BURBERRY EN RIHANNA

Depuis son arrivée sur la scène de la fashion blogosphère en 2005, l’icône pop, Rihanna, a développé un sens du style aussi expérimental que sa musique ce qui donne un personnage sur scène très travaillé. Rihanna a fait référence encore une fois à la Haute Couture en étant la première personne à porter la collection de septembre de Burberry. Elle ne sait toujours pas que Burberry ne fait pas de Haute Couture mais, à quoi bon, lui expliquer ! Christopher Bailey, la crème de la crème des couturiers, a ré-organisé le classique Burberry, en réhaussant la veste aux épaules, pour que Riri puisse montrer comment porter le look du moment.

UNE COUSINE KARDASHIAN MODELE A 18 ANS

Bien sûr, tout le monde sait tout sur les Kardashians et la famille Jenners, mais il y a un membre de la famille qui est resté sous le radar, elle se nome Natalie Zettel, la est la nièce de Kris Jenner et le cousin germain de Kendall, Kylie, Kim, Kourtney, Khloé. Cette fille de 18 ans est la fille de la soeur de Kris, Karen Houghton.

Elle semble que Zettel suit les traces de Kendall avec une carrière de mannequin en herbe. Seul le temps dira si elle va commencer affolé les podium. Mais son instagram et déja très fournit avec 25 Ko de folower la cousine des Karda ferat-elle défrayé les Chroniques de mode ?

DU ROYAUME DES MESSIEURS AU PIGNOUF

Le haut du panier de la Fashion ne fait pas exception au scandale d’Hollywood. Les sommets ont la propriété de faire venir d’en haut la foudre, mais d’en bas la lapidation, et je ne vais pas ici tirer avec la meute mais bien expliquer que la discrimination et le harcèlement sexuel sont courant tant pour les femmes que pour les hétéros qui traîneraient par erreur dans la profession. Bienvenue dans le monde extravagant de la drogue, du sexe et de la discrimination, où les Seigneurs d’autrefois transformés en Pignouf n’ont retenu que le droit de cuissage.

LA CHINE DE MAO SAIT TOUT

Les Chinois passent pour des redoutables hommes d’affaires ! Nous appelons cela en Europe des délinquants ou escrocs en bande organisée ; question visiblement de dialectique. Mais, cela n’est pas anodin pour les couturiers Français qui s’y sont frottés. Le dernier retour à Paris, après un divorce fracassant qui fait la une de tous les journaux chinois : le divorce de Eric Tibusch avec son mécène.

Changement de pays, changement de culture, la Chine est très peuplée, ce n’est pas un secret, mais c’est tout de même assez fou de voir de ses propres yeux les autoroutes tentaculaires.

GYPSY SPORT 2018 PARIS

Entre les armada de patineurs sur les trottoirs, un groupe de manifestants égyptiens brandissant des pancartes et la folie des banlieusards de Paris, un vendredi soir, qui cherchent à rentrer chez eux, la marque avait réuni un melting pot de personnages sur le podium improvisé de la République en marche pour un catwalk décidé.

«Ce sont mes vieux Levi, c’est mon maillot Kaepernick, et c’est le crochet de ma grand-mère !» dit Uribe, un mannequin tournoyant sur la place dans une robe en queue de poisson faite de napperons maison et d’un chemisier avec de la dentelle.

KARL FAIT SES VALISES

Rimowa célèbre le 80ème anniversaire de ses valises, ‘une Alu’, une grande campagne mettant en vedette notre chouchou, j’ai nommé Karl Lagerfeld. Un premier signe de la nouvelle stratégie, depuis la reprise de la société par LVMH, mais sûrement une image subliminale de Karl pour nous dire : « bye bye,  je fais mes valises »

Karl se fait le ‘mâle’ me crie la baronne de Baroche sous Didier, qui décidément ne comprend rien à rien, mais il est vrai que la vie pour elle n’est qu’un ‘compte de faits’. La campagne, lancée sur les médias sociaux a été conçue à l’initiative d’Alexandre Arnault, le fils du seigneur des Arnault

LES TROIS MEILLEURS SHOWS DE PARIS

Le moment fort de la Fashion Week de Paris ne provient pas d’un jeune créateur mais d’un octogénaire ! Dans un décor inspiré d’une cascade, la collection Chanel Paris Fashion chic était présentée avec une obsession omniprésente du plastique. La transparence rendait le défilé mémorable, les matériaux utilisés rappellent en outre que personne n’arrive à la hauteur de Kim Young-Seong, l’experte coréenne de Chanel pour les textiles. Mais quant à Karl, il n’a jamais enlevé ses caoutchoucs transparents, ce qui lui confère une très bonne protection contre le sida d’une part, et aussi un train d’injures de billevesées qui glisse sur la blanche chevelure du Kaiser.

BALANCIAGA L’EMPIRE DU NÉANT

Où est Cristobal Balenciaga ? Faut-il sauver le soldat Cristobal ? Une chose est sûre, Tonton Cristobal n’est pas de retour. Les cimetières sont toujours éclairs au néant me dit la Baronne Von Schlag, qui a beaucoup travaillé au 41 de la rue Quincampoix (les initiés comprendront). C’est Demma qui continue la Fashion Week de Paris et il rime avec anonymat, qui sera bientôt son mot préféré.

Le couturier construit sa légende tout seul, et même sans public, il continue à diffuser son poison dans l’Empire qu’il veut construire autour de lui , mais c’est un grand empire que le néant, régnez-y si vous le voulez, nous nous y refusons.

HERVÉ LÉGER PASSED AWAY

Fondée en 1985 par Hervé Peugnet ; le nom « Léger » lui est conseillé par Karl Lagerfeld qui trouve « Peugnet » trop difficile à prononcer pour les anglophones. L’histoire d’Hervé Léger illustre les limites de la relation qui peut exister entre financiers et créateurs. Tout avait pourtant bien commencé. Hervé Léger s’était fait un nom en créant au début des années 1990 les premières « robes à bandes ». Il avait alors une équipe de cinq personnes et réalisait un million de francs de chiffre d’affaires. Héritier du conglomérat canadien Seagram,un groupe majeur dans les spiritueux et la musique, Edgar Bronfman Jr voulait offrir une de ces robes à sa bien-aimée. Charmé, le milliardaire a finalement acheté la robe et la boutique.

VUITTON BY NICOLAS CAISSIERE

Avant son départ pour d’autres horizons et, enfin, passer à la caisse de LVMH,  Nicolas Ghesquière, le Directeur artistique de Louis Vuitton, a présenté une collection qui était un véritable chant du cygne. C’est la chronique d’une collection cousue de main de maître : sport-chic croisé avec des costumes baroques du 18e siècle composés de pierres brutes et de matériaux de toutes sortes donnaient à cette collection un aspect tout à fait curieux et détonnant, mais c’est précisément ce que l’on attend de la mode.

Avec redingotes en jacquard brodées à la façon des dandys ou courtisanes sophistiquées du Roi Soleil, le Seigneur des Arnault, a créé pour des femmes actives bien ancrées dans notre temps.

ANREALAGE TRANSFILAGES

Kunihiko Moriniga pour Anrealage a joué avec des sangles, ou le plastique sans conception. Au vu des bandes de tissu, la Vicomtesse s’écrie Eureka, la bande normale car ici c’est la Gaule !

Usuellement combinant la réalité et l’extraordinaire de la vision d’optique, certains se posent la question : est-ce de la mode ou est-ce juste une mise en scène spectaculaire de la réflexion d’un homme sur l’industrie dans laquelle il travaille ? Est-ce un gadget destiné à attirer la couverture médiatique ? Véritablement, je n’en sais rien mais digne d’une première année des Ecoles de la Chambre Syndicale.

CHANEL, LE DOGME DE LA TRANSPARENCE

C’est le moment le plus existant de la Fashion Week de Paris, là où Karl nous emporte dans son délire de mode, et où le couturier fera certainement un tabac sur les médias sociaux, car Karl a toujours du bon tabac dans sa ‘tabavière’. Le Hamburger qui a « pognon sur rue » en France mais surtout à Monaco, nous gratifie d’une année de plus à la tête de la maison Chanel pour toucher la ménagère de moins de cinquante ans qui, en fait, a plus de 80 et moins de trente après opération esthétique.

Bref, les jumelles arrivent au Grand Palais pour voir ce que le kaiser nous a réservés, après la fusée, la Tour Eiffel, le casino, et peut-être cette fois-ci ce sera un champs de ruines en prévision de la maison

HERMÈS FASHION WEEK PARIS 2018

Elle garde l’odeur d’un laboratoire à teinture où elle est enfouie, la vraie noblesse lui manque pour parler aux clientes de sa marque, mais la noblesse manque aussi à la marque. Les choses délicates lui échappent, ses mains d’hoboïstes cousent comme une souillon pour réaliser du pipo. Elle enlaidit la laideur et confortablement assise l’horrible elle y habite sans répugnance.

Nadège Vanhée-Cybulski n’a pas sa ‘Philo’ pour réfléchir. Elle revient du familier à l’étrange et de l’étrange pour affronter le réel. J’avais toujours cru me dit la Comtesse de la Hupograve, « que l’apiculture était l’art de cultiver les pommes, de même que l’horticulture enseigne le moyen de faire pousser les orties, contradiction de l’étymologie ! » Cybulski serait-elle un art de surfer seulement en après-qui ?

MABILLE ENIVRE NOTRE MÉMOIRE

Voici l’heure où le pré et les arbres soupirent leurs odeurs, ce jour, dans la salle pleyel, où se joue un instant de musique couture. Je passe de la lumière obscure, où l’ombre se recueille dans l’antre de la Fashion Week de Paris, au soir, à l’heure où se couchent les journaleux pressés de vite rentrer chez eux. Seuls restent les passionnés. Nous arrivons paisible dans la maison de la musique où respirent les âmes fleurissantes des artistes d’antan. On boit les vapeurs de Paris lassé des feux du jour qui s’apaisent et se détendent. Peu à peu la maison de couture entrouvre ses fenêtres : ce soir, la collection est parfumée d’une excitation

ISSEY PLISSÉ N’EST PAS JOUÉ

Issey Miyake et sa poésie de l’insaisissable, nous envoie un pli du cœur du Japon millénaire. Ce dernier nous rappelle que le pays du soleil levant est si proche de notre culture, un pays traversé par des missiles qui chargent la vie en noir, comme Yama.  Mais, résolument optimiste, les couleurs d’Issey sont vives. Un ‘plissé n’est pas joué’ un souffle de beauté en ces temps de grisaille, une plongée dans la continuité et par son bras armé un jeune nippon. Le Samourail de la couture fait la guerre au laid et à l’alambiqué, il crée et crée comme un stakhanoviste de la beauté, il est la mode comme Franck Sorbier et la préserve.

UNGARO FASHION FREAK

Un ‘Marco’ trafiquant de tissus mal coupés, car jamais frisson de l’âme n’a été aussi peu présent dans un défilé. Une âme si sèche que l’on peut la confondre avec un croûton de vulpin. Où est l’ivresse de la création, le bonheur de l’enfantement ? Jamais le feu n’a aussi peu coulé dans les veines d’un créateur ! Ni veine, ni sang, ni même de folie. Il accomplit ce métier en pondeur d’idées, comme un menuisier fait des tables, avec la pensée constante de l’argent qu’il pourra amasser.

Un concept, cher Monsieur, est une invention à laquelle rien ne correspond exactement, mais à laquelle nombre de choses ressemble. ‘Un garrot’ autour du cou surtout, pour arrêter l’épanchement qui coule de ce couturier haute coulure. Serrez bien fort de peur qu’il n’apparaisse l’année prochaine.

GUY LAROCHE DARC EN CIEL

Maison emblématique de la Couture parisienne, Guy Laroche a confié sa direction artistique au créateur français Richard René. Il succède à l’Américain Adam Andrascik . Ce designer de 46 ans est chargé de réveiller cette maison lancée en 1957 par Guy Laroche, couturier connu notamment pour avoir signé la robe noire de Mireille Darc dans « Le grand blond avec une chaussure noire » et c’est un clin d’œil à Mlle Darc, suite à son décès, à qui il a dédié cette collection. Élégant Monsieur ! Nous aimons les hommes de cœur. Ils seront toujours traités avec beaucoup d’égards et les imbéciles qui continueront à faire insulte à notre intelligence, ne doivent pas oublier que les sommets ont la propriété de faire venir d’en haut la foudre, mais d’en bas la lapidation.

LANVIN UN STYLE LAPIDAIRE

L’anagramme de Lanvin n’est pas lapidaire mais nival, et là, il n’y a ni niveau, ni de rivaux non plus d’ailleurs. La riche chinoise, Madame Shaw-Lan Wang, qui est en réalité taïwanaise, pêche le couturier non pas au vif mais au pif. Mais, qui est le couturier de ses rêves ? C’est un homme, 100 % hétéro, salaire abstème et céphalo abstinent… L’impression de cette première collection d’Olivier Lapidus a cette odeur de tissu fermenté du trop plein non pas de génie mais de jaunie, un relent de couture pour boutique de la banlieue de Hong Kong, ce qui n’est pas King, mais complètement Kong. Non seulement l’observation de ce monde est superficiel, les robes démodées, la couture commune et dépourvue de caractéristiques.

LACOSTE ACCOSTE A PARIS

J’accoste dans les jardins des ‘huileries’ pour le retour de la marque. Espérons que cela ne soit pas low-cost plutôt que Lacoste ! La Vicomtesse de Croque-Odile était présente à mes côtés. Une mallette en croco dans une vitrine, alors que le capitaine de la Coupe Davis lui aurait promis une valise en alligator et un journaliste au courant qui finalement le surnomma « l’alligator » d’où le nom de la marque aujourd’hui. Une erreur car les alligators ne sont présents qu’en Floride.

Comme un mandat postal, le retour à Paris de la marque a engendré un attente très grande, et, au final, nous n’avons vu qu’un « coucou suisse aphone ».

ST LAURENT EIFFEL TO WEAR

C’était sur l’esplanade du Trocadéro, « chouette » me dit la Baronne, le groupe s’était invité au pied de la Dame de Fer pensant pouvoir l’habiller. On nous propose le vacarme assourdissant de la banalisation de la mode un ‘show de tour’, présenté par la dernière trouvaille de la société Kering, le Vaccarello « outlaw » de la mode.

En plein été, les mannequins étaient chaussés de bottes en fourrure de plumes, comme autrefois ces demoiselles de St-Tropez qui descendaient s’encanailler au Papagayo avec leur moon boots à poil et à vapeur. On pourrait dire un peu short pour mon truc en plume. La Vicomtesse de la Cystite Rheynal aboie comme une chienne enragée « boa boa » devant les créations de ce designer d’aires d’autoroute bulgares.