CAROLINA HERRERA 2022

Non classé

Malgré le ridicule aux gestes plus incongrus que couture, chez Carolina Herrera la tâche importe peu pourvu qu’on ait l’ivresse. Mais il est vrai qu’avec « Gordon qui n’a pas inventé le Gin », la création et les filles filiformes se suivent et se ressemblent, celles-ci maigres comme des clous, ne me rendent jamais marteau. « Mon œil est habitué à voir de belles choses » se plaît-il à raconter, lui qui vient de Chicago Illinois, et construit les robes comme les buildings de la ville d’Al Capone. Si vous avez assisté à la dernière présentation de sa collection à New York, nous avons eu du mal à entrevoir le beau et le sublime étant inexistants ! Une palette de couleurs de tâches et de vichy à la Tati, sur des tailleurs qui donnent le ton d’une collection peu reluisante.

Loin, très loin de ce jeune garçon si charmant qui, à l’époque, nous remettait sa copie sans inhibition. Nous avions pensé alors que son âge l’emporterait sur sa jeunesse afin de devenir un vrai couturier, mais il n’en est rien. Nous avons devant nous le plus bel exemple du chiqué couture, d’imitation et de faux art, ainsi que le triomphe de l’échec, l’apothéose du puffisme.

La couture n’est pas un 100 mètres mais un marathon qui demande de se renouveler sans cesse chaque saison. Renoncez, Monsieur, je vous en conjure, car renoncez à soi-même est un effort pour se dépasser, mieux vaut commencer par s’assumer. Mais l’horreur est humaine malheureusement.

Anonymode