon au centre du Paris populaire, qui devient par magie « people’r ».

Mettez tous ces ingrédients dans ce hall, secouez et maltraitez les, ils sont un peu masos !!! Parlez leurs comme du bétail, qu’ils prennent conscience qu’ils sont privilégiés, et là, vous aurez toute la presse qui encensera votre piètre contribution à l’histoire de la mode Française.

SORBIER HIROSHIMA MON AMOUR

Le créateur vous accompagne et nous guide dans la contemplation de ce monde, Franck Sorbier ou le livre du voyage, là où on rêve en accompagnant notre vie de solitude fiévreuse le long des rues désertes comme nos jours. Un Kimono ou Obi de rêve que l’on n’aura jamais l’audace de porter tellement il est beau, des robes qui s’illuminent comme des étoiles au firmament de la Fashion Week de Paris, un contraste de noir et de blanc, allant des ténèbres à la lumière, dansant dans une ambiance qui vibre aux sons des baguettes de cristal de Michel Deneuve, comme si j’étais au bord d’un océan que la voie lactée aurait recouvert de son voile sonore.

Il me semble apercevoir deux muses merveilleuses, Camille et Julie Berthollet et, comme face à ces fleurs qui vous fascinent, les fragments du vrai de la mode retrouvent leur splendeur. Ivre de beau comme sur une vague de lumière si brusque et ardente, une robe comme un baiser qui fait trembler votre matinée d’ivresse comme si une rose en vous s’était déployée.

CHANEL AMERICAN HOSPITALITY

En plein cœur de la campagne Toscane, près de villes magnifiques telles que Florence et Lucques, se trouvent des villas ayant autrefois appartenu à la famille des Médicis, Seigneurs de Florence et non par des Arnault, enfin pas encore. C’est au cœur de Paris qu’un homme inscrit au Patrimoine de l’Humanité, Karl Lagerfeld a choisi une villa florentine pour la couture et cela me semble de bon aloi pour les florentins. Le public de demi-mondaines installé autour d’une Swimming « Poules » et le Kaiser, lui, regarde le fond de la piscine de son lit d’hôpital, mais il est vrai qu’au fond on n’est pas si con !

Alors, marchant en pays barbare, épuisé par la route et l’ivresse du froid de l’hiver, à l’invitation d’Orphée et de sa lyre, je lançais des paroles aux échos que les Champs Elysées me renvoyaient, comme un écho barbare, un « trip » pour le Grand Palais où je savais que Karl ne nous honorerait pas de sa venue.