AZ FACTORY PSYCHOTHERA PRISME

PARIS HAUTE COUTURE 2021

Installé dans un bureau circulaire, Alber Elbaz assis dans un studio de cinéma en banlieue parisienne espère que sa présentation l’histoire de l’usine AZ sera aussi fluide et convaincant que celle du vénéré présentateur Jean-Pierre « Pernod », espérons qu’à la fin nous ne serons pas complètement saoul.

Il explique sa ligne de conduite pour sa start-up, une joint-venture en Compagnie de la Financière Richemont (Groupe Cartier). Le patron de ce groupe de luxe Suisse, Johann Rupert aurait dit à notre créateur enfant « Makes it happy ». Et voilà le résultat, vingt cinq minutes d’ennui au cours desquelles il a dévoilé ses premières créations de mode depuis plus de cinq ans. Comme quoi on peut quand même perdre la main à ne pas pratiquer. Vingt mannequins de tous les âges et de toutes les tailles dansent sur un podium dans des robes moulantes, des robes de soirée couleur bonbon et des pyjamas imprimés, un  clin d’oeil au confinement, peut-être !

Elbaz a appelé son film « divertissement de mode », et en dévoilant AZ Factory comme un show TV, il en profite pour faire online une psychothérapie. Qui lui en voudrait ! Il avait même pensé à des robes antibactériennes, COVID-19 oblige, mais finalement il y avait renoncé. On peut dépenser beaucoup chez Richemont mais il ne faut quand même pas exagérer . « Ce n’est pas vraiment mon retour », a insisté Elbaz, qui a été largement absent de la scène de la mode depuis son éviction de Lanvin en 2015 après un mandat de 14 ans qui l’avait propulsé au sommet de la mode parisienne. « C’est une remise à zéro, un reset ? » Mais, ne jugeant jamais sur les premières collections, j’attendrai pour donner mon avis. En tous cas, vous pouvez juger sur pièces, mais cette fois-ci je vous laisse seul.  Je donne un conseil à la Chambre Syndicale : avant de mettre au calendrier Haute Couture un créateur, il faudrait vérifier si sa collection Zara est pertinente dans celui-ci !!

Anonymode