STEPHANE ROLLAND L’AMBROISIE COUTURE

Elle est criante de vérité cette femme en longue robe poncho en crêpe mousse ivoire plissé et gazar blanc brodé, Le noir et le blanc s’affrontent dans les diamants, et les perles se font couture. C’est la femme Roland toujours reconnaissable entre mille et sur la musique de « vivre pour vivre », elle s’épanouie sans jamais nous décevoir. Crêpe de satin rouille, qui vibre comme un tout jeune oiseau qui tremble et qui palpite, une cape en crêpe de mousse blanche rehaussée d’une cascade de pierres de cristal aux couleurs de l’Italie. Un signe peut-être que les vacances de notre couturier préféré approchent ! Goutte de verre émeraude, puis un crêpe de satin caramel et un diadème pour des yeux de mortels dans une splendeur toute entière.

Un crêpe de Chine jaune soleil et une tiare en cristal étincelante, éblouissante et clair comme l’eau des lacs de Puerto Williams. Voilà les charmeuses en perles et en mousseline. Le couturier apparaît dans ce monde statique sans ennui, car pendant que le monde s’arrêtait, il se nourrissait, pour finalement être la flamme qui brûle dans dans l’univers de la Haute Couture,  et comme un billet d’amour ce monstre de couturier nous fait voyager, malgré nos écrans réducteurs et maudits. Pour lire plus cliquez sur le titre

GIAMBATTISTA VALLI

Comme un bois couronnés d’un reste de verdure, feuillage jaunissant et gazon épars que maudissent les golfeurs. Derniers beaux jours qui annoncent le deuil de la nature, et qui convient à la douceur et plaît au regard de Valli, pour une farandole de saisons. C’est la balade de Valli qui joue sa symphonie de croches : noires et blanches.

J’aime à revoir encore, pour la dernière fois, ce soleil pâlissant, dont la faible lumière perce à peine l’obscurité des bois. Oui, où dans ces jours d’automne de la couture la nature expire. Les regards voilés trouvent plus d’attraits, comme des lèvres que la mort va fermer à jamais, une petite mort des présentations de Haute Couture que tout le monde vilipende mais dont l’ensemble veut faire partie. Pour lire plus cliquez sur le titre…

MARIA GRAZIA ET LE SATYRE

Mi-homme mi-bête, voici le Satyre, le Silène, homme sous les traits rustres avec une queue ainsi que des cornes de bouc et un appendice humain en érection plus grand que la tour de Babel, pour exciter les bimbos de la Fashion Week, et pour Maria Grazia un souvenir lointain très lointain… une nébuleuse même !

Silène est le nom du père nourricier de Dionysos qui favorisa son intégration graduelle dans le culte dionysiaque. Pendant les fêtes d’Athènes, on jouait trois tragédies suivies d’un drame satyrique, dans lequel les membres du chœur étaient habillés en satyres. Ces pièces étaient des parodies de légendes, et le chœur des satyres exprimait la couardise, la lubricité et le plaisir, une sorte de rue Quincampoix et du 41 réunis en un feu « d’artifesse » de Paname.

Dior nous offre un mélange surprenant de deux grooms qui livrent dans la plaine mythologique les robes de la Maison. Des livreurs « Uber » pour les hôtels du groupe transformant d’un seul coup le mythe de la couture et de l’hôtellerie en un seul rêve, celui de voir la poésie de Franck Sorbier rentrer à force dans le pays de l’argent et de la luxure, un clin d’œil au luxe, peut-être ?

SCHIAPARELLI WASHINGTON SCARE

Son nom, personne du grand public ne le connait ; un Guyon qui n’est ni général Français de la Révolution ni de l’Empire. Trouvé dans la Vallée de Diego pour une chaussure qui va comme un gant au pied de Tods. Représente-t-il le chic pris dans le ruisseau ? Personne ne finit pas savoir. Faiseur de bric-à-brac devant l’éternel, il dissimule ses paradoxes comme des axiomes dépopulateurs, des contre-pieds brutaux d’idées reçues et acceptées par les florentins qui tartinent cette profession.

« Comment nous nous habillerons pour la fin du monde ? » se pose comme question le designer, ne sachant pas que c’est déjà la fin de « l’an pire Américain », à l’image de Kate Blanchet habillée par le couturier ou comment abîmer une jolie femme avec un sac ! Je vous laisse juge de la photo ci-dessous. Et le tableau est complet quand la « Belle Inuite  » lançait un nouveau sac en cuir réalisée avec finesse disait-on dans les communiqués des attachées de peste, dotés d’un gros fermoir en forme de cadenas doré style Catena pour les Vénus crapuleuses atteintes de la maladie de Narcisse de nos grandes mégalopoles. Pour lire plus cliquez sur le titre…

ROUSTEING PIRATE DES QATARIS

Oyez, Oyez Moussaillons… Voici Olivier Rousteing qui se transforme, non pas en pirate des Qataris, mais en pirate de la Haute Couture Française. Voulant tirer à boulets rouges le canon pour présenter, avant la Haute Couture, un show « en Seine » de ses 700 modèles qu’il a réalisés dans sa cuisine, durant le confinement, sur son bateau fabriqué dans sa salle de bain. Il s’était vu armateur et nous savons maintenant qu’il n’est seulement qu’un amateur.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille et, pour la circonstance, elle ne l’était pas du tout, car en arrivant sur le pont des arts, une gagure ! Celui-ci n’était pas emballé par Cristo mais par d’anciens élèves d’Esmod qui avaient tendu une bannière sur laquelle il était inscrit : « Rousteing n’est pas un créateur ». En effet, cet usurpateur de la mode se voit s’attirer les foudres des anciens élèves qui, quant à eux, ont fait quatre ans d’étude, et qui savent coudre une robe, alors que notre « Wonder Toy » préféré n’a, en réalité, étudié que deux semaines préférant les boîtes de nuit de Milan, là où l’on rencontre les meilleurs chasseurs de tête qui ont toujours la tête dans le cul. Pour lire plus cliquez sur le titre…

SOCIETY ROOM 3

A l’image d’une série de « Drôle de Dames », empruntant les vêtements de leur époux, la féminité s’exprime, tout signe extérieur de distinction en avant, comme une façon subtile de vouloir toucher le sublime et le chic à la fois. Sur une musique de Joe Dassin et dans une ambiance Loulou, du haut de la Falaise Louvre, la mode, ce jeudi soir, vient de se retrouver pour s’embrasser à pleine « touche », et enfin revivre ces petits moments furtifs des présentations parisiennes qui nous manquaient finalement éperdument. Pour lire plus cliquez sur le titre…

BULGARI HOTEL ROME 2022

L’hôtel comptera plus de 100 chambres dont la plupart seront des suites de prestiges « Il Ristorante » supervisé par le chef étoilé Niko Romito et « The Bulgari Bar ». Ces deux derniers seront situés au dernier étage, avec une vue sur l’horizon, pour stigmatiser la vision du Seigneur des Arnault, la ligne bleue vif-argent des « Abuses  » de la ville.

Un hôtel disposera d’une salle de lecture contenant une collection de volumes consacrée à l’histoire des bijoux qui sera ouverte aux clients et aux bimbos qui, quant à elles, ne savent pas lire, mais la maison dans sa grande mansuétude aura mis des livres avec beaucoup d’images pour ces intellectuels au repos.

VRAIS FAUX D’HERMÈS

Une peau de lion, style descente de lit, une gueule ouverte qui n’avale rien, des dents superbes qui ne mordent pas, du rouge au cœur, mais c’est seulement une bordure d’andrinople, une queue flasque, prétentieuse ramenée sur le flanc, il croit encore que pour casser les vitres il suffit d’y jeter des pierres, et son éloquence est à l’éloquence ce que Monsieur Marrant est à Marrant.

Et, dans ce cas, c’est toujours le patron qui donne le ton ! A la suite des déclarations de cet ex-employé d’Hermès qui contrefaisait des vrais faux dans sa cuisine pour arrondir ses fin de mois, il déclara au tribunal : « j’ai trompé la famille, mais je n’aurais jamais fait cela du temps de Monsieur Jean-Louis Dumas ». Voilà bien la leçon de vie de la semaine, qui montre que l’exemplarité des patrons rejaillit sur leurs employés. Pour lire plus cliquez sur le titre…

LE PETIT PORT DE L’ÂME

Il faut connaître Dinard pour trouver « Le Petit Port ». Comme Asclépios, fils d’Apollon et de Coroniset, qui a failli ne jamais connaître la vie, nous voguons le long du petit port de Dinard avec une vue sur Saint-Servan et la pointe de la Vicomté. Après deux mois de voyage en pensées de mirage, nous nous sommes posés lentement pour renaître sur le ventre du petit port. Avec un petit air de ces bistrots qui surfent sur la vague du « c’était mieux avant », remettant René Coty au goût du jour dans un décor Delicatessen où se retrouvent tous ces néo-bobos venant de Paris qui sont en demande de vrai.

Chez Goulven Morel, cela sonne le vrai. Tout est d’une simplicité honnête et durable. Bref, un restaurant digne de ce nom qui redonne ses lettres de noblesse aux ‘BB’  ‘Bien Boire’ ou ‘Bonne Bouffe’ à votre guise… Voilà la serveuse, une grande brune des Balkans qui nous propose « Le tigre qui pleure ». J’aurai bien voulu pleurer avec elle ! Je vois quelques couples illégitimes en fond de salle, main dans la main par-dessus la corbeille de pains, mordant leurs lèvres avant de se mordre à pleine bouche, qui comptent les minutes et s’enivrent d’un vin blanc plus que de raison afin de laisser au vestiaire leurs dernières inhibitions. Pour lire plus cliquez sur le titre…

GENS DE CONTRAVARIANCE

Construire un réseau de gens bienveillants ! Un réseau de gens bien éduqués où les voyous seraient irrémédiablement rejetés aux oubliettes de l’histoire ou dans cette cavité naturelle du gouffre de Padirac, pourquoi pas ?

Les jeunes générations sont des pères conscrits, pour qui la bassesse est finalement leur nourriture. Professeurs de brevet de moralité, ils sont la finesse de la flagornerie et de la supercherie, à l’image de ces programmes sur internet, des robots qui vous demande si vous êtes Humain : « trop robot pour être vrai « . Ces jeunes donc veulent rentrer dans nos réseaux pour nous infecter et réaliser leur besogne de malignité et de perversion. Ils sont des bêtes féroces accro à l’argent et feraient n’importe quoi pour en avoir, des Marmontel ennemis de Jean-Jacques Rousseau, qui n’ont que pour but, pas de changer le monde, mais veulent seulement changer de voiture (vous parlez d’un but !)

LA SOLITUDE NID DES PENSÉES

Des amitiés qui ne sont que des zéros et des uns, et avec l’addition de ces deux chiffres se crée une solitude numérique, une invention purement humaine, mais pourtant diabolique. Une vie sur Instagram, totalement réinterprétée, pour montrer aux autres que l’on est pas désespérément seul dans ces grandes mégalopoles et que notre vie est un rêve que les autres n’atteindront jamais. J’imagine Emma Bovary qui aurait aimé sans limite le site « Tinder » ou tout autre site de rencontres pour une «Fast Love» à n’en plus finir et dénuée de toute humanité.

Mais, quand les gens essaient d’avoir toujours plus d’amis sur Facebook, ou de relations, je cherche toujours plus à m’enfoncer dans cette solitude qui me rend de plus en plus heureux. La fréquentation de moi-même est un petit plaisir égoïste coruscant. M’éloigner de ces humains de contrefaçon imbéciles, qui, chaque jour, foulent le pavé des rues de Paname, me donnent l’impression d’un paradis qui s’ouvre devant moi. Pour lire plus cliquez sur le titre…

LE CHAMP PERRET

Voilà une porte qui, comme son nom ne l’indique pas, débouche sur Levallois-Perret, la ville limitrophe à l’ouest, de l’autre côté du périphérique : la Porte de Champerret. Mais, pourquoi ce nom ? En réalité, en 1822, un certain Jean-Jacques Perret fait un investissement dans un vaste terrain qui sera nommé plus tard « le Champ Perret ». Cependant, l’opération immobilière est un fiasco, l’entrepreneur Perret est ruiné. Un peu plus de 20 ans après, les propriétaires de cette banlieue prennent l’initiative de créer une nouvelle commune et confient cette tâche à un personnage ubuesque, à la fois gargotier et menuisier de son état. Nicolas Levallois prie soin de dessiner les plans de la future ville de Levallois-Perret.

Dans cette nouvelle ville, au 42, rue Fouquet, Gustave Eiffel installe ses ateliers qui lui permettront de construire sa célèbre Tour et 400 ouvriers y travailleront d’arrache-pied durant deux ans pour achever l’ouvrage qui sera inauguré le 31 mars 1889. La municipalité décide alors, sans attendre, de rebaptiser ce chemin Fouquet en rue Gustave Eiffel.

LA BANDE VELPEAU D’UN BERGÉ

L’art de la honte ou la honte de l’art! Voici le comble pour un égyptien, avoir un papy russe, et quand celui-ci s’appelle Bergé vous pouvez vous faire enchrister. Voilà un trafic d’antiquités évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros démantelé, qui va secouer le milieu de la mode, avec cinq interpellations, pour des centaines d’antiquités vendues notamment par la maison Pierre Bergé qui avait pillées en Égypte, en Lybie, au Yémen ou encore en Syrie.

Un dossier titanesque sur lequel les enquêteurs de l’Office Central de Lutte contre le Trafic des Biens Culturels travaillent depuis plusieurs années. Des centaines d’antiquités vendues notamment par la maison de l’ex-propriétaire de la maison St Laurent et compagnon d’Yves. Piller des œuvres au Proche-Orient, alors que Pierre Bergé attaquait quiconque osait ré-interpréter les modèles de la maison.  Œuvres ensuite revendues sur le marché de l’art en France via entre autre, la maison de ventes aux enchères de l’homme d’affaires Français avait créé. Un trafic qui a généré plusieurs dizaines de millions d’euros depuis des années. POUR LIRE PLUS CLIQUEZ SUR LE TITRE…

CHAPEAUX LA COVID

Apostat sectaire et iconoclaste, c’est une série d’événements typiquement britanniques et de renommée mondiale tels que le championnat de tennis de Wimbledon, le Henley Royal Regatta et, bien sûr, le Royal Ascot qui seront la proie de la Covid-19. En effet, là où les couvre-chefs sont légion, chapeaux hauts de forme pour les hommes et, bien sûr, les extravagantes capelines de rigueur pour les femmes, ne pourront cette année n’être que virtuels.

Le marché haut de gamme de la chapellerie représente 7 milliards d’euros en Grande-Bretagne. Il ne faut pas oublier également les incontournables mariages d’été, outil essentiel pour susciter l’intérêt des autres et pour des créations décontractées, qui viennent exclusivement de la perfide Albion. Chic oblige.

Londres est l’épicentre de la créativité et de la tradition des chapeliers et des modistes. Lock & Co, le plus ancien magasin de chapeaux et chapeliers du monde, abrite l’emblématique chapeau Coke, communément appelé chapeau melon et pour les bottes de cuistre, voir les Français de la Fashion Week, sortie premier d’un concours de circonstance. Pour lire plus cliquez sur le titre…

GOUROUS ASOCIAUX

La fin du monde est remise à plus tard et les gourous sociaux et acteurs du digital, qui croyaient que la Covid-19 ne serait pas leur Graal, se rendent compte aujourd’hui que tous ne prêchent pas la même Vox populi. Voici donc leur seule certitude d’un progrès de société en devenir, celui de plaider la juste cause, les lanceurs d’alerte dessinent leur propre frontière. Ils ont une influence directe paraît-il lorsqu’ils font la promotion d’un produit, d’une marque ou d’une idée. Mais, convaincre suffisamment son audience, au point que celle-ci va relayer le discours initial auprès de son propre réseau, pour en décupler l’impact se voit aujourd’hui amoindri par la profusion de tout type de chiens savants qui ont un avis sur tout mais surtout un avis. Pour lire plus cliquez sur le titre…

Les meilleurs gourous des tendances créent des communautés, qui transmettent le message au-delà de l’action de leur pays. Ils cherchent le ralliement plutôt que l’assimilation. Ce n’est pas seulement le nombre, mais aussi la diversité des idées et des points de vue qui fait la force d’une communauté, ainsi que la façon de traiter l’information. L’écriture littéraire semble être un style qui plait et qui bénéficie non seulement d’une grande audience mais d’une grande crédibilité.

YSL LA COLLECTION DU SCANDALE

Ce sont  les robes trapèzes de Courrèges mais aussi les silhouettes futuristes de Cardin qui bouleversent l’élégance et le New Look des années 1950. Mais le 29 janvier 1971, quatre-vingt tenues sèment l’agitation rue Spontini. À cette adresse, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé avaient inauguré leur maison de couture dix ans plus tôt et cette année là, Yves Saint Laurent crée une collection Haute Couture inspirée de la Seconde Guerre mondiale et de l’Occupation allemande.

Robes courtes, semelles compensées, épaules carrées, maquillage appuyé étaient au programme et les silhouettes, qui défilaient, avaient choqué les 200 invités triés sur le volet par la Denise du Roi. Les critiques des journalistes de l’époque jugeaient déjà cette collection « hideuse ». Le vocabulaire était assez pauvre pour finir par muter comme un fusil à répétition : « it’s amazing ».

Le lendemain dans les journaux, on pouvait lire :  » l’écart de style d’un couturier qui a la nostalgie de cette époque… et l’excuse de ne pas l’avoir connue ». Le créateur, quand à lui, assumait ses choix et faisait face aux vives (et nombreuses) critiques, qui ne se limitaient pas aux frontières de l’hexagone : « Ce que je veux ? Choquer les gens, les forcer à réfléchir. Pierre Bergé, fou furieux de ces critiques, avait black-listé l’ensemble des journalistes de mode pour trois années consécutives. Pour lire plus cliquez sur le titre

DES MOSCOUTAIRES FLEURDELISÉS !

Les Mousquetaires à ne pas confondre avec les Moscoutaires, ceux-là n’habitaient pas Moscou, mais au 26 rue de Charenton et ils avaient belle allure ces Mousquetaires Noirs. Aujourd’hui leur caserne est devenue l’hôpital du Quinze Vingts depuis le XVIIIe siècle. Ils fallaient les voir défiler avec leur veste rouge surpiquée d’argent sur laquelle ils revêtaient une sorte de cape bleu, frappée d’une croix fleurdelisée (ornée de fleurs de lys) en velours blanc, signe de leur appartenance à la maison du roi.

Cette cape, on l’appelait (une casaque), un terme qui fait illusion mais, qui fait surtout allusion à un peuple d’Asie centrale les Kazakhs, eux-mêmes cavaliers émérites. Aujourd’hui, le terme désigne la blouse du chirurgien, mais il s’entend aussi régulièrement dans les commentaires des courses hippiques.

LE SILENCE DE PARIS DANS L’APHASIE DU MONDE

N’avez-vous pas entendu que ces jours-ci le silence avait disparu, et que les oiseaux, au matin, ne chantaient plus. Je ne suis pas de ceux qui croient aux causeries le long des berges, mais le silence est quand même l’âme des choses. Il guérit des longues névroses, de la rancune et du regret. Nous parlons de ré-ouverture à la vie, mais finalement, nous retournons à la mort. Car, où est passé la lune, le soir, et ses rayons discrets qui frémissent dans les arbres moroses ? Où est le ciel étoilé en plein Paris que la pollution masque de sa lourde prairie noire qui survole la ville dans un silence sans fin ? Pour lire plus cliquez sur le titre…

CHASSEURS DE BÊTES

Rien de louable au fait qu’il soit en pyramide et cela simplement pour singer le Sphinx « déguisé » d’Égypte, des intellectuels au repos et devant le nombre de ceux-ci que j’ai souvent eu l’occasion de rencontrer dans les entreprises, je me posais toujours cette question : qui pouvait choisir ces intelligences « Ribéri-siennes » ? Choisies certainement par des Chasseurs de « bêtes » qui, eux aussi, pour la plupart sont des sources originelles d’intelligence mycosées et qui viennent sélectionner pour les entreprises leurs employés ! Chassant ainsi dans le vivier de ceux qu’ils connaissent le mieux, les bannetons d’imbéciles qui leur ressemblent le plus. Des bardaches adeptes du banal, mono-neuronal pour un métier qui existe depuis la nuit des temps, mais surtout depuis que les Arabes choisissaient les employés pour les fermes de coton pour le commerce triangulaire.

Choisir des imbéciles pour produire un cocktail digne de la société Française. Mais, « hush hush », ne le dites à personne car ces humains de contrefaçon, à la moindre remarque sur leur personne, vous black-listent dans une base secrète d’andouille de Guémené sur pattes et envoient des emails pour tenter de vous discréditer, au mépris des lois de ce pays. Une infinitésimale vengeance de vendeurs de rien à tête d’éponge qui conseillent après extinction des feux dans les sociétés, à la même heure où les techniciens de surface viennent faire eux un vrai travail. Pour lire plus cliquez sur le titre…

LA VESPA POUR VESPACHIENNE

La marque du Maître de Granville lance un scooter avec la marque Vespa ; une édition limitée comme une excuse pour vendre des accessoires assortis, dont un casque qui sera mis en vente au printemps 2021. La maison marchait déjà sur trois pattes avec la Grazia Chiuri, maintenant elle marchera en mono-cylindre et au mélange, pour une Dolce Vita, ancrée dans un esprit de cyber-thé.

Voici donc notre créatrice préférée qui lie la Vespa à sa ville, Rome, et à l’image d’Audrey Hepburn sur un scooter avec Gregory Peck dans le film « Roman Holiday » mieux connu en France sous le nom de « Vacances Romaines » de 1953. Cette Dolcé Vita lui a subitement donné l’idée d’une collaboration avec Vespa. Un instruit chez Dior qui lui aura passé sous le manteau une vieille cassette vidéo du film de Federico Fellini, qu’elle avait lu « Federico félonie ».

Avec sa silhouette fuselée en forme de « guêpe » d’où lui vient son nom, le célèbre deux-roues s’est écoulé depuis ses débuts à plus de 18 millions d’exemplaires, il est probable que la maison de l’avenue Montaigne ne fasse pas aussi bien.

CALENDRIER LE BUG HUMAIN

Dans l’Antiquité, chaque cité grecque avait son propre calendrier. Est-ce un signe pour le futur calendrier de la couture ? Le plus connu est celui d’Athènes qui change tous les 3 ans en y ajoutant un mois supplémentaire pour faire coïncider l’année lunaire avec l’année solaire, mais dans le cadre des institutions de la couture, c’est le mot lunaire qui doit nous intéresser.

Voilà donc un calendrier bouleversé pour devenir le calendrier du néant, celui qui avait fait l’objet d’une caricature de démocratie puisqu’il avait été imposé à l’ensemble de la profession avec pour but ultime de mettre en avance la France et son exception culturelle. Il est vrai que les détracteurs du calendrier actuel ne sont pas les meilleurs créateurs. Pour lire plus cliquez sur le titre…

PORTE D’AUTEUIL LE RÊVE D’ICARE

Ceux, qui y habitent, ne connaissent probablement pas cette histoire ; les portes d’Auteuil et de Passy renvoient à deux anciens villages annexés à Paris en 1860 ce qui fit le bonheur de Balzac, mais pourquoi ? Si vous filez rue Berthon, vous entrez dans une autre dimension. C’est encore un chemin étroit avec la borne qui indique toujours la limite des anciennes Seigneuries, la petite porte basse au numéro 24, qui donnait sur l’arrière de la maison où demeurait Honoré de Balzac, servait de sortie, bien pratique, car elle permettait à l’auteur de la Comédie Humaine de fuir discrètement lorsque se présentaient les créanciers.

Un peu plus loin, La Muette ou le rêve d’Icare ! Là également, personne ne peut imaginer cette histoire, même pas Chantal ! Cette muette-là était bien bruyante et aboyante puisqu’il s’agissait, en fait, d’une « meute » de chiens avec son orthographe ancienne (muete), du latin mota (« action de mouvoir ») rappelle l’époque où l’endroit était un terrain de chasse. Pour lire plus cliquez sur le titre…

CHANEL CRUISE 2021

Le rose sera la couleur de cet été avec une touche plus, se fondant vers des tons plus pastel et s’apparentera ainsi aux couleurs du coucher de soleil.

Voici la plage italienne pour les internautes du monde entier, c’est à la fois doux avec des tissus légers comme des toges. C’est ainsi qu’une jupe plissée noire se transforme en un clin d’oeil en robe bustier que l’on peut agrémenter d’une ceinture pour une silhouette plus soutenue.

Voila le soleil qui se couche doucement un soir d’été, qui nous ramène chaque fois vers cette fascination de la fin de la journée, regarder le soleil qui se couche qui nous aide à mieux comprendre, que nous ne comprenons rien de la fin, car la fin c’est la fin, et à la fin, il n’y a rien.

LOUIS ROEDERER ET NICOLAS II

Lorsque Louis Roederer hérite de la maison Roederer en 1833, son intention est de développer davantage les ventes vers la Russie. La Cour Impériale et le Tsar, lui-même, sont devenus de grands amateurs de Champagne. Chaque année, Alexandre II, Tsar de toutes les Russies, entre 1855 et 1881, commande 60% de la production de la Maison Roederer. Un jour, il fait une demande particulière à la célèbre maison en commandant un Champagne de prestige. Louis Roederer élabore alors un Champagne avec les 10 meilleurs crus de sa production. Mais, le Tsar lui fait deux demandes particulières : il veut ce champagne dans un flacon en cristal de Baccarat et à fond plat.

Sa femme, la Princesse Alix Viktoria Helene Luise Beatrix de Hesse et du Rhin, dernière impératrice de Russie, sous le nom d’Alexandra Fedorovna Romanova adore le champagne. Mais, la Cour, pour cause d’attentat, est malheureusement obligée de s’en passer, car un affreux anarchiste a eu l’idée de mettre un explosif dans une bouteille destinée au Tsar.

REPTILES LE KORS DE MON ENNEMI

Le sac de Kors ne mangera jamais une souris, excepté peut-être celle d’un ordinateur ! L’organisation américaine « Fish and Wildlife Service » a saisi des milliers de produits fabriqués par Gucci, Michael Kors et bien d’autres…, utilisant des animaux sauvages. Alors que l’industrie de la mode s’efforce de se réinventer pendant la pandémie de la Covid-19, elle se doit de ne pas oublier ces animaux pas si sauvages que cela.

Plus de 5 600 produits pour la mode sont fabriqués à partir d’animaux dont l’utilisation est illégale, pour construire des bottes en peau de reptile ; normal pour des boas constrictors.Ce nombre saisi aux Etats-Unis est ahurissant et un rapport de l’organisation « Fish » mentionne clairement que la complexité du commerce des animaux sauvages est souvent entravée par d’importantes lacunes en matière d’information, cela est aussi aggravé par des réseaux criminels et des chaînes d’approvisionnement qui falsifient les permis, falsifient les documents et ainsi blanchissent les animaux pour les marques de luxe. Pour lire plus cliquez sur le titre…

LA GOUTTE D’OR IN VINO VERITAS

La rue de la Goutte d’Or de Paname tire son nom d’un vin blanc fameux que l’on produisait ici. Du temps de Saint-Louis au XIIIe siècle, un classement des meilleurs crus donna ce podium de vainqueurs : Premier : le vin de Chypre proclamé « Pape des vins », deuxième: le vin de Malaga baptisé « Cardinal des vins » et troisième : le vin de la Goutte d’Or couronné « Roi des vins ».

Le quartier se développera réellement à partir de 1830, notamment en raison de l’implantation de manufactures en tout genre. La Goutte d’Or oublia ses moulins et son vin pour devenir une vaste cité ouvrière avec son lot de misère sociale… Depuis 1983, un vaste plan de rénovation transforme le quartier et les immeubles ainsi que les usines du sexe qui s’étaient installées et qui proposaient jusqu’à 100 passes par heure. Ainsi les péripatéticiennes et les caboulots d’autrefois ont définitivement disparu. Pour lire plus cliquez sur le titre …

JENNER MENTEUSE BLUFFEUSE

A la publication financière de l’entrepreneuse de beauté, la machine marketing, que représente la Bimbo Kylie Jenner, n’était en fait qu’une illusion ou un tour de « passe-passe » à la Houdini. En effet, en juillet 2018, le journal Forbes l’a couronnée « la plus jeune milliardaire auto-proclamée au monde ». Cette couverture a été réalisée sous la pression des publicitaires de la starlette et d’une réunion avec ses comptables pour examiner ses déclarations d’impôts et décider finalement, que la croissance rapide de sa ligne de cosmétiques était la plus rapide au monde.