BALENCIA GAGA

FASHION WEEK LONDON 2017, Non classé

Une nouvelle paire de baskets « Balenciaga », qui véritablement suscite des interrogations, car la semaine dernière, la marque de luxe a dévoilé sa dernière création, une basket en toile en édition limitée unisexe « very, very crado ». Sneakers disponibles entièrement détruites, au prix de 1 850 $US, une paille ! Selon la marque, la basket Paris mais plutôt « Tarie » est pour une tenue décontractée intemporelle avec semelles en caoutchouc et toile usée jusqu’à la « corne » ce qui lui donne un aspect usé ». Adeptes des clubs sélects de la capitale à éviter. Bien que l’idée soit certainement créative, mais pas vraiment nouvelle, beaucoup de réactions sur les médias sociaux pour critiquer la marque et de son « insensibilité » sur la marchandisation du chic et surtout de la pauvreté.

Pour des gens qui n’ont pas « pognon sur rue », honnêtement c’est un affront pour ceux qui sont confrontés à la pauvreté, et ayant fait un article sur le sujet il y a une semaine sur « Féticher la pauvreté », le luxe continue sa provocation, juste pour le buzz mais surtout pour des buses.

Transformer ce qui est le désespoir d’un sans-abri est probablement une tentative désespérée de se rapprocher d’une vie plus authentique. Enfin, je suppose. Mais si le diable ne se chausse en Prada, il est probable qu’il porte du Balenciaga, mais dans ce monde-là, on ne se chausse pas Monsieur, on habille ses pieds. Non ?

FM