PRADA LA RAF SI MONSTRE

Raf Simons, le calviniste de la mode, vient de signer une nouvelle collection en collaboration avec Miuccia Prada qui ne doit pas connaître ses grands succès chez Dior et Calvin coin coin. Ce comptable architecte reste la matérialisation biologique du Designer d’aujourd’hui, c’est-à-dire une savante mutation génétique de très peu de talent, un soupçon de rien, et beaucoup d’arrogance mais assurément pas de poésie. Sa couture est comme La Fontaine affable. Sa mode n’a pas progressé d’un millimètre. Elle recule même. Mais, il est vrai que le seul examen qu’il a, à son actif, dans la couture, c’est ses analyses d’urine.Pour lire plus cliquer ici

KOMA PRE 2021

La collection a trouvé un juste équilibre entre le glamour caractéristique de Koma et la douceur et le confort actuellement demandés. Koma n’a pas choisi la voie conventionnelle du confort en apposant son nom sur un survêtement ou en créant une paire de pantoufles. Le confort et l’intimité à la maison ont pris la forme d’un manteau de laine léger comme des plumes, de tricots de cachemire avec juste assez d’élasticité pour encadrer le corps, et d’une chemise glamour et confortable en soie extra-douce et en subtiles broderies de cristal…Pour lire plus cliquer ici

LE RETOUR DES ROUSSES

Dans l’Egypte antique, la chevelure rousse est le symbole du feu infernal et du feu d’ici-bas qui consume les hommes du trouble et du désordre. Mais n’en vous déplaise, la rousse est de retour, indomptable, manipulatrice, longtemps caricaturée par la littérature comme au cinéma. C’est Netflix qui remet au goût du jour les femmes du désordre, enfin ! Voici donc les héroïnes aux flancs dorés qui ressuscitent les lyres d’antan et la fleur d’hyacinthe qui évoque le rayonnement de ces belles chevelures rougeoyantes, comme un soleil qui se couche éternellement. Elles ont marqué la télévision ces dernier mois, et cause Covid, les séries de Netflix ne tarissent pas d’éloge sur ce sujet.

Tout d’abord, la jolie rousse, incarnée par Phoebe Dynevor, qui fait son entrée dans le monde et sera séduite malgré elle par Simon Basset, l’arrogant Duc de Hastings, qui fait le plaisir de mes copines de 50 ans. Ensuite, depuis le fameux « Jeu de la Dame » (autre série sur Netflix) tout le monde veut apprendre à jouer aux échecs.Pour lire plus cliquer ici

PACO Y MA TUMI

Le nom anagramme vient du grec ancien anagramma (renversement de lettres). Les « anagrammeurs » changent l’ordre des lettres d’un ou de plusieurs mots pour en former de nouveau. Cette pirouette peut alors avoir un sens caché, pour la plupart et pour le plus grand plaisir de l’utilisation de notre langue. Mais, ceux qui changent les mots modifient souvent le sens même de ceux-ci, et comme quelques copistes, ils pillent à foison en rebattant les cartes du design par leur turpitude, (anagramme de putride). Ces circoncis de l’esprit sont d’un ennui tel qu’ils pourraient postuler comme directeurs » des programmes de Cyril Hazouza. Ayant autant de charisme qu’une éponge humide, ils ouvrent probablement plus de braguettes que de dictionnaires.Pour lire plus cliquer ici

LES FORMES DU PARFUM

Avec la douceur des yeux d’un chat persan, royal comme un lys, Pierre Dinand a cette très noble pose d’un maître Yip avec sa veste à col Mao. Et bizarrerie de l’étrange, je perçois chez lui un homme aux sensations si fines qu’il sait voir aisément le souffle magique de ce monde. Il ne pouvait souffrir l’extraordinaire, car l’équilibre dit-il c’est comme la perfection d’un pendule, ce n’est pas d’aller vite, mais d’être bien réglée et de donner la cadence. Il est l’homme aux 1000 flacons de la planète, et dans ses dessins de fioles si cristalines, il verse les maux d’un monde d’égos qui tourne à l’envers, car certains sont plus égos que d’autres devant le sublime. Pour lire plus cliquer ici

L’EMPIRE DES SENS BRIDGERTON

Outre les scènes torrides de broute-minous dans les escaliers, la série Bridgerton de Netflix a enflammé l’ensemble de mes copines, effet mouillé assuré de toutes les  « bobones » parisiennes assurées. Comment la série sur Netflix inspire les tendances de la mode du printemps 2021 ? Les placements de produits pour la mode Américaine et les costumes opulents de la série contrastent avec la tendance de la mode que les grandes maisons, enfermées dans la pandémie, ne peuvent prendre leur inspiration.

Pour lire plus cliquer ici

QUAND ORWELL PARLAIT DE MODE

Que se passera-t-il lorsque les premiers rangs de bimbos et de journaleux disparaîtront un vendredi dans les limbes du pacifique. C’était la question que tout le monde de la mode se posait pendant les attentats, mais voici la Covid qui vient définitivement supprimer ces grandes messes qui ne servent finalement qu’à brosser dans le sens du poil les égos de chaque créateur après Dieu, « un je d’enfant ». Pour certains,  et pour la sexualité des autres, oubliant que l’amour est un besoin et que le sexe est juste une envie. J’ai besoin d’avoir l’avis de quelqu’un d’intelligent, connaissez-vous quelqu’un ? 

Les designers et les marques se sont mis à l’action, en diffusant des émissions en direct, en créant des films, en entrant dans l’arène de la réalité virtuelle ce qui arrange grandement certains qui construisent les robes avec des gants de boxe, faisant ainsi disparaître définitivement les petites mains derrière le couturier et l’image de celui-ci glorifié pour devenir une icône. Pour lire plus cliquer ici

ELBAZ DU BUSINESS

De la sueur, du feu, du sang ! C’est elle ! C’est la Fashion Week de Paris. Debout, le bras levé, superbe en sa colère, animant le combat d’un geste souverain, Albert s’apprête à briller. Autour de lui, traçant des lignes enflammées, ouvertes aux entrailles du chaudron d’airain qui brûle en son cerveau ; un flux et un reflux, sur cette mer vivante, à son appel d’Aphrodite et sous sa main qui frémit, en ces dessins féroces, pour aider et fournir aux massacres des autres couturiers en les écrasant du bout de son promarker.

Pour lire plus cliquer ici

PFW, JE N’AI PAS ENVIE !

Voilà la rentrée, et pourtant, je n’ai pas envie de retourner plonger dans ce cloaque qui a un point commun avec Louis XVI, il perd complètement la tête ! Mais, qui a envie de rentrer ? A part, bien sûr, le célèbre Hardeur Rocco Siffredi. Revoir ses Fashionistas qui, même en portant deux pantalons superposés, ne sont pas futes-futes, me fatigue. Je n’ai pas envie de me lever le matin de « bonheur » pour écrire, car ensuite je ne pourrai pas aller prendre un café avec ma copine Alex qui me fait rire à en mourir avec son style de la Parisienne à la Bréteché.

Pour lire plus cliquer ici

JURASSIC PACK 2020

Bye bye aux grossiers personnages qui donnent des rendez-vous sans les honorer comme si vous n’étiez personne, des vermisseaux nés du cul de Desfontaines tellement pauvres que dans leurs Kinders, il n’y a pas de surprise. Bye Bye les vendeurs d’assurance qui prennent le pouvoir par hasard, et se croient investi de la purification de la société, en oubliant d’appliquer à eux-mêmes leurs résolutions, chiantes comme un réveillon de Noël chez des végétariens ! Bye bye les florentins et courtisans prêt à tuer leur propre mère pour laisser une trace de leur passage dans un univers qui est en constante expansion et dont ils ne perçoivent pas qu’ils ne sont personne à l’échelon cosmique, et ressemblant à un iceberg, sept fois plus « cons » que ce que l’on voit…

Pour lire plus cliquer ici

PIERRE CARDIN FUTURISTE

Canal-Luxe sort de sa retraite hivernale pour parler de Pietro Constante Cardini qui s’en est allé, aujourd’hui, à l’âge de 98 ans ; un âge canonique pour un producteur de robes qui rendait les femmes canons ! Voilà bien ce qui définissait, celui qui a acheté il y a quelques années le Château du Marquis de Sade à Lacoste. Le prince du Futuriste de la Haute Couture, le dernier de l’ère Jacques Mouclier qui avait, avec beaucoup de brio, rendu ses lettres de noblesse à cette dernière.

Maître couture et homme d’affaires, il habille les Beatles dans les années 60 d’un costume noir à col Mao, une première passerelle pour la Chine. Cet Académicien des Beaux arts restera immortel. Il comptait parmi ses amis Jean Cocteau, Elsa Schiaparelli, Salvatore Dali etc…

Pour lire plus cliquer ici

BREXIT PARADISE ISLAND !

La fashion Week de Londres est fortement compromise en janvier. Le gouvernement britannique verrouille une fois de plus une grande partie du pays, le maire de Londres, Sadiq Khan, déclarant que 2020 sera le « Noël le plus difficile » de Londres depuis la Seconde Guerre mondiale. Les magasins londoniens ont été fermés à nouveau ce week-end en raison des nouvelles mesures imposées par le Premier Ministre britannique Boris Johnson.

Jace Tyrrell, directeur général de la New West End Company, qui représente des centaines d’entreprises du centre de Londres autour de Piccadilly, Oxford et Regent, a déclaré que l’ouverture et la fermeture des magasins de dernière minute coûtaient une fortune aux détaillants, et que les entreprises avaient besoin d’une stratégie de sortie claire du gouvernement avant de rouvrir une fois pour toute…

Pour lire plus cliquer ici

BURTON LA CHAUSSETTE McQUEEN

La collection de la créatrice Sarah Burton pour Alexander McQueen est dépouillée et avec ses manches ballons, finalement c’est une collection peu gonflante. Peu de haute couture mais surtout une « haute platitude d’anglaise » sur le bord de se jeter dans la Tamise car prendre la place de McQueeen est une chose peu aisée. Des « vêtements » comme dirait notre Pascal Marrant Hexagonal. Voici les temps immémoriaux du post-Covid, difficiles, mais il est vrai que la nostalgie du petit génie de la mode ultra-créatif nous laisse à penser que peut-être demain… Pour lire plus cliquer ici

YSL ARGOS DE SABLE

Comme un halo autour de la lune, c’est un souffle qui entoure Vaccarello dans la rosée du matin de quelques grains qui constituent une mer. Je serai sable dans le vent, et il suffit de prononcer ce mot pour qu’aussitôt, surgissent des images de poussières qui virevoltent avec légèreté, douceur, et éclats du quartz, mais aussi avec la grâce et la sonorité du vent, qui siffle comme par magie sur le lieu et fait apparaître le Petit Prince de la mode dans toute sa splendeur. Il nous murmure doucement, dit  « Dessine-moi un mouton, » je te donnerai un Bergé…Pour lire plus cliquer ici

LE DIABLE S’HABILLE EN NADA

Partir, c’est crever un pneu ! et malgré une année difficile pour Anna Wintour, qui a été marquée par de nombreuses rumeurs selon lesquelles elle quitterait Condé Nast cet été, elle a été promue responsable du contenu mondial, mardi dernier. Le diable ne s’habille toujours pas en Nada. Wintour, la terreur des faubourgs de l’industrie de la mode, le Bescherelle de la Fashion Week, l’une des cadres les mieux payées de la société, occupera le.. Pour lire plus cliquer ici

KEANE RIEN QUE POUR VOS YEUX

Les nuits, parfois, sont plus douces que les jours, et Margaret peint des yeux sans ombre exprimant le reflet de sa douleur. Pourtant, les étoiles brillent toujours, et les yeux se sont remplis d’ombre, pour se tourner quelque part vers ce qu’on nomme l’invisible. Alors, au cours des années 1960, les toiles de Margaret Keane, par faiblesse et soumission, sont vendues par son époux Walter Keane à la galerie Hungry i. club de San Francisco… Pour lire plus cliquer ici

L’ACT COUTURE NOTARIAL

Voilà, sans aucun doute, un essai de création pour attirer l’attention sur une couture qui n’en vaut pas la peine. Une copie de « Jacques-manuche nuche » accouplée à Guo Peï, pour une confrontation entre la force du désir et la fragilité technique, adossée à l’horreur physique, mais il est vrai que l’horreur est humaine. On imagine le clapotement d’un égout servant de déversoir, qui s’éparpille dans une gerbe de gouttelettes et qui s’accroche au Covid-19 qu’un morpion sur le pubis de Minerve ne pourrait pas porter.

Label fondé par Luca Lin et Galib Gassanoff en 2016 en Italie, et on peut se demander si cette collection est le résultat de l’inspiration d’un labeur qui travaille comme un muscle à la place du cerveau « Croate comme dirait le corbeau » ou d’un effort continuellement renouvelé et entraîné à produire des neurones au chômage technique…Pour lire plus cliquer ici

PARFUM HERRERA UN PUTSCH

Avec une bonne paire de chaussures, une femme peut conquérir le monde, paraît-il ? Voici la nouvelle arme de séduction massive signée Carolina Herrera par le truchement des Puig ; un putsch, et c’est bien naturel pour un flacon qui imite une chaussure et qui présage d’une collection cousue avec les pieds. Espérons que cela ne sente pas en plus la savate. Mais dans quel esprit ! « fin de série » peut germer cette idée saugrenue ? Même Louboutin ne l’a pas envisagé.  Allez-y ! Révélez en vous la fraîcheur lumineuse de la tubéreuse et le sillage sensuel du Jasmin Sambac, pour faire ressortir votre côté bimbo de bitumeuse… Pour lire plus cliquer ici

STERLING LA LIVRE HAUTE COUTURE

Après Vilmorin et AZ, voici le dernier entré choisi par la Haute. Sterling Ruby, né en 1972 à Bitburg (Allemagne), choisit de travailler la céramique, la peinture, le dessin, le collage, la sculpture, la vidéo et le textile, ce qui fait de lui un potentiel candidat à la Haute sulcature ! Travail influencé par la schizophrénie et la paranoïa, voilà donc, que nous y sommes : un candidat taillé sur mesure par les dirigeants de la Chambre Paranormale de la Haute, le nouveau choix de la profession, certainement parce que j’ai parlé de « l’étoffe » d’un artiste, ils ont alors pensé qu’il était couturier… Pour lire plus cliquer ici

PRADA LE DESERT DES BARBARES

1 714 habitants au dernier recensement, en 2018, à première vue, une petite ville, comme il en existe des milliers d’autres à travers les USA, sauf que celle-ci peut se targuer d’abriter une communauté d’artistes pointus, ainsi que quelques riches urbains en quête de grands espaces, mais aussi d’avoir, dans les années 50, accueilli le tournage du film « Giant », avec James Dean, et non pas la marque de vélos taïwanaise.

Donald Judd, pape de la sculpture minimaliste, y a posé ses valises au début des années 70 avec l’aide d’une riche fondation new-yorkaise. L’artiste (antimilitariste) rachète une ancienne base militaire à la frontière de la ville, déployée sur 400 hectares au cœur de laquelle Judd installe ses œuvres : dans les grands baraquements, des boîtes d’aluminium géantes, le long de la route, des cubes de béton… Pour lire plus cliquer ici

AZ FACTORY

Qui se cache derrière ce nouveau venu de la Haute Couture ? Le « suce peine » est insupportable comme l’aurait dit Didier Grumler. Un peu d’histoire ne fait pas de mal à nos méninges qui sont souvent dans la profession issus d’enfants prématurés de Quasimodo. C’était cinq ans après une sortie brutale de la maison Lanvin, et par cette si distinguée Madame « Shaw Show » du Groupe « Faux Then », que le créateur « Altesse Elbaz » lança sa nouvelle marque de mode, « AZ Factory », un clin d’oeil probablement à Andy Warhol. Mais, dans la profession, entre les bimbos et les attachées de peste incultes, personne n’aura remarqué ! Pour lire plus cliquer ici

BOBO RICHES ET DEPRIMÉS

Alors, ils mettent au monde les pires prénoms de la terre entre ( Térébentine, Nicodeme, Mardoche, Feeling, Akassia, Djohanna, Brésil, Chléophé) pour les filles et (Emeraude, Superman, Papa, Amour, Charlot, Playboy, Expert, Christ-Joris, Bernard Junior) pour les garçons. Parents complétement déconnectés qui demandent aux enfants c’est quoi le mot magique ? Et l’enfant répond, c’est « abracadabra ».

DE VILMORIN HAUTE COUTURE

Alors que la pandémie fait rage, le milieu de la mode, dans une période d’incertitudes, souhaite surnager à la vague qui va peut-être l’engloutir. L’avenir de celle-ci, viendra-t-il d’un jeune styliste, Charles de Vilmorin, qui fait souffler un vent de créativité et de fraîcheur sur le secteur. À 23 ans, il a l’audace de lancer sa première collection (une vraie performance !) : exubérante, poétique, lumineuse et colorée. Il a immédiatement été remarqué par les instances de la Hautes Mouture, eux qui sont aveugles et daltoniens, plongeant dans l’univers de ce créateur très promoteur de son succès comme l’aurait dit Grumler… Pour lire plus cliquer ici

CLÉO DE MÉRODE

Sa beauté délicate, hors des canons de la beauté de 1900, est restée légendaire, ainsi que les hommages qu’elle reçoit de quelques célèbres soupirants, plus particulièrement du roi Léopold II de Belgique, une aventure qu’elle relate dans ses mémoires. Son charme et sa beauté lui valent alors une foule d’admirateurs intéressés « pour un doigt de cour ». Elle se produit à l’Exposition Universelle de Paris dans les « danses cambodgiennes »…Pour lire plus cliquer ici

OSSIFIER ROUSTEING POUR BALTRINGUE

Camus disait : « Si tu habites avec un boiteux, tu boiteras bientôt toi-même ». Voilà quelques croquis de l’enfer sur un trône splendide du Qatar, un défilé médiocre que notre décadent a spontanément enfanté pour l’inexorable déconfiture du sens esthétique et moral de la couture. Une collection proche de la Côte mais « d’Azor le chien », ou de côte de « Bhopal » pour nous asphyxier.

Dans cet univers frelaté fourmillant de petits « créateurs » qui, au nom de la modernité, réingurgitent le travail de leurs prédécesseurs sans en avoir le talent. Cet Olivier fabriquant d’huile pense porter une aiguille comme une épée, mais celle-ci racle le ruisseau, et infatigablement, il copie ses prédécesseurs sans en avoir le génie…Pour lire plus cliquer ici

LES COLLECTIONS DU MOIS DE « JOINT »

Sur les scanners de la police, on peut entendre plusieurs individus qui discutent des marques Françaises : « Tu veux combien de Vuitton lui dit l’un. Tu me mettras trois Dior répond l’autre. Il est vrai que Dior est toujours addict ». En réalité, les scanners de la Maréchaussée balayent toutes les fréquences des dealers de banlieues qui ont choisi de nommer chaque produit par code du luxe. Ainsi, un kilogramme de cocaïne, c’est trois sacs Vuitton, deux sacs de méthamphétamine, quatre sacs Chanel, et ainsi de suite… On savait déjà que dans le luxe « la came isole de force » mais, vous avouerez que cela prend des directions insoupçonnées. .. Pour lire plus cliquer ici

LA MARE A DONA

Marx disait : « La religion est l’opium du peuple ». Aujourd’hui, ils dirait plutôt « le football est l’opium de la plèbe » ! Voilà donc que « Dieu est mort » comme l’a écrit en titre, jeudi dernier, le journal l’Equipe. Ainsi, les grands écumeurs des bourbiers d’Hélicon rendent hommage à ce vermisseau né d’un cul de basse-fosse et d’un vil brigandage. Entre trafiquant de drogue et voyou de banlieue flétrissant les pelouses qu’il foule de ses pieds pour finalement marquer un but de la main qui le rendra célèbre et qu’il renommera lui-même « La Mano de Dios » – traduisez « la main de Dieu ». Petit misérable et laboureur du sport mondial et en particulier du football, stupide barbouze, qui pense que ses pieds sont d’or et son cerveau de poudre, fait injure à l’humanité en dépassant les lignes, mais celles-ci étaient de poussière d’ange… Pour lire plus cliquer ici

PLACE2SWAPE DU LUXE

Pouvoir, avec un peu d’aide, et ainsi mettre en contact les acheteuses compulsives avec des vendeuses qui voudraient céder leurs parures de désir préférées pour en acquérir de nouvelles et ainsi se laisser envahir par cette fièvre acheteuse en vous dédouanant de la culpabilité de détruire votre propre planète. Economie circulaire pour finalement ne pas tourner en rond, mais surtout, pour ne pas détruire inutilement ce que nous aimons profondément, car la terre c’est la mère disait Roland Barthes.

Alors deux femmes dont l’une d’elles se nomme « Estefania », qui veut dire en catalan « la couronnée », (un signe certainement) invente le Re-commerce. Connaissez-vous ?… Pour lire plus cliquer ici

LA MARIE-TROTTINETTE

La chaussure de Marie-Antoinette passe sous le marteau, à défaut de la guillotine, une poulaine en soie et en cuir de chevreau vendue aux enchères pour 43 750 euros. Pour celle qui a été la dernière Reine de France, elle ne pourra pas en profiter. Mise aux enchères dimanche pour une somme qui, à mon gout, est plus que de raison, permettra de donner à la plèbe de la brioche ou un caramel, celui-là même qui fréquente le palais et menace la couronne. Des titres nobiliaires en pagaille pour cette vente comme au « sceau » d’une marque du Faubourg… Pour lire plus cliquer ici

ATTACHÉES DE PRESQUE

La Fashion Week de Paris regorge d’attachées de presque, vieillissantes qui s’accrochent désespérément à leur métier. Une multitude de douairières cosmopolites qui gravitent autour des maisons de couture et de joailleries. Ex-rédactrices en chef de grands magazines débarquées, depuis plus de 15 ans au moins, elles écrivent, avec une plume de marbre mais surtout de pierre, des textes pris dans le ruisseau, là où se tient usuellement la vulgarité dont elles jurent : « Oh Grand Dieu ! » ne pas en faire partie… Pour lire plus cliquer ici

EKATERINA PLISSÉ N’EST PAS JOUÉ

Lorsque je m’abandonne dans le torrent divin, je plonge enivré de robes et frissonne de chercher le plissé à idolâtrer. Des cieux de sourires pour s’offrir des jonquilles et un cœur de trésor pour partir de sa petite ville de Sibérie occidentale pour conquérir le monde. Il y a toujours de l’espoir pour cette créatrice, même là où il fait le plus noir. Elle pense, en effet, qu’il ne faut jamais désespérer, qu’il ne faut jamais lâcher car la passion est un moteur qui chauffe mais ne brûle jamais. Et pourtant en parcourant les pages d’un Vogue à neuf ans, un palais de rêves s’ouvrit devant elle, et ce rêve de beauté idéalisé par les mannequins et les designers lui donne la passion qui deviendra sa vie…. Pour lire plus cliquer ici

GUCCI ESCHATOLOGIE

Alessandro Michele a voulu associer sa dernière collection Gucci à l’eschatologie. Cette doctrine explore le destin ultime des humains et de l’univers. En fait, le mot a été imprimé sur ce qui est probablement destiné à devenir le best-seller ultime de la gamme : un T-shirt sur-dimensionné disponible en plusieurs couleurs également décoré des numéros 1921 et 25, qui respectivement représentent l’année de fondation de Gucci et le numéro préféré de Michele… Pour lire plus cliquer ici

QUI A INVENTÉ LE BLUE-JEAN…

Quelques-unes des tendances durables de la mode actuelle remontent à plusieurs siècles et malgré l’obsolescence inhérente à la mode, quelques unes de ces plus grandes inventions ne cessent de vivre. Mais, à qui peut -on attribuer tout le mérite du blue-jean, du T-Shirt, du Trench-coat…  ? Plongeons un instant dans l’histoire de ceux-ci.

Si Levi Strauss a gagné beaucoup d’argent avec les blue-jeans, il ne l’a pas inventé. Les jeans ont été développés au fil des ans à partir du « bleu de travail » de la classe ouvrière qui était omniprésente en France et en Italie à partir du 18ème siècle. Les changements apportés par Levi Strauss ont été d’ajouter des œillets pour rendre le vêtement plus résistant pour les chercheurs d’or… Pour lire plus cliquer ici

FANTASME LUXE ET DÉCADENCE

La science et la technologie ont cessé de servir les hommes. C’est la technologie du smartphone qui devient notre maître, et c’est 24 heure sur 24, sous l’œil de ces nouveaux moyens de communication, que le monde de George Orwell se construit sous nos yeux. Depuis le début de l’humanité, jamais des intérêts privés n’avaient fait main basse sur tout un secteur d’activité. Il faut se poser la question : comment une invention comme internet ait pu être accaparée par des intérêts privés aussi rapidement ? Mais, il est vrai que l’homo sapience avait déjà préempté le feu pour lui-même… Pour lire plus cliquer ici

CES MESSIEURS DE LA FAMILLE

Les sommets ont la propriété de faire venir d’en haut la foudre, mais on oublie souvent que c’est d’en bas que provient la lapidation. Alors expliquer que la discrimination et le harcèlement sexuel sont courants tant pour les femmes que pour les hommes hétéros qui traîneraient par erreur dans la profession de la couture, n’est pas un euphémisme. Bienvenue dans le monde extravagant de la drogue, du sexe et de la discrimination, promotion planche à repasser, où les Seigneurs, d’autrefois, se sont transformés en pignoufs d’aujourd’hui, et qui n’ont retenu qu’une seule chose, le droit de cuissage… Pour lire plus cliquer ici