LA MARE A DONA

Marx disait : « La religion est l’opium du peuple ». Aujourd’hui, ils dirait plutôt « le football est l’opium de la plèbe » ! Voilà donc que « Dieu est mort » comme l’a écrit en titre, jeudi dernier, le journal l’Equipe. Ainsi, les grands écumeurs des bourbiers d’Hélicon rendent hommage à ce vermisseau né d’un cul de basse-fosse et d’un vil brigandage. Entre trafiquant de drogue et voyou de banlieue flétrissant les pelouses qu’il foule de ses pieds pour finalement marquer un but de la main qui le rendra célèbre et qu’il renommera lui-même « La Mano de Dios » – traduisez « la main de Dieu ». Petit misérable et laboureur du sport mondial et en particulier du football, stupide barbouze, qui pense que ses pieds sont d’or et son cerveau de poudre, fait injure à l’humanité en dépassant les lignes, mais celles-ci étaient de poussière d’ange… Pour lire plus cliquer ici

PLACE2SWAPE DU LUXE

Pouvoir, avec un peu d’aide, et ainsi mettre en contact les acheteuses compulsives avec des vendeuses qui voudraient céder leurs parures de désir préférées pour en acquérir de nouvelles et ainsi se laisser envahir par cette fièvre acheteuse en vous dédouanant de la culpabilité de détruire votre propre planète. Economie circulaire pour finalement ne pas tourner en rond, mais surtout, pour ne pas détruire inutilement ce que nous aimons profondément, car la terre c’est la mère disait Roland Barthes.

Alors deux femmes dont l’une d’elles se nomme « Estefania », qui veut dire en catalan « la couronnée », (un signe certainement) invente le Re-commerce. Connaissez-vous ?… Pour lire plus cliquer ici

LA MARIE-TROTTINETTE

La chaussure de Marie-Antoinette passe sous le marteau, à défaut de la guillotine, une poulaine en soie et en cuir de chevreau vendue aux enchères pour 43 750 euros. Pour celle qui a été la dernière Reine de France, elle ne pourra pas en profiter. Mise aux enchères dimanche pour une somme qui, à mon gout, est plus que de raison, permettra de donner à la plèbe de la brioche ou un caramel, celui-là même qui fréquente le palais et menace la couronne. Des titres nobiliaires en pagaille pour cette vente comme au « sceau » d’une marque du Faubourg… Pour lire plus cliquer ici

ATTACHÉES DE PRESQUE

La Fashion Week de Paris regorge d’attachées de presque, vieillissantes qui s’accrochent désespérément à leur métier. Une multitude de douairières cosmopolites qui gravitent autour des maisons de couture et de joailleries. Ex-rédactrices en chef de grands magazines débarquées, depuis plus de 15 ans au moins, elles écrivent, avec une plume de marbre mais surtout de pierre, des textes pris dans le ruisseau, là où se tient usuellement la vulgarité dont elles jurent : « Oh Grand Dieu ! » ne pas en faire partie… Pour lire plus cliquer ici

EKATERINA PLISSÉ N’EST PAS JOUÉ

Lorsque je m’abandonne dans le torrent divin, je plonge enivré de robes et frissonne de chercher le plissé à idolâtrer. Des cieux de sourires pour s’offrir des jonquilles et un cœur de trésor pour partir de sa petite ville de Sibérie occidentale pour conquérir le monde. Il y a toujours de l’espoir pour cette créatrice, même là où il fait le plus noir. Elle pense, en effet, qu’il ne faut jamais désespérer, qu’il ne faut jamais lâcher car la passion est un moteur qui chauffe mais ne brûle jamais. Et pourtant en parcourant les pages d’un Vogue à neuf ans, un palais de rêves s’ouvrit devant elle, et ce rêve de beauté idéalisé par les mannequins et les designers lui donne la passion qui deviendra sa vie…. Pour lire plus cliquer ici

GUCCI ESCHATOLOGIE

Alessandro Michele a voulu associer sa dernière collection Gucci à l’eschatologie. Cette doctrine explore le destin ultime des humains et de l’univers. En fait, le mot a été imprimé sur ce qui est probablement destiné à devenir le best-seller ultime de la gamme : un T-shirt sur-dimensionné disponible en plusieurs couleurs également décoré des numéros 1921 et 25, qui respectivement représentent l’année de fondation de Gucci et le numéro préféré de Michele… Pour lire plus cliquer ici

QUI A INVENTÉ LE BLUE-JEAN…

Quelques-unes des tendances durables de la mode actuelle remontent à plusieurs siècles et malgré l’obsolescence inhérente à la mode, quelques unes de ces plus grandes inventions ne cessent de vivre. Mais, à qui peut -on attribuer tout le mérite du blue-jean, du T-Shirt, du Trench-coat…  ? Plongeons un instant dans l’histoire de ceux-ci.

Si Levi Strauss a gagné beaucoup d’argent avec les blue-jeans, il ne l’a pas inventé. Les jeans ont été développés au fil des ans à partir du « bleu de travail » de la classe ouvrière qui était omniprésente en France et en Italie à partir du 18ème siècle. Les changements apportés par Levi Strauss ont été d’ajouter des œillets pour rendre le vêtement plus résistant pour les chercheurs d’or… Pour lire plus cliquer ici

FANTASME LUXE ET DÉCADENCE

La science et la technologie ont cessé de servir les hommes. C’est la technologie du smartphone qui devient notre maître, et c’est 24 heure sur 24, sous l’œil de ces nouveaux moyens de communication, que le monde de George Orwell se construit sous nos yeux. Depuis le début de l’humanité, jamais des intérêts privés n’avaient fait main basse sur tout un secteur d’activité. Il faut se poser la question : comment une invention comme internet ait pu être accaparée par des intérêts privés aussi rapidement ? Mais, il est vrai que l’homo sapience avait déjà préempté le feu pour lui-même… Pour lire plus cliquer ici

CES MESSIEURS DE LA FAMILLE

Les sommets ont la propriété de faire venir d’en haut la foudre, mais on oublie souvent que c’est d’en bas que provient la lapidation. Alors expliquer que la discrimination et le harcèlement sexuel sont courants tant pour les femmes que pour les hommes hétéros qui traîneraient par erreur dans la profession de la couture, n’est pas un euphémisme. Bienvenue dans le monde extravagant de la drogue, du sexe et de la discrimination, promotion planche à repasser, où les Seigneurs, d’autrefois, se sont transformés en pignoufs d’aujourd’hui, et qui n’ont retenu qu’une seule chose, le droit de cuissage… Pour lire plus cliquer ici

ZHANG SHUAI EN MODE DEBRIDÉE

Tout le monde est invité, et assurément les conductrices de Wuling Hongguang, demi-mondaines et maîtresses botoxées complètement débridées. Mais, Shanghai vaut bien une messe parce que les chinoises riches, utilisant les produits L’Oréal a outrance, le valent bien.

Voici la célébration de la mode de Zhang Shuai qui n’a certainement jamais vu une collection Haute Couture ! Des looks inspirés du chic parisien, nous disent les attachées de « tick tock » qui ne sont pas tick mais complètement tock. Nous voilà dans l’Empire du Milieu de rien qui fournit une tribune personnalisée et privée aux stars et aux célébrités des arts de la scène, mais de ménage; car si j’achetais un tel tailleur à ma femme cela m’attirerait les foudres de Zeus… Pour lire plus cliquer ici

ROBERTO FERRI A NU

Tant que les mots seront doués de souffle et que le souffle sera doué de vie, la poésie sera comme la peinture : un art majeur. Voici donc de l’art Baroque et, avec l’inspiration du Caravage en particulier, grands maîtres du romantisme et de l’Académie des mortels, par symbolisme, la femme devient fréquemment le thème central de l’œuvre sous forme d’allégorie. Le nu féminin au XIXème siècle et l’érotisme qui s’y rattache, se distinguent souvent dans des scènes de violence et de cruauté, mais cela se doit d’être éternellement beau et digne reflet du romantisme de la catastrophe… Pour lire plus cliquer ici

PROENZA SCHOULER 2021

Le duo Jack McCollough et Lazaro Hernandez, à la tête du label américain Proenza Schouler, se pose une question existentielle sur le confinement : « le Cocooning est de retour ? » Il trouve son inspiration et sa réponse dans une collection optimiste, joyeuse et instinctive, réalisée presque entièrement à partir de tissus recyclés. Formes fluides et enveloppantes, tons neutres et délicats, attitude ultra-décontractée au charme naturel… Pour lire plus cliquer ici

ROBERTA DI CAMERINO

Bourse de parure, elle est l’âme féminine qui se perd dans quelques soufflets à fermoir en or, bric-à-brac de l’identité féminine et mal rangée jusqu’aux abysses de ses interstices. Ce sac est aussi le trophée d’ado boutonneuses, symbole d’une liberté pas toujours affirmée, le premier fourre-tout de l’indépendance ! Cette besace-là à l’anse fragile garde le souvenir des premiers émois, et des emballages des serviettes qui se faisaient agynique…. Pour lire plus cliquer ici

LE CLASH DE CARTIER

Le nom d’un groupe punk britannique originaire de Londres pour un bijoux ! Pourquoi pas si celui-ci est de famille ? Voilà donc Cartier qui va nous « clasher » avec une série de bijoux à picos, pour les bourgeoises du 16e qui veulent s’encanailler quand elles se déplaceront dans les concerts des bas-fonds qui ne dépassent pas la porte d’Auteuil. Après le cloud, le studio de design de la maison en interne nous remet un picot pour bimbos, ce qui fait à l’addition du pipeau bimbo, sorte de petit osselet que la marque dans un « ossement » d’épaules nous présente. Nous avions déjà la « Cruche » de Chanel, à quand le « Prout » de Bulgarie ? Pour lire plus cliquer ici

TÊTUE COMME UNE MOULE

On peut décidément s’amuser d’une kyrielle d’expressions d’un autre temps qui disparaissent dans le forage de Kola et dans les profondeurs des usagés de la Télé-réalité. Par exemple :  une cartouche d’encre noire devient une cartouche de couleur nuit, politiquement plus correcte. Les lavandières qui ne faisaient que laver, aujourd’hui pratiquent « laver » Maria ! Et le petit rat de l’Opéra arrive seulement aux heures de pointe. Et nous sommes passés du cardigan à la Cardi B. Un crétin qui imprime un logo sur des T-shirts s’appelle dorénavant un couturier ! Et un bug humain ; un Trump… Pour lire plus cliquer ici

YANNICK MACHADO

Parfaitement construit, superbement brodé, il l’annonce lui-même, on n’est jamais mieux servi que pas soi-même. «Je voudrais donner aux femmes la possibilité de montrer leur force, pas leur pouvoir». Voilà donc un chapitre pour une griffe qui se veut Chinoise alors qu’elle devrait être Française et faire partie de la Chambre Syndicale. Mais Yannick Machado, moitié Italien et moitié Français avec un soupçon de Portugais est un célibataire endurci qui aime éperdument les robes de mariées. Allez savoir pourquoi ? Pour lire plus cliquer ici

A STEFANIE RENOMA

Voilà les pâles humains de contrefaçon qui me font frémir de honte, ils lèvent leur pouce pour écrire sur Instagram à Stéphanie un mot si banal que je peux imaginer l’ombre qui règne en Maître dans la poussière endormie de leur cerveau. Voilà ce que moi j’aurais dit pour parler d’un ange, quelques mots pour claironner le divin. J’aurais voulu Madame voir le ciel sous la lumière de votre daguerréotype, j’aurais voulu ressentir vos douleurs pour mieux les consoler, et sourire sans pitié devant ces tristes Sires qui n’ont pour vous décrire, que quelques mots de banlieusards, alors qu’ils parlent sans le savoir la langue de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau, ce qui est même, à mon humble avis, déjà un peu court pour vous définir… Pour lire plus cliquer ici

PAR MON VIBRANT MA SOEUR

Règle numéro un pour un célibataire, l’autre a toujours raison, surtout si vous voulez arriver à vos fins. Les sociétés rejettent ainsi cruellement, depuis toujours, ce que la biologie commande de rejeter, la nature a toujours raison. C’est pour vous dire que le marché est ouvert, surtout pour la maison du Maître de Granville. Voilà donc les attachées de poste de la Maison « J’Adior » qui parient sur la journée des célibataires. L’hôpital qui se moque de la charité ! Pour lire plus cliquer ici

LA CATHEDRALE DU SAVOIR

Ce monstre de savoir conçu par le cabinet d’architecture X+Living de Shanghai vous donne un vertige garanti. Celle-ci dispose plus de 80 000 livres, une mise en scène par sa structure comme les effets visuels  lithographiques de l’artiste néerlandais Maurits Cornelis Escher, mais aussi la bibliothèque du film de Jean-Jacques Annaud « Le nom de la rose », mais, il est vrai que les Chinois, avec leur 5000 ans de civilisation, s’inspirent toujours des autres depuis la révolution dites culturelle ! …Pour lire plus cliquer ici

UN LOGO POUR UN GOGO

Des femmes panneaux publicitaires arpentent l’avenue Montaigne à l’image des dessins de Nazca. C’est la tendance pour faire la « Nike » aux années 90. C’est le logo « oversized » ; « plus c’est gros, plus c’est bon » dirait les nymphes en feu de la télé « réalisée » qui dans leur Smart regarde la collection de St Lolo en  « silly conne » du « Vacarme Hello » pour leur future soirée clubbing. Voilà que mon maillot de corps estampillé du joueur de Polo de « Ralph Lauren » ou du crocodile de « Lacoste », qui étaient discrets, se voit ringardisé comme le serait Dieu, ce vieux Monsieur qui adore tant se faire prier…Pour lire plus cliquer ici

JOHNNY ZHOU

Ce jeune cadre chinois est diplômé de l’Australian Graduate School of Management et très vite cet amoureux de l’art se tourne tout naturellement vers la couture. Derrière une marque qui réussit, il y a toujours des hommes de l’ombre. Athlétique, il pourrait être un acteur d’un film de Wong Kar-wai, et avec son costume d’un des meilleurs faiseurs Français, il ne dénoterait pas s’il venait à Paris pour la Fashion Week… Pour lire plus cliquer ici

UN BREAKFAST GARGANTUESQUE

Juste avant le confinement, Français voilà un accord très fructueux pour le Seigneur des Arnault : un breakfast à quatre cents millions de dollars pour payer l’addition chez Tiffany. En effet, le joaillier Américain avait peur de l’imbroglio mené par le groupe Français devant la cour du Delaware qui avait beaucoup de chances de tourner en la faveur du groupe de luxe Français. Alors, le Seigneur des Arnault, dans sa grande mansuétude, a organisé une table de négociation profitant de cet avantage,  qu’il va faire de lui, à l’issue, l’un des meilleurs négociateurs au monde dans le domaine du luxe… Pour lire plus cliquer ici

LANVIN ANNÉES VINGT

C’est depuis le jardin historique de Yu que Lanvin s’adresse à la planète mode. Sialelli se voit libre de construire chez Lanvin pour ressembler aux débuts de la Gucci Mania très lucrative d’Alessandro Michele. Pour l’Avant-Première parisienne, Sialelli avait présenté dans l’ancienne maison du baron du chocolat, Henri Meunier, un hôtel particulier si étrange qu’il nous donnait l’impression d’entrer dans une maison en pain d’épices.

Lanvin était à son apogée dans l’entre-deux-guerres et était devenu une grande entreprise avec des centaines d’employés, des ateliers, des produits de beauté. Il est intéressant d’observer les pendentifs qui entrent dans cette période, et le créateur nous dit en quatre mots « Art Déco » géométrie et couleurs…Pour lire plus cliquer ici

LE CARREAU DU TEMPLET

Si vous pensez que les friperies de la rue de La Verrerie à la rue du Temple sont là par hasard, vous vous trompiez ! En 1806, le jeune et fringant Général Pierre Dorcenne s’apprête à partir pour la campagne de Prusse, et la guerre, à cette époque, c’est aussi l’élégance car l’élégance est la seule beauté qui ne se fane jamais. Aussi Le Général commande à son tailleur un bel uniforme blanc tout neuf qui est emballé soigneusement car bien décidé à l’étrenner sur le champ de bataille… Pour lire plus cliquer ici

AMAZING GRACE CHEN

Elle joue avec le vent, et ainsi les plumes s’enivrent des chemins que seul l’esprit peut percevoir, comme un pèlerinage. Et, soudain, l’Orient jaillit comme un fleuve, la lumière coule à flot et le ciel s’en abreuve… Considérée comme l’une des créatrices de mode les plus influentes de Chine, première diplômée de l’Institut de Technologie de la Mode de New York, Grace Chen a été la créatrice de stars à New York et à Hollywood avant de créer sa propre marque en 2009. Comme une orgie de beauté et de subtilités, voilà donc le retour d’une créatrice avec une force dionysiaque… Pour lire plus cliquer ici

GÖREME ET LES HUIT FILLES DU DÉSERT

Il est vrai que quand on est amoureux, rien ne compte plus que la douce que vous enlacez. « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans » disait Baudelaire,  mais quand on est amoureux, on a toujours 17 ans. Ces chambres troglodytes, à trois heures d’Ankara par la route de l’ancienne voie de l’Orient-Express qui, autrefois, emportait Agatha Christie via Mossoul jusqu’à Bagdad, sont digne d’un voyage dans l’Orient de nos songes. Littéralement taillées dans la roche, ainsi, il n’est pas besoin de climatiseur malgré la chaleur extrême du désert ! Toute la ville de Göreme est remplie de maisons troglodytes où les habitants de la Cappadoce vivent dans ces trous béants depuis des siècles.

UN CHIEN VAUT MIEUX QUE DEUX TU L’AURAS

Saviez-vous qu’en 1840 s’ouvrent en France des «colonies agricoles» destinées à éloigner des jeunes urbains de leur contexte géographique pour les ramener dans le droit chemin ? Nous devons cela à Napoléon et c’est son Code pénal de 1810 qui a fixé à 16 ans l’âge de la majorité pénale. Vers 1830, la mise en place des «maisons de correction» pour ces jeunes n’étaient déjà pas à l’époque un luxe… Pour lire plus cliquer ici

PARFUM DE LA RHUM ANTIQUE

Rien ne m’étonna moins que la première olfaction qui emprisonna mon nez comme des sournoiseries de séminariste, avec une note de fond digne d’un clérical en manque de chérubins. Un parfum qui triche sur sa conscience, pour vous emporter dans son enfer par un petite porte plus masquée que musquée. J’ai déjà décrit dans mes pages le cauchemar, et tripoté l’horrible, mais il est vrai que l’oraison du plus mort est toujours la meilleure. Pour lire plus cliquer ici

SAMARITAINE LA VRAIE HISTOIRE

Ce camelot, qui tente de vendre sa marchandise, se précipite pour empêcher un accident de calèche. Il saisit les rênes des chevaux et parvient à stopper la voiture à cheval. L’accident a été évité de justesse et une femme en noir sort de ce fiacre bouleversée. Personne ne la reconnaît : c’est l’Impératrice Eugénie… Pour lire plus cliquer ici

ALTUZARRA PARIS 2021

BORN AND RAISED IN PARIS, JOSEPH ALTUZARRA HAS BEEN INTERESTED IN THE TRANSFORMATIVE POWER OF FASHION FROM A YOUNG AGE. HE DRAWS FROM HIS FRENCH, AMERICAN AND CHINESE BACKGROUND AND HIS AVID INTEREST IN DIFFERENT FACETS OF CULTURE AND ART TO CREATE HIS RICH AND SOPHISTICATED COLLECTIONS. Pour lire plus cliquer ici

GUCCI ATTENTION TROUS EN FORMATION !

Ne dites pas : « Ils vont nous imposer sur le liquide séminal. » mais Dites : « Colle en dîme ». La mode n’a pas fini de nous surprendre, et le « Luxe-cifer » de la mode Alessandro « Missel » pour Gucci souhaite nous suspendre à un fil. Après un jean tâché d’herbe pour la modique somme de 680 euros, mais l’herbe n’était pas « à chiche « ! Ceci explique cela. Eh bien, voilà maintenant à la vente un collant troué de quoi vous donner un rhume, pour une tempête sous narine. Si vous entrez dans la boutique, vous trouverez pour la somme de 140 euros un collant déjà filé. Vous en conviendrez : cela n’est pas donné pour des troues. Pour lire plus cliquer ici

KERING L’IMPASSE DE LA BITUMEUSE

Une curiosité vagabonde du côté de la Rive Gauche, au siège de Kering qui ouvre exceptionnellement ses portes au public le temps d’une balade au creux de ses jardins pour une exposition exceptionnelle. Aménagé dans l’ancien Hôpital Laennec situé à quelques pas du Bon Marché, le temple de la distribution du luxe du Seigneur des Arnault. Kering nous offre un « bol d’art  » contemporain avec 40 œuvres signées des plus grands artistes du XXème siècle : Bourdelle, Calder en passant par Miró, Rodin et Niki de Saint Phalle.

Non loin de là une impasse aujourd’hui largement occupée par l’hôpital mais qui, au début du siècle dernier, a défié la chronique. En effet, au numéro six se trouvait un joli pavillon au toit pantu où habitait Adolph Steinheil peintre de son état avec sa femme Marguerite. Le 31 mai 1908, au matin, le domestique du couple découvrit une scène d’horreur…Pour lire plus cliquer ici

TRIPES ADVISOR BRUCELLES A L’HEURE

« Vous aimez les abats ?  Eh bien, moi aussi et j’ai tous leurs disques ». C’est comme ça que la soirée a commencé, ça vous donne le ton de la beuverie qui s’en ait suivie avec la Bitumeuse que je trimballais comme un obscur objet de désir. « La Viva M’Boma » est un restaurant à noter d’urgence en 5 étoiles sur « Tripes » advisor. Dans le quartier de Sainte-Catherine, à Bruxelles, qui abrite une congrégation de vieux bobos « tripistes », un groupe d’amateurs de viscères, d’entrailles, de glandes et autres organes mettent un point d’honneur à cuisiner avec cérémonie. Le pire, c’est que vous aimerez ça et que vous en redemanderez. Depuis « Quand Harry rencontre Sally », on n’avait jamais autant pris son pied (de veau) dans un restaurant. « Very good « tripes » indeed… ? » Pour lire plus cliquer ici

THOM BROWNE PARIS 2021

Toute la collection dans des tons de blanc : ivoire, coquille d’œuf, et jaune le plus pâle, comme symbole d’espoir. Ici, il est difficile de séparer sa créativité de celle de son partenaire, le conservateur du Metropolitan Museum of Art, Andrew Bolton.

NBA ET VUITTON LA BALLE AU BOND

Pour marquer la fin du championnat de la NBA, Louis Vuitton a dévoilé sa collection LV x NBA pour homme, conçue par Virgil Abloh, pour refléter la vision Afro-américaine du créateur, mais voilà finalement la vision de l’affreux Américain. Une première collection de vêtements pour homme en partenariat avec la National Basketball Association. En business, il faut toujours essayer d’attraper la belle au « bon ». Les Lakers de Los Angeles ont remporté le 17e championnat dimanche soir avec une victoire contre Miami, alors Vuitton a pensé à un mariage contre nature, mais celui-ci n’aura qu’un seul remède, l’alcoolisme, car l’alcôve tue lentement.Pour lire plus cliquer ici