SORBIER AU CAPITOLE

La vie est une histoire de rencontre et la rencontre avec Monsieur Pierre Rambert nommé directeur Artistique pour la Traviata qui sera en représentation en septembre 2018 à Toulouse fut décisive, et c’est sans aucune hésitation qu’un seule couturier c’est imposé, le seule couturier qui pouvait réaliser les costume de l’oeuvre de Verdi, Franck Sorbier. L’héroïne de roman, qui s’étourdis dans le luxe et les plaisirs pour oublier la terrible maladie qui menace ses jours, sier parfaitement au seule couturier Maître d’art…
Le Capitole est cet espace, autrefois modeste, salle qui dépendait de l’Auberge du Logis de l’Écu, tout près de la Maison de la Ville…

PRE JIL SANDER

Cherchant à imaginer le futur possibles du monde, Luke et Lucie Meier ont livré une collection intrigante présentant un équilibre entre le futurisme et le confort. Et après? C’est la question que les directeurs artistiques de Jil Sander avant la chute.

ils ont essayé de se concentrer non seulement sur la définition du futur possible de la marque qu’ils ont rejoint en avril, mais aussi sur l’imminence du futur dans lequel nous vivons. Grâce à cette approche, les concepteurs se sont concentrés sur une ambiance confortable et décontractée, qui s’est traduite par des silhouettes «douces, cocooning, confortables et proches du corps», comme l’a décrit Lucie Meier dans sa forme générale.

PIETRO COSTANTE CARDINI

Appelez-le « Franchise Man ». Pierre Cardin, qui a développé des centaines de licences, organisé un défilé de mode dans le désert de Gobi et rencontré des personnalités telles que Nelson Mandela, Fidel Castro et bien d’autres, avait déjà compris comment ont fait « le Buzz ».  Il est le cinquième Français le plus connu au monde. Sa fortune était estimée à plus de 600 millions d’euros en 2009. Retour sur le tailleur, Pietro Costante Cardini, qui arrive à Paris sans argent, finira à l’Académie des Beaux-Arts et à l’Institut de France. Il deviendra le couturier businessman qui a donné à la mode un business modèle ainsi qu’au monde une vision de modernité de celle-ci…

LA BEAUTÉ DIFFÉRENTE

Cette semaine à New York et il y a quelques jours à Madrid, le modèle Chantelle Winnie a de nouveau fait briller la firme espagnole Desigual. Une femme qui a mon avis est un exemple et transmet à la perfection l’image de la marque:  » La vie est cool  ». J’espère voir ce grand modèle dans beaucoup plus de défilés. Le concepts est de vivre la beauté différemment, il semble que les marques vienne de comprendre que la différence doit noyer l’indifférence. De plus en plus dans les show de couture en les danseuses de Franck sorbier ainsi que d’autre idée qui ne sont toujours pas aussi lumineuse, la différence deviendra naturelle si nous somme habitué a la voire au quotidien.

DES COUILLONS DE CULTURE

Faut-il remplir le rituel de l’extraordinaire ? Faut-il que je me fasse scarifier de toute part, tatouer sur l’ensemble du corps de peintures vikings ? Faut-il que je monte sur un immeuble et que je me jette du quatrième étage, que je torture mon animal de compagnie pour faire le Buzz ? Bienvenue dans le monde de l’absurde. La quête de la notoriété est aujourd’hui une recherche permanente. Chaque personne munie de son outil de communication appelé « smartphone » filme sa vie en direct et sans pudeur.
On trouve sur les médias sociaux les incontournables « sex-tapes » d’anonymes qui nous tartinent la toile de leurs ébats amoureux. On découvre des parents complètement débiles qui laissent jouer les enfants avec des casseroles d’eau bouillante.

ST LAURENT ARAKI RIT

A quelques jours de sa fermeture définitive, prévue le 20 décembre prochain, colette accueille la maison Saint Laurent au premier étage de son concept-store situé au 213 rue Saint-Honoré. Un symbole puisque c’est Saint Laurent qui devrait reprendre la boutique après sa fermeture définitive. Une exposition d’art et de photographie composée d’une sélection d’oeuvre du célèbre artiste japonais Nobuyoshi Araki. En exclusivité pour Saint Laurent et Anthony Vaccarello, l’artiste a immortalisé Anja Rubik pour réaliser des pièces uniques mixant les techniques de la photographie et de la peinture. Baptisée « Saint Laurent Shiki-in » ( la soif de la couleur), cette série associe des éléments de l’univers Saint Laurent aux thèmes traditionnels de l’oeuvre d’Araki, …

LUXE LA VOIX DE SON AÎTRE

La voix est une véritable carte d’identité, et elle deviendra aussi votre assistant ou assistante personnel(le), et celui-ci ou celle-ci personne ne pourra le ou la harceler ! Une voix comme la voix de ‘Secret Story’, un conseillé personnel à votre disposition qui vous dirigera sur les produits ou sur vos besoins, vous faisant croire que vous prenez la décision alors que vous ne serez soumis qu’à la loi du marché en permanence. Un certaine distance envers les choses, c’est bien la seule chose que les riches veulent bien que les pauvres gardent. Une nouvelle société se construit « d’humains de contrefaçon » : une horreur absolue !…

LA CULMIFÈRE DE LA MODE

L’art culinaire est comme la haute couture, une véritable science, qui demande patience, justesse et abnégation. C’est aussi une science du jugement et du bon sens. Comme la haute couture et les amours, les aliments les plus amers sont souvent les préférés et, parfois, se transforment en alicaments. Ils oscillent entre le salé et le sucré, une  passion du moment qui devient instantanée et féerique…

MODE ADDICTION AUX MEDIA

Les dommages ipsilatéraux des Facebook, Instagram, Twitter ou Snapchat, suscitent de plus en plus d’inquiétudes car ils rendent leurs utilisateurs accros et accaparent l’attention par des stimulations répétées de frustrations qui pourraient remplir le tonneau des Danaïdes. Les « fake news » ou fausses informations, dont nous commençons seulement à découvrir la profondeur vertigineuse, sont anxiogènes. La « sili-conne valet » construit des produits pour créer des habitudes. Décryptage de comment ces outils addictifs ont les mêmes effets qu’une drogue qui peut rendre fou. Les gens de la mode n’ont plus aucun recul sur leur propre métier, car ils sont pris de vitesse par la masse d’informations, et celles-ci coulent d’un Calame troué qui était prévu pour jouer à l’origine du pipeau…

ARTÉ MISE SUR COURRÈGES

Le deuxième personnage du luxe de la France serait en train de prendre le contrôle de la maison du palois de la couture. François-Henri Pinault, Président du groupe de la bourse « ou la vie », qui vend aux riches pour donner aux éclairés, s’est vu être pris à partie par Coqueline Courrèges lors de la conférence « Vogue Fashion Festival » : « Je n’aime pas ce que vous avez fait de Balenciaga, c’est grossier, et je n’aime pas l’idée de ce que vous pourriez faire de Courrèges ! »…

HERMÈS TWILLY LIGHT ZONE

L’impertinence du gingembre pour une sexualité mordante, une tubéreuse de santal pour habituer ces jeunes filles au champignon blennorragique de leurs boy Friends, qui eux, ne se parfument même pas au savon. Une eau épicée et coïtal, de quoi exciter la Duchesse von Flaten-Suspect, « pet à son âme ». C’est en pensant aux filles des jeunes femmes de 60 ans, qui déambulent sur le faubourg, lèvres gonflées au « paradoxe », que le sellier de la rue du seulement « Faux Bourg » lance un parfum, en regardant juste vivre les donzelles de la maison…

REMANIEMENT SINISTERIEL

La Chambre Syndicale, appelée plus communément « Hope so Late », que la baronne de la Cystite Raynale a bien connu du temps des sœurs Callot, quand Pierre Bergé était encore un dandy parisien qui travaillait à gagner le buffet campagnard gratuit du Bazar de l’Hôtel de Ville, a procédé à un remaniement « sinistériel » et, comme à son habitude, jugeant les créateurs en aveugle et écoutant la profession avec l’oreille gauche de Van Gogh a pris la décision de rentrer comme invités : le créateur Christophe Josse et le marocain Nourredine Amir pour les présentations de janvier….

OPA DU LUXE SUR L’ART

Un sac virtuel créé par un stagiaire sortant de « L’I infâme » propose en image de synthèse un sac plus vrai que nature. La réaction des media sociaux donnera la tendance de ce qu’il faudra fabriquer. Le songe des financiers de faire du 3000 % pour les actionnaires plus riches que riches. D’un produit qui n’aura pas encore été fabriqué, zéro stock, zéro investissement, zéro délai, zéros coût de création, un must pour au final ne produire qu’un remake du patrimoine français pour à terme faire une France Zéro. Les produits liés à l’art finiront par prendre de la valeur donnant une seconde vie à ceux-ci et un second marché…

LAGERFELD ET LES CHAUSSURES D’ADOLF

Le parnasse a tant de roquets sur le faubourg que, s’il vous plait, recevez, Monsieur Williams, pour meubler ménagerie, après la chatte Choupette, voici les perroquets ! Pour Dieu ! Daignez m’envoyer les produits qui ne puent point l’infâme. Le principe de la délicatesse oppose la culture à la barbarie, la civilisation à la sauvagerie, l’humain à l’inhumain. J’aime être loin de l’affliction convenue, du relâchement et de la compassion bruyante, des facilités qui séduisent…

NHU DUONG AU TEMPS D’OTTON

Cette couturière juge la beauté à peu près au même titre qu’un morpion tombé par hasard dans l’Olympe et serait juge de la beauté du cul d’une déesse. Elle crée avec la sérénité de ses animaux ruminants qui dans les yeux pacifiques semblent refléter l’immensité du néant haute couture. Elle a inventé le peut-être de la couture « je ne serai faire,  il m’est permis de penser que la mode…! » Locution abominable qui sont la petite vérole de tous les styles…
Dotée d’une main de Christ blennorragiques par sa naissance à Ho Chi Minh ville, mais pour la circonstance, qui s »écrit « Ho Chie Mine vil ». Un sorte de suppuration de pièces majeures des porteurs de courriers électroniques.

LA MASCARADE DU MASCARA

Elles se détestaient tant, qu’elles ont toujours pris grand soin de ne jamais se rencontrer. Pourtant, elles habitaient les mêmes quartiers à Manhattan, travaillaient l’une en face de l’autre, fréquentaient les mêmes lieux huppés de Paris, New-York ou Londres… Deux chefs qui mènent une guerre, mais la poudre n’est pas à canon mais à coups de mascaras, blushes pastels et rouges à lèvres. Elles se sont surveillées, espionnées pendant plus de soixante ans, en évitant toujours la confrontation, mais chacune avançant ses pions en fonction de la stratégie de l’autre. L’empire des sens et de la beauté étaient en jeu. Ces pionnières poursuivaient pourtant le même but : changer l’image de la femme dans un monde alors gouverné par des hommes.

LES PARANOÏAQUES DU LUXE

Le Seigneur des Arnault, principal actionnaire du Monde, a décidé de retirer jusqu’à la fin de l’année les pages de publicité du géant du luxe prévues dans le journal, suite à l’article de « Palavasse les flots ». Et bien moi, je veux bien que l’on me donne la pub réservée au Monde et voilà ce que j’écrirais sur les « Paradise Papers ».

Le Seigneur n’a pas besoin de défiscaliser. Pourquoi aller dans des paradis perdus puisque qu’il vit déjà au paradis avec un million d’euros par minute !

AZZEDINE ALAÏA QUITTE LA MODE

Le monde de la mode pleure la mort d’Azzedine Alaïa, l’un des couturiers les plus emblématiques de l’ère moderne de la mode, dont les scénographies ont forgé le monde de celle-ci et de la décennie des années 80-90. Il est décédé paisiblement d’une crise cardiaque à Paris. Le cœur du grand couturier s’est arrêté de battre.  A la fois le plus petit et le plus grand designer parisien, il était connu pour ses conception structurées et exigeantes. Il travaillait à son rythme et a acquis une renommée internationale dans les années quatre-vingt grâce à ses robes du soir, ses mailles serrées et ses cuirs sculptés. Il  était surnommé le « Roi du Cling’ parce que ses vêtements étaient comme une seconde peau, mais, pour nous, il étai le roi du « Klimt ».

LA VACHEKYRIE GUCCI

Gucci entame la saison de Noël en dévoilant sa sélection de produits de cadeaux qui seront largement soutenus par le numérique : des T-shirts aux chaussures en passant par des sacs à main, bijoux, vêtements pour enfants et même des articles en porcelaine. Cette sélection de produits est au cœur d’un nouveau livre d’art publié par la maison en collaboration avec l’artiste espagnol Ignasi Monreal. D’origine espagnole, je précise pour la baronne, l’artiste extrêmement jeune, il est pourtant déjà l’un des illustrateurs de mode et graphistes les plus en vue et le plus demandé au monde aujourd’hui.

SON ALTESSE SÉNILISIME

Mais, après la remarque faite dans l’émission de Thierry Ardisson, cela devient très suspect. J’apprécie, au combien, l’humour mais, je ne supporte pas que l’on puisse avoir une réaction aussi peu faire-play quand il s’agit de soi et aussi dur quand il s’agit des autres. Et oublier les Orgies organisées par Jacques de Bascher, rue de Rivoli, où Jacques un peu douteux parce que dangereux dans sa façon de rendre attirante des choses noires et interdites, Karl a la mémoire qui s’estompe avec le temps.
Le dessin qu’il publie dans le journal allemand avec un jeu de mots suspect entre le porc et le producteur Américain nous a choqués car l’analogie avec les « SS » durant la dernière guerre, qui appelaient les juifs « Schwein », nous est apparues évidente…

LE MAHIEU RELAIS ET CHAPEAU !

Un escalier nous conduit à la salle de restaurant. Le meilleur moment de la soirée, c’est quand nous le montons. Nous arrivâmes dans un hall de gare, non tamisé, tapissé d’un curieux tissage de soie rouge plaqué aux murs plus digne d’un Luparnarde (traduisez la chambre des Louves), et façon couleur de la langue d’un irlandais ou breton après une soirée de beuverie trop intense.
En bon mouton anhistorique, je passerai sur l’amuse-bouche qui nous a bien fait rire : une crème de potiron à l’eau, suivi d’un saumon fumé en mini baguette agrémenté de quelques herbes fraîchement défraîchies, un duo avec un Saumon plus grave que L.A.X, atterrissage forcé sur le bord de la poubelle…

ALEXANDRE BOULAIS PASSED AWAY

Cet ancien étudiant d’ESMOD, modeliste hors pair, a été successivement l’attaché de presse de Thierry Mugler et ensuite, Directeur de  la communication de Paco Rabanne en Espagne pour finalement aller voler de ses propres ailes et créer une agence de presse qui à la base se nommait « People’s Revolution ».

Son désir était de créer une agence à taille humaine et comme il aimait le dire : « une dynamique à dimension personnelle », par opposition aux grandes agences de presse qui donnent une prestation impersonnelle et préformaté.

Connu de tous les gens de la mode, enfin de ceux qui comptent, Alexandre Boulais est mort le 3 novembre dans le silence assourdissant de la Chambre Syndicale…

UN COFFRE TRÉS FORT POUR FENDI

Fendi se fait la valise et la dote du Seigneur des Arnault à son fils est un présent fait pour le futur pour dissimuler l’imparfait. Mais, l’homme fort de Rimowa, le fils du prince, crée, sous l’impulsion du groupe LVMH, une élégante valise multi-roues en aluminium avec de luxueux double « F » en acier brossé, qui change en fonction de la lumière. Un Must, que même « Cartier Caisson ou Bresson », c’est selon, nous envierait. Des poignées en cuir noires sur le dessus et sur les côtés, car rien ne peut, même pour un riche, d’être con comme une valise sans la veuve poignet. Une doublure noire en néoprène vous fait plonger dans un logo « FF » en relief, une logorrhée de logos à gogo comme si on voulait dire au monde, veuillez me dévaliser…

BALMAIN UN ORATORIO

C’était une nuit à l’Opéra Garnier, celui-là même qu’il regardait à 10 ans en rêvant de devenir un designer couturier, et maintenant il l’est ! Devant le palais de ses songes, au bal de la semaine de la mode de Paname, son rêve devient réalité.

Un créateur Versace-niculaire qui devient Chanel-liculaire comme un clin d’œil du courtisan à la marque. Bien sûr, il ne s’est pas complètement éloigné de ses mentors, car c’est ce qui le défini.  Il fait ce que le culte d’une marque réalise le mieux : réaliser ses ambitions et les faire courir autour de l’esprit d’une vision narcissique. Olivier Rousteing ou le jeune couturier des boîtes de nuit de Milan et des réseaux italiens …