LE CLOWN BAR

Bozo est arrivé et, si cela vous « agrès », il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Une séquence comique au Clown bar où un Balangantshik nous accueille. L’ancienne buvette du Cirque d’Hiver est devenue le nouveau chapiteau de Paname où une cavalcade d’acrobates parisiens, plutôt achromates d’ailleurs, compte-tenu de leurs costumes gris, chemises blanches de chez Deloitte. Un Monsieur pas dé-Loyal comme dompteur de clients, en mal de reconnaissance, recevait quelque contorsionnistes, qui font changer leur table pour une plus en vue, montraient les crocs comme ces jeunes lions un peu foufou.

LA RIVIÈRE DE L’ENFANCE

À Paris, en partant vers l’ouest, se cache une autre seine, bien plus petite et plus modeste que celle du centre de Paname. Celle-ci est souterraine et mystérieuse, mais aujourd’hui, on la dit enchantée. C’est du moins l’avis de ceux, qui, depuis des années, viennent y naviguer. C’est à l’ombre des magnolias, des iris et des roseaux qu’elle déplie le charme, la magie, la féerie de ses méandres si poétique qui nous font chavirer et bercer la barque qui la survole.

Si d’aventure le rythme semble lent, c’est qu’elle s’écoule paisiblement comme le flot de la vie, de l’amusement et de la découverte.

HOTEL DE MODE

Connaissez-vous Stéphanie Coutas ? Et, pourtant, pour ceux, qui ne sont pas invités aux grandes messes de la Fashion Week Parisienne, ils peuvent s’en imprégner en venant  au Dress Code Hotel faire un plongeon dans la mode et dans le spa privatif, havre de sérénité et de relaxation à une marche de l’Olympe, mais surtout, de l’Olympia. La créatrice donne son style néoclassique et contemporain avec une pointe de Fenshui Zen, l’acupuncture de l’habitat.

Un quatre étoiles, qui se fait six dans le biotope urbain, qui vous fait plonger dans la chambre de Jean-Paul Gaultier, Dior ou Chanel, en lieu et place de l’ancien siège du Prêt-à-Porter de la couture Parisienne, un pure hasard ? La French Touch associée à …

UN LIPS DICK POUR KARL

Le Kaiser a fait équipe avec une société australienne pour sa ligne de maquillage, préparant probablement son « Argent de moche » pour sa sortie du groupe Wertheimer. Une collection qui touche aussi bien les jeunes que les vieux, allez savoir pourquoi ? Karl nous propose une figurine en forme de Karl plus proche d’un « Lips Dick » que du « Lips stick ». Une nouvelle façon de se connecter avec le public et avec ses compagnons de mode (comme il aime à les appeler) des followers qui suivent Karl dans leur vie quotidienne et qui seront heureux de dépenser de l’argent pour un maquillage Karlissimo !

VIN DES PYRÉNÉES

Le restaurant « Vins Des Pyrénées » est sur deux étages. Vous y trouverez un accueil chaleureux – « trop robot pour être vrai » – mais à 39 € la bouteille de pouilly fuissé, on ne sort pas pour aller « pouille-y-fumer » dans la rue. Deux femmes de l’île de Lesbos « indécentes de lit », à côté de nous, s’embrassaient, à bouche que veux-tu, avec pelotage de buste et de foufoune en « prime time », faisaient de moi le spectateur involontaire d’un film érotico-lesbien, phénomène de société et excitation assurée. Toutefois, nous n’étions pas là pour cela, mais, seulement, pour l’ébranlement de notre palais, un point c’est tout.

HYÈRES TAPIN ROUGE AUX SPONSORS

Les Sponsors officiels du festival de la mode de « tout le monde » sont-ils au-dessus de tout soupçon sur le choix des candidats ? Voici le festival d’HIER » qui, ce jeudi, commence et où les partenaires financiers dont Kering qui n’en fait pas partie car le groupe préfère celui de Cannes, et qui, de toute façon, ne marche jamais sur les mêmes pas que LVMH.  Il appartient de comprendre, en se posant des questions simples, quel est l’impact de ce festival sur la profession ? Est-il vrai que celui-ci ne promeut pas les bons créateurs pour de mauvaises raisons ?

LE MARCHAND DE SABLAGE

Tracer sur lui et pouvoir aussitôt l’effacer avec la main, il est né du désir de retrouver l’éphémère, et pourtant, il marque le cristal et le verre à jamais. Un petit mot intime qui personnalise un flacon de plusieurs milliers d’euro. Le geste doit être précis, presqu’exclusif. C’est la rencontre choc d’une matière à la vitesse d’une balle de revolver qui vient abraser avec force et élégance, dans un nuage de poussière soyeux, ce doux mélange qui produit un  givre à jamais incrusté.

C’était un matin plus tôt que tôt où les heures passent en silence, la radio parlait de cette entreprise qui personnalise les flacons de fine champagne ou champagne, c’est selon, pour procurer aux plus riches leur obscure objet de ce désir d’offrir…

UN RESTO DE CRÉPIN

L’accueil était, certes, chaleureux, mais la cuisine sans invention. Les saveurs à la vapeur étaient toutes droites sorties d’un nettoyeur vapeur pro industriel, toutefois, correctement présentées et avec un soleil au rendez-vous. Toutes les conditions étaient réunies pour faire un déjeuner, même mauvais, cela n’aurait pas été grave. Mais, quelques ratés sont venus ternir ce tableau au fur et à mesure du déjeuner : erreur de plat (un loup pour un saumon)… et pour couronner le tout un grand bellâtre Afro-Européen qui vient nous fumer dans le nez à l’arrivé de nos mets.

Je sais que je vais en froisser plus d’un, mais « sans la liberté de blâmer, il n’est pas d’éloge flatteur »…

GAGNANTE DU COEUR DE DINAN

Vision des nouvelles technologies qui se mêle à une mode qui se confond avec notre vie de l’instant, Armine, jeune maman depuis, et que le Jury de la ville de la Duchesse Anne nous a permis de découvrir. La jeune arménienne élargit le champ des possibles et fascine par ses créations. La technologie s’est démocratisée au fur et à mesure des années et la mode suit cette voie avec les jeunes créateurs pour permettre de nouvelles expérimentations créatives et proposer aux consommateurs la mode de demain. Franck Sorbier, à Dinan, ne s’y était pas trompé.

C’est ainsi qu’Armine donne cette image d’une vision supranaturelle, la fille spirituelle de Iris van Herpen ou la cristallisation de la mode que nous souhaiterions voir plus souvent, résolument moderne et surtout très créative.

LA MAKILA, C’EST QUOI ?

Le nom latin du néflier, Mespilus germanica, laisse penser qu’il serait originaire d’Allemagne mais il semblerait qu’il ait pu être introduit en Europe du nord de la Perse ou des Balkans, il y a très longtemps. Son fruit est la nèfle qui se consomme blette après les premières gelées et est connu pour ses propriétés médicinales. Au Moyen-Age, elle était très recherchée car elle permettait de soigner les maux intestinaux :  » les nèfles resserrent le ventre ».

La croissance du néflier est lente, ce qui renforce ses qualités. Son bois est dur, homogène et d’un grain très fin. Il prend un beau poli, résiste bien à l’usure et est pratiquement incassable. On le recherchait jadis pour en faire des manches d’outils, des fouets ainsi que des cannes…

DIOR LA CRÈME CHANTILLY

Alors que l’année dernière, Dior avait présenté sa ligne croisière 2018 en Californie, cette année la maison du Maître de Granville, avec la participation de son mentor le Seigneur des Arnault, présentera sa collection Croisière, au cœur du Domaine de Chantilly, le 25 mai prochain. Préparez vos hélicoptères, les baronnes et Vuittonnesses seront invitées à un grand raoult.

En plein cœur des Grandes Ecuries du Domaine de Chantilly, la Baronne de la cystique Reynal qui, elle, comme bonne pouliche ne sera pas dépaysée par ce lieu emblématique lui rappelant celles d’augias, fera partie des 3000 symboles de l’art de vivre à la française.

DINAN FASHION FESTIVAL

C’est dans la ville où la Duchesse Anne aimait venir se resourcer dans une de ses demeures privilégiées que pendant un weekend, Dinan accueille le Festival international des jeunes créateurs de la mode.

C’est dans cette même ville médiévale que le créateur Franck Sorbier a accepté d’être président pour ne pas juger mais plutôt pour conseiller les jeunes pousses de divers horizons puisque sont présents : l’Allemagne, la Corée du Sud, le Pérou, le Mexique, la Chine, la France…

LUXE LE CHIC DU CHEAP

Nous sommes Avenue Montaigne où les touristes Japonais multiplient les razzias sur les doudounes en taffetas (1 150 euros) et les chemises en popeline à col inversé (290 euros) – 130 euros pour un tee-shirt blanc, tout de même ! «Admirez les finitions, insiste le mannequin vendeur, en caressant la broderie près de son cœur, exactement là où est votre portefeuille.

Pour atteindre cette perfection, nous engageons les meilleurs artisans nous dit-on ? Mais, vérification faite dans la cabine d’essayage, l’étiquette du polo porte la mention «made in Turkey». Magie du luxe ! Pour raconter leur métier, les grandes maisons françaises vantent leur fabrication, leur savoir-faire pluri-séculaire, le tour de main incomparable de leurs ouvrières des délocalisations !

BRÈVE DE MODE

« Vous vous trouverez sans argent, mais les femmes vous sont bénéfiques et c’est par elle que vous réussirez. » Le cœur tremblant, le jeune garçon écoute avec attention la chiromanciennes. Nous sommes en 1919, il vient de fêter ses 14 ans. De retour chez lui, l’énigmatique phrase résonne encore dans sa tête.

Celui-ci sera à l’origine de l’un des plus prestigieux parcours du monde de la mode et les superstitions rythmeront le destin de ce petit garçon nommé Christian. C’est en 1946 près de 30 ans après cette rencontre que le petit devenu couturier traverse une période d’intérrogation. Il envisage d’ouvrir sa propre maison de couture, une nouvelle étape qui peut s’avérer risqué… READ MORE

UN GOULOT DE PRINTEMPS

Pas d’excès, pour la Baronne de la Cystite Rénale qui voulait se ménager, et à l’arrivée de sa lotte en chapeau chinois, j’ai vu à son air interloqué que cela lui faisait penser à un village du Vietnam sous un tapis de bombes mais, après y avoir goûté, elle regretta que ce ne fut pas du napalm, car l’explosion des saveurs lui déclencha un feu en bouche lui cuisant le palais sans lui donner de plaisir.

Le service est digne d’un restaurant des Champs Elysées, sérieux mais peu efficace pour quatre tables occupées au bas mot.

DOUBLE QUEEN IN LONDON

Anna Wintour, la patronne du célèbre magazine américain Vogue, qui est habituellement la seule reine de la Fashion, ne souriait pas derrière ses éternelles lunettes noires pour nuits blanches.
A 91 ans et 70 ans de règne – espérons que cela ne donne pas des idées à Madame Wintour sur la longévité de son mandat – Elizabeth II assistait pour la première fois à un défilé de mode. Je peux imaginer le désarroi de la société, Burberry, qui se targue d’être la plus grande marque de la Grande-Bretagne qui vient se faire chiper sous le nez le plus important premier rang de l’histoire de la mode, aurait dit Monsieur 140 caractères, j’ai nommé le breton de service qui depuis est passé à 5 minutes de mode sur TMC. C’est amplement suffisant.

THE GRAND BULGARI HOTEL

Un hôtel pour la marque Bulgari qui sera un bijou, c’est bien la moindre des choses. Situé au 30 Avenue George V, au cœur du triangle d’or du luxe Français entre les Champs-Élysées et l’Avenue Montaigne, l’hôtel où tous les superlatifs ne seront pas suffisants pour vous le décrire. Un Spa, dit-on, qui lui donnera des soins à la poudre de diamants, mais surtout pour « L’aloe Veinard » qui pourra se le payer.

Une piscine de 25 mètres, pas olympique mais  olympienne, un restaurant et, enfin, un bar donnant sur un jardin intérieur où des pâtes à l’italienne seront filées sur un métier à clochardiser les riches qui n’auraient que 2 millions d’euros sur leur compte.

ISSEY H2O

C’est, en effet, sous l’aiguille d’Issey Miyake qui, en fait sa signature, que le plissé revient au goût du jour, alors que la mode contemporaine avait mis les plis à l’écart. Pourtant, Issey ne ramène pas sa ‘fraise’ nous dit la baronne qui allait m’asséner des vérités premières sur la plissure, la seule, d’ailleurs, qu’elle connait, c’est celle sur laquelle elle est assise.

Un véritable emblème de Haute Couture, rares sont les artisans plisseurs qui sculptent encore la matière à la main. En Bretagne, les « Plissés de France » perpétuent la tradition depuis 1956 pour les maisons les plus prestigieuses.

KERING MONTAGE OFF SCORE

La famille Pinault, ferait-elle l’objet d’une dénonciation d’un autre groupe du luxe français ? Devant l’insolente réussite d’YSL, Balenciaga et de la marque Gucci, cela semblerait probable. En tous cas, cette famille-là est aux yeux du grand public une famille de breton plutôt sympathique qui, sans héritage, a réussi à se hisser au niveau du premier groupe de luxe Français. Le père comme le fils ne seront jamais des énarques bon ton qui toisent les autres par leur culture et leur côté intelligentsia française.

Une famille du bois avec valeurs, qui a beaucoup bossé pour être ce qu’ils sont.

GUSTIBUS LUCULLUS

Nous avons commencé par les poivrons, « fluctuat nec mergitur », dans une sauce aux anchois délicate qui a enchanté nos papilles. Les autres convives se sont laissés séduire par les asperges blanches, mousseline de parmesan, ainsi que par le classique, quoique téméraire, vitello tonnato. C’est comme l’amour, quand c’est bien fait, cela peut être très bon, et devant l’orgasme naissant de la baronne cela l’était.

Bien loin des desserts « franco-plus », l’épais tiramisu, à la panna cotta faite à l’ancienne et la mousse citron scelleront l’entente cordiale de la France et du Piémont, et votre estomac,

FRANCOISE BEUCLER

J’avais sur ma table de nuit ses romans que ma femme lit très assidument et qui lui procurait ce petit moment d’évasion du soir. Suite à un grave accident de moto, je me mis à lire, un jour par hasard, ce livre qui trônait sur une pile qui trônait comme un immeuble de Manhattan. Des romans qui ont rempli ma convalescence et aussi mon âme de tristesse, car trop proche de la réalité. D’une très grande violence, mais aussi d’une grande douceur, Françoise Beucler était au pied de notre intimité et de notre vie.

Vous nous avez fait rêver, Madame, moi et mon épouse. Vous nous avez emmenés dans votre univers. Vous nous avez aussi beaucoup émus et je vous en remercie. La violence, chez vous, n’est pas une force faible mais une force de vérité. Malgré ce décès, cher Pascal Morand, soyez heureux, car, pour ma part, quand ma mère viendra à décéder, je n’aurai rien à raconter sur elle.

SAINT LAURENT DU RARE

Un chapeau, hybridation d’une capeline et d’un borsalino, la banquière d’Anthony Vacarello remonte la scène dans un bain de foule. « C’est la trempette de la renommée » pense-t-elle et me souffle la Vicomtesse de Labsurdie de Trophée. Le noir de son esprit est toujours présent dans sa collection. Chassez le naturiste, il revient toujours au bungalow. Il peut espérer qu’un fou ou un raviner le logera dans une chronique de son blog anonyme de cinq visites par an en compagnie de son compère, Raf Simons.

Beaucoup d’autres sont bien plus méritants de produire une création qui est plus digne d’être embaumée dans les pages d’un Elvizir.

UN RESTAURANT PHARISIEN

Une assiette noire comme un cauchemar et collante comme une romaine quêtant pour une association de sourds et de muets. J’aurai d’ailleurs préféré perdre mes sens gustatifs pour arrêter cette torture de ce gastro à nutrition.

Pour la suite, un pigeon en plat principal, servi tellement rose, que j’ai cru qu’il aurait pu s’envoler à la première pression de ma fourchette. Pour finir une poire Belle-Hélène, sorte de jus acide en purée de cactus, qui vous prend à la gorge comme un produit Monsanto et vous envoie finir vos jours à Saint-Helen dans des vapeurs de cyanure avec le « Nabo Léon »

LE « SOT » D’HERMÈS

Cela se déroulera sur la planète, non pas Mars, mais en mars sur la planète Hermès, que le grand jumping des moitiés de mondaines vont avoir le pied à l’étrier, un licol de la marque autour du cou et le mort entre les dents. Voici la bonne société parisienne du 16ème, mais « siècle » qui se présente pour se faire étrier sur la carrière du centre de Paris.
Un tapis de « sciure de mouches » pour un événement d’un microcosme que nous rencontrons aussi au premier rang des shows de Haute Couture, une belle brochette de bombes. Mais celles-ci sont à mettre sur la tête. Un jumping qui se finira par un bouchonnage exhaustif des participantes, les Vuittonnesses viennent pour cela aussi, confondant le pansage par le bandage, mais leur cécité, finalement, n’est qu’un point de vue…

RETOUR DE LA PANTHÈRE

La montre Panthère de Cartier lancée en 1983 et interrompue en 1996 aurait pu être oubliée dans les tiroirs du temps. Pourtant, Cartier a décidé de nouveau de miser sur elle et de la relancer en 2017. Le désir du PDG, Cyrille Vigneron, est de recentrer l’offre horlogère de la marque sur la clientèle féminine, mais, l’ancien de Vuitton, avec son intuition légendaire, le pousse également à penser que cette montre correspond parfaitement à notre époque.

Élémentaire, mon cher Watson, car ce dernier, en effet, demande à Richmont 25 millions de dollars pour avoir utilisé une de ses photographies sans sa permission dans une publicité de Cartier.